Essai des Specialized Stumpjumper 2021, ép. 2

C’est l’heure de la suite ! La semaine passée, le premier épisode de notre série consacrée aux Stump’ 2021 faisait la différence entre Specialized Stumpjumper & Stumpjumper EVO Cette semaine, on poursuit avec celui qui mérite le plus d’attention : le Specialized Stumpjumper Evo !

Avec ses multiples réglages et options, le Stump’ EVO veut offrir la possibilité de tuner… Encore faut-il savoir dans quel ordre s’y prendre et qu’attendre de chaque solutionBref, faire preuve d’un peu de méthode ! On a pris les devants, et fait une partie du travail. Voici notre analyse !


Nouvelle étape…

Pour aboutir à ce nouvel épisode, c’est une nouvelle étape de notre protocole d’essai qui débute. Cette fois, ce sont deux Stumpjumper EVO Expert à notre disposition qui servent de support. Ils permettent de mettre à profit, tour à tour, les éléments dont on dispose. Les deux coupelles qui permettent d’obtenir, en tout et pour tout, trois angles de direction. La biellette optionnelle qui permet le montage mullet… Et une roue arrière complète en 27,5, aux spécificités suffisamment proches de l’originale en 29 pouces, pour la comparaison.

Dans un premier temps, on se focalise sur le Stumpjumper EVO en taille S4, qui a déjà servi pour la comparaison au Stumpjumper. Puis, on intègre le Stumpjumper EVO S5 dans les essais, pour confirmer/infirmer, et débuter les essais en vue du prochain épisode… Mais avant ça, place au sujet de cet article ! Specialized Stumpjumper EVO 2021 – Mode d’emploi !

  • Usage Enduro
  • Roues en 29 pouces, option mullet
  • 150/160 mm, Fox 36 & DPX2 Perf. Elite
  • Triangle avant & arrière Carbone
  • Reach 475 mm en S4, Offset court 44 mm
  • Roues Roval Traverse Alu
  • Specialized Butcher & Eliminator Grid Trail 2.3
  • Sram Code RS, 200/200 mm
  • 5 modèles, 6 tailles, 4499 € à 10499 €
  • 14,18 kg, taille S5, tubeless + préventif
  • Dispo immédiatement
  • Détail sur www.specialized.com/fr

Specialized Stumpjumper EVO Expert

On l’a dit au premier épisode, et ça se confirme ici : de prime abord, le Stumpjumper EVO nous a surpris par ses capacités. Si les Stump occupent la case All Mountain du catalogue Specialized depuis des générations, nous n’avions pas mémoire d’un Stumpjumper, même Evo, qui empiète autant sur le segment Enduro. C’est le dynamisme du vélo qui entre en jeu.

On s’en est convaincu en confrontant à nos essais du Specialized Enduro au printemps dernier, et en jouant des réglages pour cerner l’étendue des capacités du Stump’EVO. On pense notamment aux réducteurs de volume dans les suspensions. Si nous les avons supprimés dans le Stumpjumper pour « encourager ce dernier à encaisser », il est impératif de les conserver sur le Stump’ EVO pour le garder à mi-chemin d’un Specialized Stumpjumper et d’un Specialized Enduro.

Dans cette logique de gamme, ceux qui hésitent entre Stump’ EVO et Enduro y verront leur intérêt. C’est en tout cas pour donner sa chance au Stumpjumper EVO, et le recentrer entre ses deux frangins, que voici nos préconisations, en guise de bon point de départ :

  • Préférer boitier bas, c’est comme ça que la suspension est la plus performante et que le vélo se tient le mieux, à la pédale comme en spéciale.
  • Empattement avant en fonction de ses besoins. On rejoint là ce à quoi l’on fait souvent référence, et que l’on a détaillé dans un article didactique dédié à la répartition des masses.
  • Roue arrière de 29 ou 27,5 pouces en fonction du dynamisme que l’on souhaite, notre préférence allant ici au mullet, configuration dans laquelle le Stump’ Evo a le plus d’armes pour se placer face à la concurrence…
RéglageAvantArrière
SAG30%28 à 32%
Détentes2/3 ouverte2/3 ouverte
Compressionsouverteouverte
Réducteurs de volumed’origined’origine
Clics de détente et compression comptés depuis la position la plus vissée des molettes. SAG arrière réalisé assis/selle haute – SAG avant réalisé debout/bras en appui sur le cintre / épaules à l’aplomb du guidon.

Vis-à-vis de la concurrence

Sur le marché, le Specialized Stumpjumper EVO a fort à faire. Au coeur de l’offre All-Mountain / Enduro, l’offre est riche, et nous devons nous même faire un choix. Ici, ceux qui sont à l’essai dernièrement, et qui permettent de peaufiner les traits du Specialized Stumpjumper EVO.

En premier lieu, le Canyon Spectral 29, un des concurrents sérieux au Stump’ EVO en matière de dynamisme et de maintien. C’est notamment face à lui qu’il ne faut pas négliger les réglages pour être concurrentiel. Ensuite, le Yeti SB150 équipé d’une fourche à plongeur de 35/36mm. Le positionnement est très similaire et quand ça engage, on retrouve un peu de cette capacité à faciliter un peu la tâche.

Enfin, les Commençal Meta TR & AM. D’abord parce qu’en rapprochant le Stump’ EVO du TR, le positionnement des deux s’éclaircit. Ensuite, parce que les méthodes ne sont clairement pas les mêmes. C’est intéressant à souligner et ça permet d’assoir le Specialized comme un vélo régit par sa cinématique et ses options de géométrie avant d’être régit par un travail de rigidité/raideur global…

La suite ?

Cette dernière remarque a une importance particulière : elle introduit la suite, et fin, de notre série consacrée aux Specialized Stumpjumper 2021. Plus que jamais, Specialized communique sur les choix de taille qu’elle entend proposer via son concept S-Sizing. Et on entend souvent dire qu’un petit vélo est maniable alors qu’un grand vélo est stable à haute vitesse.

L’écart est-il si flagrant ? À quel niveau se situe-t-il ? Quelle importance faut-il accorder à ce choix / cette opportunité ? On y répond au prochain épisode. En attendant, l’expérience sur deux tailles différentes n’a fait que confirmer les observations, réglages et préconisations évoqués ici, au sujet du Specialized Stumpjumper EVO. On peut donc s’appuyer dessus et, comme toujours, préciser en commentaires ci-dessous ! À très vite 😉

Dans le même registre, les autres épisodes de cette série :

Rédac'Chef Adjoint
  1. Salut Antoine,

    Merci à vous deux pour cette suite, je vais suivre vos conseils concernant la position basse moi qui roule en position intermédiare,c’est vrai que le bike manque de pep’s.Concerant la douille de direction vous l’avez roulé comment 63,64 ou 65 merci

    Sportivement Christophe

    1. Bonjour Christophe,

      concernant l’angle de direction, on a tout roulé, et on a chacun nos préférence. Sur ce point précis, il n’y a pas de réglage optimal qui prendrait le pas sur les autres, comme pour la hauteur de boitier. Il faut vraiment essayer, et voir ce qu’on préfère. Plus l’angle est couché, plus l’empattement avant du vélo est important, plus on a le sentiment d’avoir de la place pour bouger d’avant en arrière sur le vélo sans qu’il ne ballotte de trop. Plus l’empattement avant est important, plus il va falloir envoyer les épaules en avant pour charger la roue. Plus l’empattement avant est grand, plus on va avoir l’impression d’être « assis » sur la roue arrière… Voilà pour ce que l’on peut chercher à sentir à l’essai 😉

      1. Merci Guillaume,

        Merci pour ton retour je vais tester tout ça ce week-end dans les monts du Vaucluse.

        Sportivement

  2. Salut Antoine,
    Le Stump tire plus partie de sa cinématique quand le Meta TR tire plus de son travail de rigidité/raideur ? Comment cela se ressent ?
    Pourrais tu donner plus de détails sur le positionnement et les différences de méthodes evoqués pour ces deux vélos ?

    1. Salut Guillaume,

      concrètement, ça se perçoit dans la manière de « consommer le débattement ». Le Stump travaille assez loin dans la course pour être confort. La contrepartie c’est qu’il demande des efforts de réglages pour se tenir et rester dynamique. Les Meta sont conçus et peuvent se permettre de travailler plus haut dans le débattement, et moins y plonger, parce qu’autour tous les composants cherchent à faire une partie du job pour assurer le grip et le confort. Sur le positionnement (« Gros All Mountains clairement Enduros ») les deux sont équivalents, mais n’offre donc pas la même impressions sur le terrain. Le Stump’Evo est un vélo avec lequel il faut être en phase, les Meta laissent plus d’opportunité d’initiatives, sinon on peut même s’ennuyer un peu…

      1. Merci pour ta réponse.
        Si je comprend bien, cela veut dire que le Spe serait plus exigeant pour le pilote: le pilote s’adapte au vélo pour en tirer partie. Alors que le Meta est plus polyvalent et peut s’adapter au style du pilote, à savoir plus coulé ou plus actif (comme expliqué en conclusion et dans les commentaires du Yeti SB150).
        Qu’est ce que tu entends par « on peut même s’ennuyer un peu « ?

        1. Yes, c’est pas évident 😉 Tout ça est à corréler avec le tempérament du pilote. C’est pour ça que je glisse « qu’on peut même s’ennuyer un peu ». Certains ont besoin que le vélo exprime un caractère, pour les pousser à l’action. Sur les Meta, c’est tellement « sain » que ça peut paraitre « trop facile » et donc presque « fade ». Par contre, si t’es du genre à prendre l’initiative et vouloir avant tout imposer ton style, c’est une base parfaite pour te laisser t’exprimer, le vélo ne va pas se mettre en travers de ton chemin. Sur le Stump Evo, il faut davantage combiner avec ce que le vélo impose. Faut trouver la bonne alchimie pour tirer partie de ce qu’il propose, et savoir le lire/comprendre pour saisir les opportunités quand elles se présentent. Donc forcément, si tu veut en imposer, en un sens oui, ça va être exigeant.

          1. Merci, c’est plus clair.
            Je suis plus rassuré par le côté sain et trop facile qui devrait aider à le développer mon style justement.

          2. Je comprends, ça se tient tout à fait. Merci d’avoir précisé, c’est toujours très intéressant pour nous 😉 Enjoy !

  3. Est-ce que du coup il existe un trou dans la gamme de Spé entre le Stump Classique et le evo qui est plutôt enduro ?

    1. Si on recentre le Evo comme on suggère de le faire avec les réglages à dispo, le trou se comble. mais effectivement, la question se pose par rapport à certains concurrents qui n’offrent qu’un vélo pour couvrir le spectre des deux Stump.

  4. Bonjour,

    Super essai, une fois de plus vous faites bien mieux que les autres, même les sites étrangers, merci les gars. Cependant, une question me taraude, concernant le positionnement sur la pratique de prédilection de ce bike.
    Le tableau montre la Randuro comme la pratique de prédilection du Stump Evo et je cherche un successeur à mon Yeti SB 5.5 qui, grosso modo, « remplit les mêmes case » mais je mettrai l’accent sur les montées tout en essayant de garder autant d’efficacité en descente. Selon vous, est-ce pertinent pour moi de regarder vers le Transition Sentinel ou le Stump Evo ? L’Orbea Occam que j’ai testé avec une fourche en 140mm m’intéresse beaucoup aussi.
    Merci d’avance

    1. Bonjour !

      merci, c’est très flatteur, ça fait très plaisir, et ça motive 😉 Compte tenu de ce que vous rapportez à propos de la montée, il y a effectivement intérêt à regarder vers les vélos très réputés polyvalents. Les Stumps sont plus exclusifs, effectivement. Pointus sur leur positionnement. Le successeur du 5.5 serait le SB150, en fourche de 36. Le Occam, effectivement, et l’archétype du vélo passe-partout. On a le Spectral 29 à l’essai qui, dans un autre registre, s’y prête bien. Le Sentinel est un peu plus « racé », mais oui, passe partout aussi. Comme le Foxy. On est là sur les vélos les plus polyvalents du moment. On peut ajouter le Zesty, dans l’esprit du Spectral… Après, ça doit se choisir en fonction du « tempérament » que vous voulez. Ils ont beau être chacun très polyvalents, Un Sentinel n’a pas le même tempérament qu’un Occam ou un Spectral. Dites nous en plus sur ce que vous attendez de votre vélo, où vous roulez, etc… On pourra préciser 😉 Au plaisir !

      1. Merci pour ta réponse rapide Antoine !
        @laurentg je vais m’y intéresser de ce pas ??.

        Tout d’abord je dois avouer que j’avais acheté mon Yeti après lecture de votre test ?
        Mais assez de pomade, parlons ride ??.
        Je cherche des sentiers techniques et naturels et fais tout à la pédale, plutôt orienté bambées en montagne (jusqu’à 60km et 3000m d+) voire 1 ou 2 raids de 2-3 jours en autonomie mais aussi quelques rides « after-work » plus roulants. Je roule surtout en Savoie, le 05, 04 et Drôme.
        Dans l’idéal, mon nouveau bike a une géométrie moderne, est efficace et rend une sensation de légèreté à la montée, encaisse comme mon Yeti à la descente (29″, fourche type Fox 36).
        Côté pratique, il a une suspension simple et fiable (le switch infinity a fait un Sav d’un mois l’été dernier).
        Au niveau comportement, je suis complètement ouvert à un tempérament plus affirmé à la descente. Dans mon pilotage, je privilégie la vitesse au côté joueur.
        En gros, un vélo pour rouler longtemps et qui encaisse (pour moi la definition du vélo de montagne) ???

        1. Avec plaisir, c’est toujours intéressant d’échanger pour mieux comprendre nos lecteurs et filer de bons conseils 😉 Vu sous cet angle, pour moi, l’étau se resserre > Foxy ou Sentinel, avec petite préférence pour le premier qui, bien monté, sera un poil plus léger et intéressant à la longue. Ce sont ces deux qui cochent toutes les cases « simple d’entretien, géométrie moderne, encaisse, rend une sensation de légèreté, privilégie la vitesse au côté joueur » 😉 Le Occam pourrait y être, mais il est un poil plus « sage » en suspension comme en géométrie.

          1. Ces vélos me donnent bien envie !
            Je vais faire mûrir tout ça et guetter d’éventuelles bonnes occasions. Merci pour tes conseils Antoine et longue vie à Fullattack !!!

          2. Merci pour ta confiance et ton attention Gab. Au plaisir de se re-croiser et avoir le fin mot de tes choix, et impressions dessus 😉 Enjoy !

          3. Bravo c’est un régal, c’est presque trop court, mais en fait non car le texte répond aux questions restées en suspend !
            Aujourd’hui je me demande quelle sera ma prochaine monture… Stump, Evo, une autre marque ?? Le stump serait parfait toute l’année sur les singles de Drôme et d’Ardèche… Mais voilà j’aime bien faire une ou 2 semaines en station et une petite sun epic par-ci par là doublé d’une transV & raid Vauban par an.
            Je roule stump depuis 2011. J’aime sa prise en main simple et naturelle, et le côté joueur qui te donne le smile des que tu monte dessus, même si parfois le 29 faut le bouger pour qu’il soit fun par rapport au 26. Une bonne paire de roues est aussi un plus appréciable, xmax St en 26 à l’époque aux roval carbone aujourd’hui. Bref, sur le 2016 comp carbone j’ai vite remplacé la révélation RS par une pike rct3 et l’amorto basic par un olhins air et des très rigides roval carbones sl. Le vélo parfais. Je l’ai remplacé à regret par l’expert 2019 magnifique en bleu, mais j’ai trouvé l’équipement pas à niveau hormis les roues plus tolérante mais moins fiable. Aujourd’hui je vais remplacer l’amorto par un dpx2, changer les guide et faire préparer la fourche, une pike rc peu sensible en début de course… Car je ne me voit pas une seconde dans Bardou ou flesse pour les connaisseurs 😉
            Alors… Stump ou Evo ? J’aime que le vélo soit facile dans le d+ quitte à bloquer l’amorto car je m’en fiche de monter sur des Dfci et bien sur efficace en D- car je ne suis pas un monstre en pilotage. Je fais 1.73 77kg et je suis bien sur un M. Merci

          4. Salut, et merci 😉 S’il n’y avait pas la Transvé et le Raid Vauban dans le lot, on dirait sans conteste que le Stump’Evo serait à propos. C’est clairement le genre de vélo à avoir sur Un Epic, pour être bien dans Bardou et les Écoliers ! En station ça doit passer, même si forcément, il y a toujours plus à propos mais plus exclusif aussi. Je pense qu’il faut un sacré niveau et du talent pour boucler un Epic ou rouler en station avec le Stumpjumper. J’aurais trop peur de le casser ! À la base, c’est pas fait pour 😉

  5. @Gab au vu de tes besoins, je pense que le Spectral 29 pourrait répondre à tes attentes mais Fullatttack nous fait attendre leur retour sur ce bike ??

  6. Salut à vous, et bravo pour vos articles.

    J’ai hate de tester vos conseils pour le réglages, parce qu’en fait le plus gros problème de ce vélo c’est sa dispo… J’attend le mien en taille S4 – en version kit cadre uniquement – depuis Septembre (2020).

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *