Orbea Occam LT, Devinci Spartan HP, Jeans Riding Culture… Certains prennent du galon !

Quel que soit le style, certains n’ont pas l’intention de tout chambouler, mais bien de faire dans la continuité à la rentrée. C’est le cas avec le Orbea Occam LT, le Devinci Spartan HP et les jeans Riding Culture qui restent fidèles à leurs parcours, mais profitent de l’instant pour monter d’un niveau… Le premier libère son potentiel, le second concrétise un travail de famille, et les troisièmes accueillent… Un troisième !

Orbea Occam LT

Depuis sa sortie, sur le papier, le Orbea Occam était un All Mountain – comme on l’entend ici – doté de 140mm de débattement arrière… Oui mais voilà : sur le terrain et dans les nombreux commentaires échangés ensemble à son sujet, il a toujours laissé paraitre un potentiel plus important que ce à quoi il était réduit. La faute, notamment, à une logique de gamme à respecter vis-à-vis du Rallon R5 d’Enduro. Le choix entre l’un et l’autre n’était d’ailleurs pas toujours évident. Mais ça, c’était jusqu’à ce que le Rallon évolue la semaine passée… Avec un grand frère désormais plus clairement en phase avec ce que sont les Enduros modernes, voici plus de place pour que le Orbea Occam s’exprime librement.

Le catalogue compte donc désormais le Orbea Occam LT parmis ses rangs ! Dans les grandes lignes, le cadre est celui que l’on connait. Une différence essentielle cependant : sur les tailles S et M, le tube supérieur adopte une forme légèrement différente. Cette mesure permet de rendre pleinement compatible le Orbea Occam LT avec les amortisseurs à ressort et/ou plus encombrants du marché. Premier point…

Deuxième point, ça permet au Orbea Occam LT de faire usage d’un amortisseur en 210x55mm – contre 210x50mm sur les Occam R4 commercialisés jusqu’ici, et sur le Occam tout court en 140mm & Fox 34 qui reste au catalogue. Le Orbea Occam LT dispose donc désormais de 150 mm de débattement arrière dont on est certain qu’ils ne causent aucun dommage en fin de course. Pleinement compatible avec amortisseur à ressort, et 10 mm de plus à la roue arrière… Voilà le Orbea Occam (LT) en pleine possession de ses moyens !

Orbea Occam LT > 3 modèles + MyO / 4 tailles / Alu ou carbone / 3 199 à 5 699 € /

Devinci Spartan HP

En cette saison particulière, le concept du point de pivot haut tient le haut de l’affiche. On lui a consacré un Didactique pour en cerner les subtilités, et il a déjà pris place sur le Norco Range, le Cannondale Jekyll, et le GT Force pour ne parler que des vélo d’Enduros. Mais depuis quelques temps déjà, l’idée que le point de pivot haut se développe vient aussi du fait que le Devinci Spartan HP est annoncé comme le prochain à rejoindre la mouvance… Voilà qui est fait !

Évolution majeure donc par rapport à la version précédente : la suspension arrière – qui est toujours un point de pivot fixe à biellette/basculeur et pivot bases/haubans concentrique à l’axe de roue arrière – rehausse son point de pivot principal et fait usage d’un galet de renvoi. La marque est peu loquace sur les chiffres exacts en matière de cinématique, mais se contente de préciser que c’est l’occasion de bien séparer les forces d’accélération et de freinage. Sensibilité, efficacité au pédalage et stabilité quand on pousse le vélo dans ses retranchements – son débattement, ndlr – sont avancés comme principaux arguments.

Seul chiffre précis en la matière : les bases gagnent 17,5 mm au plus fort de la course. Hormis ça, le Devinci Spartan HP fait évoluer les lignes de ce que l’on connait de la marque. Il concrétise notamment les travaux effectués depuis le Big Bang – le vélo de Descente, pas l’origine du monde – et le Wilson de la belle époque. Et puisque nous sommes bien en 2021, il profite de l’opportunité pour recentrer le pilote sur le vélo. Reach plus long, angle de direction plus couché, tube de selle redressé et bases désormais spécifiques à chaque tailles…

Devinci Spartan HP > 3 modèles / 4 tailles / 6 249 € à 8 819 € / 15,8 kg (taille M, montage GX)

Jeans Riding Culture

On boucle ce panel du jour par une touche mode, et pas n’importe laquelle ! On parle des jeans qui ont la faveurs d’une bonne partie de ceux qui passent leur temps en l’air, sur les meilleurs spots freeride, slopestyle, dirt et pumptrack du moment. C’est bien sur un style et un signe d’appartenance à une mouvance, mais aussi une nécessité : celle d’avoir un pantalon capable de résister aux nombreux contacts avec le sol, et tenir en place les protections qu’il recouvre ! Et puisque en plus, on en trouve facilement dans les shops grand publics…

Qu’importe, on présente ici la gamme de jeans de la marque Riding Culture. Celle-là, on ne la trouve pas n’importe où, mais les pantalons qu’elle propose sont spécifiquement destinés à cet usage. Le Denim habituel, à base de coton, est notamment renforcé de UHMPE (polyéthylène), de polyarylate et d’aramide (Kevlar). Trois matériaux parmi les plus résistants et isolants pour rendre les jeans plus solide encore. La marque parle d’une conformité aux normes CE moto…

La gamme compte trois jeans spécifiques vélo. Le classique Chino, le plus fit tapered, et désormais le Huppi Pro plus fit encore, avec une poche pour le forfait supplémentaire. À noter que la marque propose aussi des jeans féminins aux caractéristiques proches. Pour l’heure, ils sont rangés avec les autres, au rayon moto, c’est donc là qu’on peut les trouver sur le site de la marque…

Jeans Riding Culture > Chino, Tapered & Huppi / 16 tailles / 2 coloris / 139 à 159 €

Rédac'Chef Adjoint
  1. Bonjour,
    Hormis l’amortisseur en 210×55 Vs 210×50 savez vous ce qui différencie un cadre Occam LT taille L ou XL d’un cadre Occam 2020 L ou XL?
    J’ai bien noté que pour les cadres en S et M un léger re-design permet d’éviter le contact roue / cadre en 150mm de débattement mais pour les cadres en L et XL y’a t’il une différence ?
    Il me semble que Damien Otton roulait déjà un Occam 2020 avec amortisseur en 55mm de course. A confirmer.
    Merci

  2. Bonjour,
    pour répondre à Mickael, Damien OTON roule un cadre en taille M avec une fourche en 160mm mais je ne sais pas pour l’entraxe de son amortisseur.
    Mais si c’est le cas, cela veut dire que 55 de course n’affecte en rien le cadre? même sur les petites tailles? il faudrait être sur de sa configuration.
    D’ailleurs le cadre a été modifié au niveau fixation haute de l’amortisseur sur les petites tailles pour permettre de mettre des amortisseurs a ressort, a cause de leurs encombrements, je ne vois pas en quoi cette modification empêche de mettre une course plus longue (sachant que sur le DPX2 se sont 2 entretoise de 2,5mm qui limite sa course) car c’est la roue qui viendrait toucher le cadre avant de coincer sur la fixation haute de l’amortisseur? Ça ne gêne apparemment pas sur les cadres en L ou plus au niveau de la biellette d’augmenter la course.
    Il y a quelque chose que je ne comprend pas…
    Si vous avez l’explication, je suis preneur!

    1. Bonjour Romain, Bonjour Mickael (ou Mathieu ? désolé…)

      Sur le Occam LT, la légère différence de design des tailles S et M se situe bien au dessous du tube supérieur, au niveau où vient s’ancrer l’amortisseur. C’est pour garantir que l’amortisseur, qui a un léger mouvement quand la suspension s’enfonce, ne vient pas au contact avec le cadre et/ou jouer au casse noisette avec le carbone. Dans tous les cas, cette modification ne concerne pas le contact roue/cadre.
      Effectivement, Damien Oton a procédé à ces essais. Orbea n’a néanmoins pas jugé l’ensemble de ses investigations suffisante à ce sujet pour garantir et communiquer sur cette opération concernant les modèles commercialisés avant la version LT. C’est à la discrétion et sous la responsabilité de leurs propriétaires 😉

  3. Bonjour, je suis tres intéressé de savoir si la course de 55mm sur un cadre M 2020 pose problème car j’ai déjà acheté le dhx2 210×55 et manque plus qu’à le monter. Bon si problème avéré je change la course en 52.5mm. En attendant vos réponses. Merci

    1. J’ai finalement testé le dégagement du pneu et cadre sur un M et ca ne passe pas c’est trop juste, donc soit 210×50 ou 52.5 mais je pense qu’à 52.5 c’est juste aussi..

      1. Salut, curieux. Normalement, ce n’est pas au niveau du pneu, mais au niveau de l’espace qu’il y a autour de l’amortisseur que c’est sensé poser problème… Après, on joue au millimètre sur des éléments en mouvement qui font plusieurs dizaines de centimètres. il y a donc aussi des marges et tolérances à prendre en compte. Raison pour laquelle Orbea ne garantie pas sur les modèles vendus jusqu’ici 😉

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *