FullAttack.cc, la nouvelle ère d'Endurotribe

Nouveauté – Le Commençal Meta AM ? Tellement mieux qu’un plat du jour…

Nous y voilà ! L’heure a sonnée. Elle est même un poil passée, puisque le Commençal Meta AM nouvelle fournée était en partie dévoilé le 22 juin dernier, et prend pleinement place à la carte depuis hier, 7 juillet. Alors, pourquoi avoir tant attendu ?! Tout bonnement parce qu’on vous l’a glissé en guise de mise en bouche, ce Commençal Meta AM est conçu pour fonctionner avec un nouvel ingrédient… 

Cette nouvelle génération de fourches : les Fox 38, et pour le Commençal Meta AM Team pris en main ici, la RockSohx ZEB. Des fourches visiblement plus grosses, que l’on supposerait plus rigides, faites pour rouler plus vite, plus fort… Bref, pour top pilotes et trop fins gourmets ?! C’est ce que la facilité pourrait laisser penser… Mais ce serait une grossière erreur ! Et on vous dit pourquoi..!

 


Temps de lecture estimé : 10 minutes – Photos : Commençal & RockShox


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Une fois n’est pas coutume…

C’est donc par cette nouvelle génération de fourche que l’on débute cette présentation d’un nouveau vélo, le Commençal Meta AM. Pourquoi ?! Parce qu’on l’a expliqué au lancement du Meta TR il y a quelques temps : en matière de développement, le vrai travail effectué par la marque andorrane ces dernières années a porté sur les notions de rigidité et raideur. En matière de châssis forcément : j’entends par là l’ensemble que le cadre et la fourche peuvent former…

Mais aussi en matière de suspension ! Pour bien saisir, nous vous avons ainsi proposé des didactiques Endurotribe ces derniers jours. Un premier pour bien faire la distinction entre rigidité et raideur. Un second pour mieux cerner le comportement des suspensions via les courbes de force et raideur… Des courbes qui – pour en revenir à la RockShox ZEB – démontrent qu’au delà du châssis, c’est peut-être aussi (surtout ?!) en matière de fonctionnement que la différence peut se faire sentir… Voyons donc pourquoi, et comment, le Commençal Meta AM se distingue !

 

 

[divider]Commençal Meta AM[/divider]

[column size=one_half position=first ]

  • Usage Enduro
  • Roues en 29 pouces
  • 16/170mm, RS Zeb & Super Deluxe
  • Triangle avant & arrière alu
  • Reach 495mm en L, offset court 44mm
  • Roues DT Swiss, montage spécifique

[/column]
[column size=one_half position=last ]

[/column]

 

Commençal Meta AM

On l’a vu au moment de découvrir le TR, et on le retrouve ici : cette dernière génération de Commençal Meta TR & AM partage le même cadre, à quelques nuances près. Il s’agit là d’une évolution du concept déjà mis à profit lors des saisons précédentes mais dont quelques ajustements valent le coup d’oeil. Petit tour en cuisine donc…

 

[toggler title=”Côté cadre” ]

Tube supérieur désormais droit et d’une pièce, tube de selle de plus gros diamètre… Un ensemble qui permet de redimensionner l’ensemble biellette/pied d’amortisseur et supprimer le pontet entre les haubans. Tout l’objectif de ces évolutions est de maîtriser différemment la rigidité et la raideur du châssis. Une approche notamment, qui permet au triangle avant de moins se déformer, frontalement, au freinage…

Tant mieux, quand dans ce domaine, la fameuse nouvelle génération de fourches Fox 38 / RockShox ZEB suggère qu’elle passera moins sous le cadre au premier freinage appuyé. L’idée n’est pas forcément de faire un bout de bois impossible à rouler, mais bien de faire en sorte que les nouveaux cadres de Meta soient compatibles avec l’ensemble des fourches du marché actuel…

 

[/toggler]

[toggler title=”Côté suspension” ]

Ces fourches, justement, parlons-en ! En matière de conception, on l’a vu en décortiquant les courbes de force et raideur : la RockShox ZEB poursuit la tendance initiée il y a plusieurs années par la marque… Plus de maintien en début de course, plus de linéarité ensuite pour utiliser tout le débattement, et une raideur toujours plus faible pour moins taper dans les mains. Ça, clairement, c’est aussi ce que l’on peut dire du comportement de l’air, vis-à-vis du ressort…

Pas étonnant donc, de retrouver une gamme de Commençal Meta AM majoritairement montée avec des amortisseurs à air, dont le modèle phare, la version Team prise en main ici. L’air à l’arrière, c’est certainement ce qui se marie le mieux à la RockShox ZEB…

Tient, d’ailleurs, personne ne s’est jamais demandé pourquoi Amaury Pierron gagne en Coupe du Monde de Descente avec un RockShox Super Deluxe à air ?! Il suffit de savoir qu’une Boxxer – pneumatique – avec le volume très important dans les plongeurs, pousse le bouchon encore plus loin qu’une ZEB, et que le team, il y a longtemps déjà, avait modifié ses propres fourches pour utiliser l’équivalent de la mise à jour DebonAir sorties au printemps dernier…

 

[/toggler]

[toggler title=”Côté géométrie” ]

Bref, poursuivons cette bonne recette en faisant le lien entre suspension et géométrie. Les Commençal Meta AM font usage d’un pied et d’un amortisseur qui fait la différence avec les TR. 230×62,5 contre 210×55 en matière d’entraxe et de course d’amortisseur. Ça permet de placer chaque vélo et son débattement où il faut sur les courbes de cinématique, mais aussi d’ajuster les côtes à la hauteur supérieure des fourches nouvelle génération.

L’un dans l’autre, on imagine sans mal que sur le Commençal Meta AM, l’amortisseur et son pied détendent légèrement plus la suspension pour contrôler l’effet d’une fourche plus haute. Au final, il y a bien une différence entre TR & AM : un reach 5mm plus long (490mm en L), un stack qui augmente sensiblement (+20mm à la fourche / + 5mm à la douille), un angle de direction 1° plus couché (63,5°), un empattement qui vaut celui de la taille du dessus (+27mm), un boitier qui remonte (+12mm)…

Tout ça en préservant ce qui fait l’essence du Commençal Meta nouvelle génération, notamment en matière d’ergonomie à la pédale : un tube de selle redressé à 78,5/6°, très court (440mm en L). Les bases, elles, ne bougent quasi pas (2mm), mais on l’a déjà écrit par le passé : c’est à prendre en compte dans une logique de répartition des masses avec l’empattement total, qui lui, varie. Au final, on a donc bien un Commençal Meta AM qui se distingue, sur le papier, de son petit frère.

 

[/toggler]

[toggler title=”Côté specs” ]

Enfin, coup d’oeil aux spécifications pour conclure ce tour en cuisine. L’occasion d’y déceler quelques petits secrets d’assaisonnement en matière de rigidité/raideur. Coup d’oeil aux roues notamment, pour constater que les Commençal Meta AM font bien usage d’un ensemble DT Swiss réputé, y compris les moyeux sur les modèles les plus haut de gamme… Sans pour autant que ce soient les habituelles EX1501.

Les jantes sont équivalentes, les composants sont réputés, mais la marque a choisi de maîtriser le montage pour ajuster le résultat au reste du vélo. Même logique que précédemment avec le choix des pneus, les cintres/potences maison, et cette fois, des freins plus gros : Shimano 4 pistons ou SRAM Code dès que la cible tarifaire le permet…

[/toggler]

 

 

Sur le terrain !

Voilà pour l’habituel tour en cuisine qui introduit chaque présentation d’une nouveauté chez Endurotribe. En guise de dégustation : même contexte que pour la découverte du Commençal Meta TR. Digne les Bains, les Terres Noires, l’Evo Bike Park et Arthur Quet aux navettes. Une prise en main effectuée le lendemain de celle du Meta TR, les idées fraîches et donc bien en tête. De quoi différencier et positionner les deux, d’autant qu’au final, c’est du back-to-back, à intervertir différents éléments d’un vélo sur l’autre, qui conclut la séance…

 

[toggler title=”Point commun ?!” ]

Ce qui saute aux yeux en premier lieu, c’est cette fameuse maîtrise de la rigidité/raideur, qui fait du Commençal Meta, qu’il soit TR ou AM, une réussite. Maintenant qu’on a précisé les choses en la matière, je peux vous en dire plus. Côté châssis, ça semble en correspondance avec ce que l’on connait des roues DT : rigide, au sens où ça se déforme peut, mais pas raide, au sens ou ça ne brasse pas.

Là où c’est néanmoins très habile, c’est que ça ne filtre pas de trop. Ça laisse simplement passer ce qu’il faut d’information pour que la lecture du terrain soit bonne. Et là où c’est encore meilleur, c’est que les suspensions travaillent de concert. Sur l’un comme sur l’autre, ça permet même de rouler avec un peu moins de SAG, avoir un vélo qui se tient très bien, sans rien perdre en confort, contrôle ou adhérence.

Plus en détail encore, il n’y a pas nécessairement de direction dans laquelle le Commençal Meta AM serait meilleur qu’une autre. Frontalement au freinage, latéralement quand on met de l’angle, verticalement quand il faut jouer du terrain… C’est homogène, continu, équilibré lorsqu’il s’agit de virer de bords, changer de position, etc… Le débattement utile est toujours présent, l’assiette est constante, la précision cohabite avec le confort.

 

[/toggler]

[toggler title=”Ce qu’il y a de plus #1 – À la pédale…” ]

La question se pose, néanmoins, de ce qui différencie les Commençal Meta TR et AM. Sur le papier, comme sur le terrain : le débattement en hausse, la raideur des suspensions en baisse… Ça se traduit dans deux cas de figure. Le premier : à la pédale ! Globalement, le rendement est bon, le AM a ce joli coup de pédale inspiré du TR. C’est dans l’usage qu’il faut en faire que ça se distingue.

Sur le TR, d’autant plus équipé du ressort : le maintien, le “pop” et le toucher du terrain sont bons, il faut en profiter pour être actif et jouer des aspérités pour tirer parti de la motricité. Sur le AM, c’est typiquement la raideur très faible de l’air après SAG et le débattement supplémentaire qui en font un tracteur, au bon sens du terme / on reste assis, posé sur la selle et on pédale rond : le vélo avale le terrain en nous préservant, garde l’élan et motrice sans avoir à dépenser d’énergie superflue.

 

[/toggler]

[toggler title=”Ce qu’il y a de plus #2 – En spéciale” ]

Ensuite, c’est à la descente que la différence se fait. Globalement, les deux passent au même endroit, et sont capables d’affronter les mêmes terrains. C’est simplement sur le goût qu’ils procurent en bouche et la manière avec laquelle ils traitent le pilote que la différence se fait. Un peu plus de débattement, et un peu moins de raideur, le Commençal Meta AM est à la fois un peu plus facile et un peu plus gourmand !

 

À vitesse équivalente, le AM permet de laisser filer et exige moins de son pilote : moins de poigne, moins de mouvement, moins de méfiance, moins d’engagement. Ce qui peut placer les plus prudents dans une bulle de confort, sans les embarquer. Mais ce qui peut aussi tenter les plus téméraires à rouler plus vite et plus fort, pour trouver à nouveau la limite… Et c’est là que la magie opère ! Quelque part, on entre dans une autre dimension. Sucré ? Salé ?! Qui sait ?!! Dans tous les cas, le regard porte de plus en plus loin, c’est bon signe…

 

[/toggler]

[toggler title=”World class !” ]

Il finit par se passer quelque chose d’aussi étrange qu’excellent au guidon du Commençal Meta AM : Quand le terrain est scabreux, défoncé, exigeant, on en vient à avoir l’impression de ne pas rouler ce que l’on voit. Une racine dans le mauvais sens ? Un rocher en plein appui ? Une pierre cachée derrière une marche ?! Qu’importe ! Le vélo n’exige pas qu’on se décarcasse. Il suffit d’adopter la gestuelle habituellecelle dont on ferait usage s’il n’y avait pas de surprise au sol. Mieux encore, on finit par être naturellement sur les meilleurs traj’, quitte à ce qu’elles soient les plus engagées, pas nécessairement sur la trace principale…

Ça, c’est à la fois sécurisant si l’on roule tranquille, et signe d’une très bonne performance quand on roule fort. D’ailleurs, au guidon du Commençal Meta AM, on finit par avoir la même sensation que lorsqu’on parvient à suivre quelques instants un top pilote : vous savez, quand le chemin parait plus facile sous ses roues, que sous les votre ?! Le Commençal Meta AM est de cette trempe ! D’où ça vient ?! De cette fameuse maîtrise rigidité/force/raideur qui fait que le vélo est très homogène, et n’a pas besoin d’énormément de débattement pour amortir.

Début 2011, j’avais eu l’opportunité de rouler un Lapierre Spicy, très particulier : un des vélos de Nicolas Vouilloz, monté BOS et réglé par Olivier Bossard, au pied de la piste, les mains dans les clapets/la tête dans les chiffres. Ce vélo était un ovni. Précision, assiette, grip, lecture du terrain… Tout y était ! Un bijou capable de rendre les choses si justes et si faciles, que je n’avais jamais retrouvé ça par ailleurs… Jusqu’à rouler le Commençal Meta AM ! Et il n’y a pas de hasard : avant de travailler chez Commençal, Arthur Quet , entre autres, a fait ses gammes chez BOS…

[/toggler]

 

 

Qu’en penser ?!

La boucle est bouclée : voilà pourquoi, à mon sens, le Commençal Meta AM doit marquer son époque ! Dans mon esprit, seulement le second vélo à atteindre ce niveau de justesse en plus d’une décennie d’essai. C’est signe d’une nouvelle ère, ou presque. En tout cas un nouveau repère important, et un vélo qui rejoint la short-list de ceux sur qui compter.

Reste la question que tout le monde est en droit de se poser : AM ou TR ?! À mon sens, c’est une question d’appétit. C’est pas pour rien que je file la métaphore du restaurant depuis le début de ces présentations. Dans la logique de carte, le TR c’est le plat unique, la bonne salade. Le AM, c’est le menu complet, avec fromage et dessert ! Tout est donc question d’avoir ou non, les yeux plus gros que le ventre…

“Ces vélos vont marquer leur génération, et on va pas s’en plaindre !”

Je les imagine sans mal, tous les deux, capables de la même virée en quête d’un sommet. Tout dépend de l’ambition de chacun. Certains seront contents d’être allé jusqu’en haut, et savent que de toute façon, la trace escarpée à la descente va les mettre à l’épreuve. Prudence, maîtrise, le TR est fait pour eux. D’autres sont décidés à monter, parce que dans un coin de leur tête, à la descente, ça doit passer à zéro pied, si possible d’une traite, et suivant le flow et le challenge de la trace. Ça, c’est le AM !

Dans tous les cas, les plus tatillons diront qu’il faudrait que ce soit 1 à deux kilos moins lourd. Dans l’absolu, forcément, on cracherait pas dessus. Qu’ils patientent encore. Les autres profiteront de ce niveau de performance dès à présent, et pendant les 2 à 3 années qui viennent. Certainement le laps de temps qu’il faudra encore pour conserver ce niveau de performance en grappillant du poids. En attendant, ces vélos vont marquer leur génération et on va pas s’en plaindre. D’autant qu’il faut bien saisir : quelles que soient les apparences, niveau qualité/prix, c’est copieux dans l’assiette !

Rédac'Chef Adjoint
  1. Compte tenu du poids annoncé des deux engins TR/AM, avez vous pu les peser pour vérifier et leur poids respectif n’est il pas handicapant au pédalage?
    Merci.

    1. Bonjour, non, je n’ai pas eu cette opportunité. je peux simplement confirmer mes impressions : légère différence de poids, mais pas ultra significative, entre les deux, et TR que j’estimais à moins (sous les 15kg) avant que l’on me communique son poids.

  2. Encore un excellent article qui décortique bien la technique et les sensations, friand de presse cycliste (VTT, route, etc …), jamais le niveau de technicité n’égale vos articles, Bravo! Juste deux petites coquilles: Habille au lieu de habile, et au paragraphe #1 avaler au lieu de avale.

    Merci pour votre travail à la fois rigoureux/scientifique et passionné, en fait un juste équilibre comme la rigidité et la raideur du Meta AM 😉

    1. Bonjour Pascal, merci beaucoup pour ce retour élogieux et ces coquilles mises en évidence. Corrections faites 😉

  3. Merci pour cet article top !
    Qui de la taille du cadre, habitué à prendre une taille au dessus (Taille L pour 179cm), j’ai un doute pour celui la.
    La taille M ne serait elle pas plus adaptée ?

    1. Bonjour Sylvain,

      effectivement, la question peut se poser > sur quel(s) vélo(s) cette habitude de prendre une taille au dessus avait été prise ? Le jeu de la comparaison peut renseigner, et qui sait, peut-être que les nouveaux “sizings” peuvent faire “rentrer dans le rang” 😉

      1. Salut Antoine,
        mes trois derniers vélos sont en L : Strive 27,5 race, Moustache Race, Merida One Twenty pour le dernier !

        1. Salut Sylvain,

          merci pour ces précisions. Ces trois vélos ne sont pas réputés pour “tailler grand et quand on regarde les géométries des vélos que tu as roulé ces derniers temps, le sizing correspond quand même plus à un M ici. Comme on le pressentait, tu pourrais donc envisager ici de “rentrer dans le rang” et prendre la taille qui est conseillée pour ton gabarit.

  4. Très intéressant tout de même. Cela dit, aurez-vous des informations complémentaires concernant la cinématique (anti-squat, anti-rise, pedal kickback et ration)? Elles étaient disponible pour le modèle précédent, et j’avoue qu’une comparaison pour analyser les différences serait pas mal.

    1. Salut, et merci. Je n’en dispose pas de manière précise, on les a simplement évoqué en cours d’échanges. À l’usage, la différence avec le modèle précédent n’est pas énorme sur ces paramètres là. Elle se fait en marge, simplement pour coller au reste des ajustements en matière de force et raideur. Ajustements qui se font aussi en jouant sur les tokens/spacers et pressions utilisées, signe que ce n’est une nouvelle fois pas là qu’il faille chercher des détails très significatifs 😉

  5. Il donne envie ce META AM ! et ça donne quoi dans le sinueux étroit ? plutôt joueur et facile à faire virer ou plutôt du genre Monster TRUCK ?

    1. Perso, quand je vois les côtes du vélos, j’ai parfois l’impression que c’est pas ce que j’ai roulé 😉 C’est une manière imagée de dire qu’il ne faut pas forcément se fier aux chiffres. Le niveau de justesse du vélo est tellement bon qu’à choisir, je préfère sans problème un vélo qui marche comme celui-ci, plutôt que plus court, mais qui fera trop la saucisse pour en tirer parti.

  6. La question qui se pose est : est ce que la Zeb est vraiment necessaire ? La lyric RC2 est déjà renommée pour être excellente en terme d’amortissement et de rigidité.
    Il y a pas si longtemps la Pike faisait tout de 130 à 170mm

    1. La Pike ne “faisait pas tout”, c’est simplement qu’on nous proposait pas autre chose de mieux. C’est le cas désormais ! à l’occasion de ces essais, j’ai pu alterner TR et AM en back-to-back, sur la même piste, le même jour, à quelques minutes d’écart. Clairement, entre les deux, quand on cherche à obtenir du TR ce dont le AM est capable, c’est la Lyrik qui est un des premiers facteur limitant. Après, si les deux vélos existent, c’est pour répondre à des attentes différentes, donc ce n’est pas forcément l’approche qu’il faut avoir. C’est le sens de ma conclusion : si on estime que la ZEb et le vélo conçu autour n’est pas indispensable, pas de problème, c’est un TR qu’il faut… Mais il faut aussi savoir ce qu’apportent un AM conçu autour d’une ZEB, pour voir si ça n’a pas plus de sens 😉 Antoine > où roules-tu habituellement ? Quelle est ta pratique ? Quel vélo as-tu actuellement ?

  7. Merci pour l’article.
    Par rapport à un Hightower ça donne quoi ?! J’hésite entre elles deux. Est ce qu’ils sont équivalent ou santa est toujours loin devant.

    1. Salut Nicolas, je ne vais pas pouvoir te répondre comme ça, sans plus de précision. Je risquerais juste de débiter des généralités 😉 Peux-tu nous en dire plus sur ta pratique ? Ton style de pilotage ? Les endroits où tu roule ? Ce que tu ambitionnerais de faire avec ce vélo ? Celui que tu as actuellement ? Ce que tu aimes de lui ? Ce que tu lui reprocherais ? Pour l’heure, je peux simplement t’indiquer que dans l’aboslu, un Hightower est plutôt concurrent du TR, que du AM, concurrent du Megatower…

      1. J’ai actuellement un meta v4. 2 de 2018 et je le trouve top ! Je m’interroge sur le nouveau vélo qui pourrait le remplacer et je n’arrive pas à trouver de peur de perdre ce que j’aime dans mon vélo actuel. Je ne suis pas intéressé par les chronos, j’aime les single technique, engagé, et sauter de temps en temps (c’est ce que j’ai près de chez moi dans le val d’Oise). Parfois un petit tour sur breuil, les Vosges, ou les Alpes.
        J’aime jouer avec le vélo plus que d’être le premier en haut du sentier. Mon meta actuel me correspond bien mais en montée il traine un peu tout de même. Je me projetais sur les Hightower d’occasion de 2019 ou 2020 (un montage haut de gamme) ou sur ce nouveau meta (qui paraît plus à l’aise en montée). Après dur de choisir entre le Am et le Tr pour mon programme.
        Je rejoins Pascal sur tes articles, ils sont très biens.

        1. Salut Nicolas,

          pour répondre sur le côté TR vs AM, je me base sur le ratio entre le temps passé chez toi ou dans les Vosges, par rapport à celui passé dans les Alpes. Avec un TR, tu serais à mon sens plus souvent sur un vélo qui se rapproche le plus de ta pratique. D’autant que dans les Alpes le moment venu, le TR n’est pas en reste.
          Pour ce qui est du choix vis-à-vis d’un Hightower, je peux te préciser les points de différence qui me viennent à l’esprit, ça te permettra peut-être de mieux t’identifier à l’un ou l’autre. En premier, forcément, le TR 2021 sera forcément plus proche de ton V4.2 qu’un Hightower. C’est la continuité, améliorée. Globalement, les Hightower sont plus raides, là où les Meta sont plus conforts. Les suspensions d’un Hightower ont un côté tapis volant, là où un Meta use moins de débattement pour le même amorti. À faire tourner, un Hightower demande à être placé avant le virage, et à tourner “rond”, là où un Meta est plus enclin à pumper dans la courbe.

          Ça t’aide ?

          1. Oui ça m’aide beaucoup ! Notamment à réfléchir sur les matériaux et les géométries des deux vélos. Effectivement un meta tr me semble convenir davantage à ma pratique.
            Je suis toujours à me questionner entre un meta tr 2021 et une bonne occasion de Hightower. J’ai un budget de 3000 euros max.
            J’ai l’impression que le Hightower correspond à ce que je recherche dans le côté fun du vélo avec un bagage physique et technique à avoir pour ne pas subir le vélo. Ta réflexion m’amène à me faire réfléchir si j’ai envie d’un vélo plutôt confort comme le Meta ou plutôt exigeant comme un santa. Et je m’interroge du coup sur le matériau carbone.
            Je m’interroge aussi sur les géométries et s’il y a vraiment un gain entre une géométrie de meta 2021 et un Hightower 2019.

          2. Super. Attention cependant > les deux peuvent être fun, mais comme tu dis, ça demande de s’interroger sur ce que l’on veut, parce que les deux ne le sont pas de la même manière. Le Hightower, c’est “posé”, donc c’est fun si tu es inspiré, une bonne base pour “oser” des trucs. Le Meta, c’est plus “facile” à déclancher, ça aide si on a du mal à y aller. C’est pas la même approche, faut simplement que ça corresponde au tempérament/style du bonhomme qui est dessus 😉

  8. Super article comme d’habitude.
    Du coup, je me pose la question de de changer le cadre de mon AM Team 2020 (Lyrik ultimate et Super Deluxe ultimate) pour un de 2021.
    Je pense avoir de bons équipements sur le mien.
    Penses tu que le chgt de cadre soit intéressant à faire.
    Depuis que j ai essayé ce vélo, je le trouve formidable

    1. Salut, et merci ! Dans l’esprit, tu auras quelque chose qui se positionnera entre un nouveau TR et un nouveau AM. Dnas tous les cas, je vois plusieurs gains > une géométrie plus moderne (angle de selle redressé notamment), un gain sur l’impression au pédalage et de poids, un gain sur le ratio tolérance/confort/précision du vélo, qui plus est frontalement au freinage… Pour moi, ça a du sens !

      1. Merci de ta réponse.
        J en viens a me demander si c est pas mieux de vendre mon 2020 pour un 2021 du coup… 🙂

  9. Bonjour!
    Est-ce qu’un AM pourrait se justifier pour des traces pas extrêmement défoncées? J’hésite totalement entre un TR et un AM. Je roule actuellement sur un Reign 2019 en 27.5, j’ai un style de pilotage à aimer rouler vite et pousser fort dans le vélo, et j’aime le raide et très technique. Cependant 60% de mes sorties sont sur des terrains plutôt flow et roulant, 40% sur du bien raide et défoncé. Plus quelques sorties à la montagne de temps en temps. Le AM me fait plus d’effet, mais le TR n’est-il pas un choix plus judicieux pour garder un vélo joueur et pas trop monstertruck?

    1. Bonjour Guillaume,

      peux tu préciser dans quel secteur tu roules habituellement. Ça peut encore aider à préciser les infos déjà intéressantes que tu viens de transmettre. Comparativement, et sur des terrains pourtant pas forcément ultra montagneux et parfois sinueux, je n’ai pas eu le sentiment que le AM fasse “monster truck” par rapport au TR. D’ailleurs, certains de mes meilleurs souvenir à son guidon ne se situent pas dans la pente ou sur un terrain extrême. C’est même sur des passages plat un peu chaotiques où il fallait relancer, et où j’aurais cru le TR un ton au dessus…
      Une piste qui peut éventuellement changer la donne : ce que tu me dis de ton pilotage me fait penser qu’il y a aussi, peut-être à se poser la question “Air ou ressort” à l’arrière. Sur terrain flow et roulant par exemple, le ressort a un “pop” après le SAG, tu peux plus facilement pumper avec le vélo et jouer du terrain dès qu’il y a un petit mouvement, un virage, etc…

  10. Bonjour Antoine, tout d’abord un grand bravo pour ton travail, je ne trouve pas d’égale avec autant de détails techniques et surtout facile à comprendre. Tu arrives à faire passer tes impressions et ton ressentie sur le vélo tellement facilement sur le papier et ça m’aide énormément pour le choix de mon future vélo. De plus je suis un grand consommateur des didactiques que tu écries, j’ai tellement appris grâce à ça, merci beaucoup !
    Ma question est la suivante, j’hésite entre les deux version haut de gamme Öhlins/Fox, comme tu disais que le vélo était construit autours de la zeb en 38mm, la version full Öhlins avec une fourche en 36 est-elle une bonne idée d’après toi ? Ou mieux vaut se diriger vers la 38 ?

    Merci encore pour ce que tu fais !
    Will.

    1. Salut Will, et merci pour ce retour chaleureux. Ça fait sincèrement plaisir à lire 😉 Commençal a su faire le TR (autour de fourches en 35/36) et le AM avec un cadre très proche. Je pense donc qu’ils ont sû faire en sorte qu’un AM fonctionne avec le öhlins. Je n’ai pas eu l’occasion de rouler le öhlins, mais des échanges que j’ai pu avoir, ça rejoindrait ce que j’ai pu connaitre de ces suspensions par le passé. Il faut bien saisir que dans ce cas, il y a beaucoup de force dans les suspensions öhlins, et une raideur bien maitrisée. Je pense que ça en fait un Meta AM qui doit être encore un poil plus haut, rapide et efficace quand ça va vite. Mais je me demande si ça le rendrait pas un peu plus exigeant. Notamment avec ce ressort derrière. À ce niveau là, je pense surtout que c’est une affaire de goût. Si ce que je viens de t’exposer te fait saliver, c’est bon signe. Si tu te dis par contre que tu préfère un peu plus tolérant, ça doit être un montage Fox, ou plus encore un RockShox, qui doit t’intéresser 😉

  11. Super article !
    Par contre vous parlez pas vraiment du pédalage en D+.

    Entre cette version 2021 et le 2020 comment trouvez vous le 2021 à la pédale ?
    Sur une sortie de 30 – 35 km identique avec le 2020 et le 2021 aurons-nous plus de mal à finir la dernière liaison avec le 2021 à cause de la fatigue accumulé combiné au poids et géométrie du vélo ?

    Merci

    1. Salut, merci. Tout le paragraphe “Ce qu’il a de plus, à la pédale” concerne les liaisons où l’on doit enchainer du D+ 😉 Mais c’est vrai, ça ne compare au Meta AM 2020. Je lui trouvais une certaine aptitude au pédalage malgré son poids plus important. (essayé en ressort à l’arrière). Posé sur la selle, au train, l’assiette était bonne, et ça ne faisait pas l’impression d’un veau que le poids en statique aurait pu suggérer. Sur le 2021, on retrouve cette bonne assiette, l’air que j’ai roulé apporte cette tendance à avaler/gommer le terrain, ce qui permet de rester serein et sur le vélo quand c’est défoncé. Je trouve à ces nouveaux TR et AM un coup de pédale plus léger/réactif. J’aurais donc plutôt tendance à imaginer l’inverse : que le 2021 permette de finir la dernière liaison un peu plus frais qu’avec un 2020.

  12. Salut Antoine,

    Pourrais-tu révéler les noms présent sur cette “short-list” des vélos sur qui on peut compter ? Quel est-ce ce premier vélo qui a atteint ce niveau de justesse dont tu parles dans la conclusion ?
    Merci

    1. Le vélo “référence” dont je parle dans la conclusion est particulier. Je l’évoque avant dans l’article > c’est un Spicy de Nicolas Vouilloz, équipé de suspensions BOS préparées par Olivier Bossard. Quand ont sait le nombre de victoires en championnat et coupe du monde les deux ont récolté, on imagine que le vélo était hors norme…
      Pour ce qui est de la short-list des bons vélos du moment, On peut y mettre (dans le désordre, c’est fonction des goûts) : le Mondraker Foxy, le Commençal Meta AM, le Orbea Rallon, Le Lapierre Spicy, le Yeti SB150, Le Santa Cruz Hightower.

      1. Je me posais la question: qu’est ce qui fait que le Meta AM est sur cette short list et pas le TR ? En cause les petites différences de géométrie et les cm de moins en suspension qui le rendent moins polyvalent ? ou y-a t’il une différence de cinématique aussi ?

        1. Bonjour Guillaume,

          soyons francs, il n’y a pas un monde d’écart entre TR et AM. Les deux sont issus du même développement. Les différences qui les séparent permettent simplement d’ajuster un peu plus le choix à ses préférences personnelles, en fonction d’où l’on roule, ce que l’on en fait, et ce que l’on attend de son prochain vélo. Simplement, à mes yeux, le AM pousse le bouchon un peu plus loin sur certaines des dernières avancées : usage des Fox 38/ RockShox ZEB à la raideur plus contenue, géométrie plus marquée/typique “longer/slacker” qui fait que si je dois n’en retenir qu’un pour prendre place dans la shortlist, c’est celui qui grossi le plus le trait. Mais grosso-modo, on pourrait simplement dire que le/les Meta y figurent…

          1. Bonsoir Antoine,

            merci pour ta réponse, qui confirme ce que je pensais, vu qu’ils sortent du même bureau et en même temps.
            Étant donné que je roule plus en basse montagne, sous-bois, le TR sera suffisant je pense mais tout de même capable d’un prochain Transverdon et de Bikepark de temps à autre sans raté l’effet Commencal Meta du AM.
            Je suis aussi curieux de ce que vous en direz par rapport au nouveau Spectral pour son Verdict, si vous les comparez.

  13. Bonjour, d’abord super le retour en sensations de ces tests, perso j’apprécie et je comprends beaucoup mieux les tests davantages métaphorés plutôt que les chiffres et chronos. (je rédige aussi des tests pour un webzine, et la rédaction de tes tests sont une bonne inspiration).
    Je souhaite changer de vélo, pour passer d’un Kona Howler (ça peut en faire rire certains, pas de soucis vu le old school de la bête 😉 ) à quelque chose de récent.
    Je rech ce côté joueur, fun, mais avec plus de confort et de légèreté. (J’ai été habitué à monter à la force des cuisses, et descendre les pierriers des Corbières et Provence avec ce spad, qui fait bien claquer des dents dans le technique…).
    Je roule maintenant le plus souvent en terrains divers, un peu comme des bike park assez petits (Ardennes, Belgique, terril de Raismes, sk8park bowl) et quelques journées en stations (Les Angles, Les Saisies). Mes sorties sont donc sur terrains courts, assez flow, pump track, mini dirt, mini north shore, beaucoup de wall ride…quelques drops mais petits, vus mes 100mm actuels devant et derrière. Priorité au fun de la descente, des courbes (bowl) que de montées. (Gabarit léger 1.74m / 66kg) taille S ou M ?

    Je me questionne d’abord sur la différence de feeling entre un Commencal Meta (TR / AM) et Lapierre (Spicy / Zesty)…ou Commencal Clash (trop de débattement ?) ou Kona Process ??? (pas de test dessus ?)
    Ma pratique est elle entre le Tr et AM ? (entre Trail et Enduro)
    J’ai pu tester un Kona supreme operator aux Saisies, et j’adore son côté souple et rebond dans le flow, et les sorties de courbes, qui provient du ressort héli arrière selon ce que j’ai compris des nombreux tests du site… Mais ces vélos à tout faire correspondent ils à ma pratique ? (en roues de 27.5” il me semble).
    Merci par avance !

    1. Salut Tom,

      bien vu > au fur et à mesure que je lisais ton commentaire, je me disais “il lui faut un ressort” 😉 Vu les Spots “à faible dénivelé” qui doivent cohabiter avec un programme parfois alpin, et comme tu veux quelque chose de joueur, je verrais plutôt un TR. Chez Lapierre, il te faudrait un entre deux : pas autant de débattement que le Spicy, mais un peu plus couillu que le Zesty; Clash c’est fun mais clairement fait pour plus gros, et je n’ai pas eu l’occasion de rouler le process… Pour la taille, ça dépend des vélos, donc à voir en fonction du vélo que tu retiens 😉 Ça t’aide ?

    1. C’était la première fois qu’on le voyait/roulait, et on a pas encore eu toute les infos à son sujet. Ça sera intéressant de s’y pencher parce que ça pourrait bien être l’évolution du Hans Dampf que certains attendent, mais sincèrement, c’était pas le sujet et il y avait déjà suffisamment de choses à traiter à propos des vélos, je ne me suis donc tout simplement pas focalisé dessus 😉 Ça viendra, on commence à avoir des infos du coup…

      1. Ok merci pour le retour.
        Bizarre tout de même qu’un pneu en première monte sur un spad dispo
        fin JUILLET n’ait pas été le sujet d’une COM de la part de Schwalbe.
        Le pneu existait en 2009/2010 mais peut être a t’il été remanier.
        Wait and see.

        1. Malgré les apparences, rien n’est comme d’habitude cette année… Après, ne serait-ce que pour être dispo dans les diamètres, sections et carcasses d’aujourd’hui, ça impose de refaire une bonne partie du boulot. Peut-être resterait-il un peu de l’esprit, de l’objectif, du positionnement, du nom et éventuellement de certains éléments de profil, mais c’est forcément différent de ce que c’était 😉

  14. Hello, justement je me pose la question de passer les composants de mon rallon en xl (1,87m) sur un cadre de meta am en L . Vous qui avez roulé et apprécié les 2 vélos pouvez me dire ce qui les différencie niveau comportement en spéciales, bike Park, pédalage.. merci !

    1. Hello,

      peux-tu nous préciser le montage de ton Rallon ? Notamment si tu as l’ancienne ou la nouvelle biellette, et si tu as de l’air ou un ressort à l’arrière ? merci

      1. Donc nouvelle biellette, dpx2, fourche en 160, roues dt 1501. Programme pure enduro ( course) et bike Park. Pour le reste j’ai mon petit vélo.

        1. Ok, merci. En fait, il me manque une info pour être certain de ce que je pourrais vous en dire > si les settings internes des amortisseurs des Rallon sont proches de ceux des nouveaux Meta ou non. Ça peut conditionner le switch que vous envisagez @Alex & David.
          Sous couvert que ce soit équivalent, vous allez avoir quelque chose de différent en matière de comportement. Le Orbea reste haut en anti-squat, c’est ce qui fait une bonne partie de son assiette, sa vivacité, notamment avec le triangle avant en carbone et les bases courtes. Dans l’esprit, c’est quand même un vélo sur lequel il vaut mieux être dynamique et/ou gainé, que de laisser filer. Les Meta sont plus sereins, mais moins impulsifs de ce point de vue.

  15. Ok, et la différence de ressenti entre le cadre de lapierre et le meta ? (Plus joueur et souple ? Plus sur arr ou avant ? ) Peut-être en 27.5 aussi pour ce côté plus réactif du pilotage.

  16. Salut merci pour l article,
    Moi aussi je suis intéressé par la question d alex , j ai un rallon ancienne biellette et ressort ?
    Merci

  17. Bonjour bonjour …
    A la lecture de votre article qui soit dit en passant et top !!!!! Chapeaux bas …..
    Il est clair que ça semble être un outil sérieux pour la pente et cailloux parfait, je suis sur marseille y a que de ça…. je cherche un mangeur de pente et dévoreur de cailloux.
    Je me demandais si ce nouveau Meta étais quand même assez joueur…
    C’est à dire à t’il du POP ….
    Est ce un vélo assez aérien avec le quel on peut survoler les embûches.
    J’ai roulé plusieurs vélo ma référence question POP et amusement d’appel evil insurgent a l’opposé un vélo collé au sol se nomme yeti SB 150 ce dernier est très rapide maniable mais pas vraiment funnnnn….
    Le megatower est pour moi entre les deux mais plus proche du yeti.
    Lorsque je vous lit je ne vous entend pas parler de funnn ou de bunny up….
    J’ai peur que ce soit un vélo collé au sol avec lequel les figures de style soit compliqué…..
    pouvez m’éclairer sur ce point….
    merci Pour votre réponse …..

    1. Bonjour,

      merci pour la question. On parle bien de la même chose, mais on n’a pas forcément les mêmes mots dessus. Notamment parce que le “fun” c’est quelque chose de très subjectif 😉 Nous, on trouve le SB150 très fun, mais plus parce que sa dynamique permet de sortir de tous les virages en manual… On n’a pas roulé les Evil, difficile donc de faire le lien et bien saisir ce qui te plait à l’appel avec ce vélo. Tu peux nous préciser ? On pourra alors te dire si on le retrouve sur le Meta, ou pas…

    1. Très vite, puisqu’il est en cours. J’ai pu reprendre l’essai avorté pour raison de santé l’an passé. À très vite donc 😉

  18. J’ai un méta de 2019 avec coil et lyrick. C est un TGV ce bike il mange les pistes de Dh mais pour répondre à la question précédente il peut pour certains manquer de fun. Manuals difficiles à tirer, faut se bagarrer pour jumper de manière imprévue. Du reste il sera hyper stable, rassurant, avalant les trous dans les virages relevés et il n’y a pas de questions à se poser sur les sauts C est juste que là aussi il est stable mais pas joueur ou alors faut que je fasse vraiment des jump plus gros pour réussir à faire des whip. Mes freins sont des guide re et sont pas toujours suffisant, seul point noir. A l avenir j aimerai peut être du plus léger pour pédaler sur des plus longues distances genre un strive et un freeride en 27.5 clash ou propain spindrift pour le fun un engager plus et progresser sur les sauts.
    Le méta est fait pour rouler vite, et s engager physiquement pour le piloter il vous préservera plutôt bien du trialisant. C est une balle de 357 qui atteindra toujours sa cible, les racers de courses enduro en seront satisfaits il faudra anticiper les relances C est pas le plus rapide à la pédale mais normalement ce nouveau modèle est là pour ça.

  19. Salut!
    Super article ,
    Personnellement je viens du DH et j’aimerai vraiment me mettre à l’enduro pour faire des sorties autour de chez moi (Grenoble). Je ne veux plus être restreint à devoir monter en station et prendre les remonter mécaniques pendant seulement 2 mois dans l’année. Je veux pouvoir monter (en pédalant) et faire de “vrais sorties enduro” tout en continuant à faire quelques sorties Bike Park aux 7 Laux ou 2 alpes de temps en temps pendant l’été. J’hésite donc entre le Clash et Meta AM 29 (en finition essential pour les deux). J’ai peur que le clash ne soit vraiment pas bon en monter à cause de son débattement mais j’ai aussi peur que le Meta soit limite en saut et en “fun-itude”…
    Que me conseils-tu?
    Encore merci, tes articles sont vraiment tops!!!

    1. Salut Théo,

      difficile à dire, je n’ai pas eu l’occasion de rouler le Clash. Il semble que tu sois dans le vrai à son sujet, c’est en tout cas ce qu’on entend dire à son sujet, mais je n’ai aucune certitude totale. Pour ce qui est du Meta, je ne pense pas que sa capacité à rouler vite soit un frein au fait de s’amuser avec. C’est pas un “pousse au crime” qui “exige” d’aller vite. Il est sain et posé quelle que soit la vitesse. Après, si ce sont les dimensions qui impressionnent, tu peux envisager de voir si la taille du dessous ne serait pas plus “fun” aussi…

  20. Bonjour Antoine. Un grand bravo pour tes articles très précis et bien écrits ! TR ou AM là est la question ! Je roule dans le massif central où on enchaine 4 ou 5 D+300 assez raides et des D- en singles droits dans la pente (Lot, Aveyron, Cantal), parfois en bikepark mais plutôt sur des parcours enduro naturels et pas forcément très vite (pentes, racines, rochers, épingles, …). Les essais des 2 modèles laissent penser que le AM peut tout faire, mais un TR ne serait-il pas plus raisonnable et efficace ? …

    1. Salut ! et merci pour ce retour hyper positif 😉 j’ai besoin de quelques précisions supplémentaires pour bien cerner ta pratique, tes attentes, et être sûr de bien te conseiller. Sur quel vélo roules-tu jusqu’à présent ? Qu’apprécies-tu ? Que lui reprocherais-tu ? Et qu’attendrais-tu du nouveau ? merci, à très vite

      1. Merci de ta réponse ! Je roule sur un strive 2015, race en carbone, taille M (Je fais 174 et 82 en EJ). Il est assez léger mais je le trouve cassant en montée, à buter sur des pierres ou des ornières. De plus, j’ai l’impression d’être couché sur le vélo en montée puis obligé de me poser sur le bec de selle pour gérer l‘équilibre quand ca s’incline. En descente en virage j’ai parfois du mal à trouver le bon équilibre pour tourner sec. En chargeant l’avant cela semble plus facile mais avec la fatigue, je peux me laisser emporter …
        Je n’ai pas eu l’occasion de tester ces nouveaux enduro en 29 avec des géométries plus modernes mais quand je lis « efficacité au pédalage » ou « facilité » cela m’attire !
        Donc mon nouveau vélo serait simple, efficace en montée, tolérant en cas de fatigue et maniable pour descendre dans des dévers, des marches et les épingles. Je ne cherche pas le chrono ni la vitesse du son ! … xavier

        1. Salut Xavier,

          merci pour ces précisions. Je retiens entre autre que le prochain vélo doit être “facile” et doit “avaler” le terrain. Ça réduit un peu le champ > Si c’est un TR, il doit être avec amortisseur à air, pas à ressort. Comme ça, au SAG, assi, quand tu pédale, le vélo avalera plus de terrain, et tu pourras rester posé. Ensuite, puisque tu ne cherche pas à franchir le mur du son, que tu n’ambitionne pas de compétition, et que tu fais des dénivelés “compacts” dans les deux sens, je pencherais vers un TR, un peu plus “compact” si j’ose dire 😉

  21. Salut Antoine,
    Merci pour ces test, on se régale à les lire, la bible 😉
    J’ai un rallon en xl avec la nouvelle biellette en X2 et une zeb 170, potence courte 31 pour 1.83 et 84 d’EJ , il marche top, vif, et capable, et polyvalent mais assez exigeant physiquement sur les longues descentes, une certaine raideur, je met une couronne de 34 qui attenue fortement le drible de la suspatte (merci du conseil d’ailleurs)…
    Je ne serais pas trop dépaysé par la taille meta am en L ? et en épingles serrées ?
    Pour le confort dans les longues spéciales bien défoncées, il semble à te lire, une arme, tu confirmes le gain par rapport au rallon r5 à lâcher les freins et à gommer le terrain ?
    Je roule avec mon rallon principalement en station et quelques liaisons à la pédale ,
    et chez moi dans le Var 4 fois sur 5 en AE , donc le rendement n’est pas ma priorité, d’où mon intérêt pour ce AM 29, mais ne il semble pas si mauvais sur ce coup là…
    Merci d’avance
    Pierrot

    1. Salut Pierrot,

      pour ce qui est des éléments de géométrie qui te positionnent sur le vélo, tu ne serait pas dépaysé par le Meta AM en taille L. Le reach/Stack est ce que je préconiserais pour ton gabarit. Le tube de selle plus court peut permettre une tige à plus fort débattement et offrir plus de dégagement. C’est plutôt sur les éléments de géométrie qui influent sur le comportement que tu peut ressentir une différence. Le Meta est un peu plus long d’empattement, notamment avant, pour des bases identiques. Il peut t’assoir un peu plus sur la roue arrière. Ça peut paraitre plus difficile, car plus long à manœuvrer, en épingle, mais en fait ça aide surtout à être plus facilement au dessus de là où le vélo tourne : la roue arrière, et ça aide à mettre un peu plus d’angle, donc ça aide à tourner. Technique différente, qui demande un petit temps d’adaptation mais qui normalement, va dans le sens du progrès.
      Je confirme que sur les longs runs, pas de doute le Meta AM a tout pour avoir un train d’avance pour préserver son pilote. C’est sa raideur, autant que ses suspensions et ses cotes, qui aident à lâcher les freins et laisser filer 😉 En tout cas oui, je confirme que le vélo correspond à ce que tu m’explique de ta pratique, et ce que tu en attends. Au plaisir !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *