Le Cannondale Jekyll 2021, dans la nouvelle tendance !?

Les plus curieux l’auront probablement remarqué : il y a peu, l’ancien pilote pro de la marque, Jérôme Clémentz, était sur l’île portugaise de Madère pour la Trans Madère, au guidon d’un nouveau vélo Cannondale… celui qui sort aujourd’hui et que l’on va présenter dans la foulée !

En effet, le Jekyll, persiste mais évolue ! Et cette fois, il s’articule autour d’une nouvelle approche qui semble dessiner la prochaine tendance en matière de conception : le point de pivot haut. On l’a aperçu chez Commencal parmi les vélos du team Commencal Muc-Off, chez GT aux mains de Martin Maes, et maintenant, de manière plus officielle : sur ce nouveau Cannondale Jekyll…

Par Tom Garcia – Photos : Cannondale

Historique !

Comme Jérôme Clémentz l’a confirmé sur les réseaux sociaux, en affichant tous ses Jekyll, le Jekyll est bel et bien un modèle historique chez Cannondale. Et c’est peu dire, puisque s’il résume ici ses dix dernières années d’existence, le Jekyll est à la gamme Cannondale depuis au moins plus du double de temps…

Mais s’il y a une chose que l’on peut affirmer, c’est que ce mythique Jekyll à une identité particulière, qui lui est propre, et que Cannondale, se pliant difficilement aux codes du marché, s’affaire visiblement à entretenir ces dernières années : le positionnement de la biellette, en plein milieu du triangle avant. C’est très distinctif, à tel point qu’il est difficile de le confondre avec un autre vélo du marché ! Peut-être que ce nouvel opus rompt la tradition !? Voyons ça…

Cannondale Jekyll 29

  • Enduro
  • 29 pouces
  • 170/165 mm AV/AR
  • Full carbone
  • Reach 475 mm (taille L) & offset 44 mm

Le nouveau Cannondale Jekyll

En fait, en voyant le nouveau vélo GT de Martin Maes, on aurait pu se douter qu’un Cannondale allait se doter d’un pivot haut puisque Cannondale et GT font partie du même groupe ! Cependant, Cannondale est très probablement la première grosse marque à présenter officiellement un vélo d’Enduro moderne à point de pivot haut, aux côtés des plus petites comme Forbidden ou Deviate… et, par la même occasion à possiblement relancer la course à l’armement à ce sujet. Voyons donc comment le Jekyll s’y prend !?

4 bar linkage + point de pivot haut

Si côté cinématique il ne révolutionne pas le monde avec l’habituel Four Bar Linkage, cette fois le point de pivot principal est réhaussé et placé haut pour obtenir ce qu’on peut qualifier d’un point de pivot haut !

Caché juste derrière la roulette de renvoi côté transmission, à une quinzaine de centimètres au dessus du boitier, il implique ce qu’on connait du pivot haut. C’est à dire une trajectoire de roue qui recule pas mal à l’impact – autour de 11 mm au maximum, au 2/3 du débattement, c’est bien plus que les 4 mm du Specialized Enduro – et un kick back souvent très prononcé, qui ici est limité par la ligne de chaine modifiée par la présence de la roulette de renvoi. Par ailleurs, l’anti-squat est aussi sous les 100 %, ce qui n’est pas forcément commun sur les dernières générations de vélos d’Enduro…

En somme, la cinématique de ce nouveau Cannondale Jekyll – avec un anti-squat bas, un anti-rise stable, des bases qui s’allongent franchement, une progressivité pas très importante, autour des 20% – a de quoi sortir du lot.

En plus, le fait de remonter le point de pivot, implique que les masses remontent et que le centre de gravité suit cette prise de hauteur. Mais, pour le coup, Cannondale a su s’en sortir autrement…

La Gravity Cavity

En effet, c’est tout l’attrait que peut avoir au premier abord ce nouveau Cannondale Jekyll : il allie un point de pivot haut avec un centre de gravité conservé assez bas, tout en conservant la biellette caractéristique du précédent Jekyll qui traverse le triangle avant, même si cette fois elle est franchement raccourcie et plus discrète !

Sans altérer totalement son identité, et en logeant l’amortisseur dans le tube diagonal – dans la Gravity Cavity -, les masses principales restent donc basses. C’est un bon point pour l’équilibre général du vélo.

Géométrie évolutive

Hormis les dimensions plutôt communes avec, en taille L, 475 mm de reach, 64 ° d’angle de direction, 77,5 ° d’angle de tube de selle et 1264 mm d’empattement total c’est le stack, à 643 mm, les bases, à 442 mm, qui s’affichent dans la moyenne haute du moment.

Justement, comme on a vu que les bases de ce nouveau Jekyll s’allongeaient sacrément quand la suspension s’active, c’est doublement surprenant : Cannondale a visiblement pris le parti d’avoir des bases longues, voire vraiment longues !

Et celles-ci, tout comme la position des points de pivot de la suspension, sont variables et évolutives entre les 4 tailles pour conserver une répartition des masses similaires, ou le plus proche possible, d’un(e) pilotes/taille de cadre à l’autre.

Détails et esthétique

On finit ce tour du propriétaire par quelques détails du nouveau Jekyll :

Galerie commentée :

Et pourtant…

Qu’en penser !?

C’est justement une fois qu’on s’est penché sur les détails esthétiques que l’aspect visuel global de ce nouveau Cannondale Jekyll interloque ! Et, quand on a connu le premier Moterra de chez Cannondale, on craint la récidive… Ici, on en est loin mais ça manque un peu d’harmonie et de lignes cohérentes pour un ensemble plus homogène.

Pourtant, techniquement, ce nouveau Jekyll innove et tente de nouvelles choses parmi ses confrères de la gamme. Il repousse même les frontières actuelles des vélos d’Enduro et ose ce que peu ont fait jusqu’alors : s’aventurer sur le point de pivot haut en Enduro.

En quelque sorte, il poursuit le travail effectué sur le prototype DH de la marque qui n’a finalement pas encore vu le jour. Reste maintenant à savoir si ces caractéristiques sur le papier en feront un bon destrier. Qui a aussi de quoi séduire en voyant sa gamme...

La gamme

Effectivement, avec un rapport équipement / prix correct, les différents modèles Cannondale Jekyll à la gamme peuvent faire de l’oeil, sans parler du kit cadre, et sa drôle de peinture :

Rédacteur Testeur
  1. Intéressant ce nouveau Jekyll ! Hâte de lire un test par vos soins pour voir ce qu’il a dans le ventre. Ça fait bien longtemps que je ne m’étais pas retourné sur un cannon’ (après en avoir eu pendant 20 ans et changé de crèmerie pour Orbea depuis 2016).
    S’ils pouvaient ressortir la version « mini » comme à l’époque, un trigger finalement, ça serait top aussi ?
    Pour le moment toujours très content de mon occam 29″ mais je ne dis pas que je ne reviendrai jamais chez cannon’ !

    1. Salut Olivier, merci pour ce témoignage, c’est toujours intéressant de voir qui change de marque, comment, pourquoi, etc… Un essai est prévu, on relance le sujet 😉

  2. Faire passer la puissance de pédalage sur une roulette de renvoi avec 4 dents en prise ou 1/4 du plateau utilisé c’est quand même pas terrible, le rendement et l’usure doivent en prendre un coup, non ?.
    Vaut mieux privilégier un usage majoritairement descendant avec ces pivots hauts à roulette de renvoi

    1. J’ai effectivement ressenti ça à l’essai du Norco Shore durant l’hiver (https://fullattack.cc/essai-du-norco-shore/). Notamment quand on fait usage des plus hauts pignons. Sur ce vélo là, le rendement était clairement moins bon. Mais pour l’heure, pas assez de recul pour généraliser. Ça mérite de passer le Jekyll à l’essai pour voir ce que ça donne avec lui…

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *