Loudenvielle 2021 – Sur qui compter pour la reprise des Enduro World Series ?!

On y est ! Le break estival de 7 semaines qui séparait la dernière manche à La Thuile, de la reprise des Enduro World Series à Loudenvielle, est terminé. C’est l’heure de la rentrée pour les pilotes encore en lice pour bien figurer. Sur qui (ou quoi) compter lors de cette nouvelle double manche Loudenvielle 2021, qui doit mener tout le monde aux 2/3 de la saison ? Réponse en 10 points !

Richie Rude ou Jack Moir ?!

Depuis le début de saison, Richie Rude et jack Moir se livrent un mano-à-mano aussi intense que serré. À toi, à moi ! Si l’américain est en tête du général provisoire, ce n’est que pour 5 petits points, une paille parmis les 2000 qu’ils ont déjà cumulé. Surtout, ce résultat est en trompe l’oeil, Richie Rude profitant mieux que son adversaire des différentes opportunités de marquer des points – pro stage & Queen stage notamment. Parce que dans les faits, tout le monde a bien vu qu’à deux reprises, lorsque Jack Moir l’emporte, les écarts sont bien plus importants que lorsque le scénario s’inverse. Reste maintenant à savoir comment les deux hommes forts du début d’été vont revenir en cette rentrée, et auront capitalisés ou non durant cette période. L’américain est rentré chez lui, tandis que l’australien est resté en Europe, hiver austral et quarantaine obligent. On le saura très vite, dès les premiers chronos de Loudenvielle 2021, jeudi…

Sam Hill, tel le loup qui dort ?

En parlant de quarantaine et de mesure covid, Sam Hill s’y est plié. Père de famille et face à 7 longues semaines, l’australien est rentré chez lui, mais pas directement. Il a notamment du se plier à l’impressionnante quarantaine en vigueur dans son pays : deux semaines enfermé dans une chambre d’hotel, à quelques encablures seulement de retrouver les siens. Loin d’être idéal pour se remettre d’une premier bloc pas à la hauteur de son statut, et reprendre le chemin d’un entrainement nécessaire pour retrouver le rythme de la compétition après plus d’une année d’arrêt forcé, pandémie oblige. Bref, si la légende australienne a déjà certainement tiré un trait sur son titre – 28e du général, il compte 1270 points de retard, un gouffre – la question reste entière : qu’est-ce que ce deuxième bloc de compétition Enduro World Series, qui débute par Loudenvielle 2021 peut lui réserver ? Souhaitons lui au moins quelques résultats probants, ne serait-ce que pour justifier et récompenser les efforts consentis, à tous les niveaux.

Mélanie Pugin pour assoir son statut ?!

Chez les filles, le général a une toute autre allure que chez les garçons. Mélanie Pugin s’est envolée en tête du classement. Elle compte 340 points après ses performances à La Thuile. De quoi aborder sereinement la suite de la saison ? Pas tout à fait, puisqu’il reste encore les 2/3 à courir. Cette double manche à Loudenvielle est donc très importante, voir charnière. Si elle enfonce le clou, il sera difficile d’imaginer la rattraper. Mais dans le cas inverse, la saison pourrait être relancée. Difficile dans tous les cas de trouver des indicateurs dans ses récentes performances. Elle a certes abandonné son titre de championne du monde VTTAE XC la semaine passée à Val di Sole, mais n’était qu’à 7,5s d’Isabeau Courdurier et de la gagne lors des Championnats de France Enduro VTT le week-end précédent…

Alex Rudeau pour confirmer ?

En parlant de Champion de France, on compte forcément sur le dernier titré en date chez les garçons. À Thollon les Mémises/Bernex, Alex Rudeau s’était emparé de la tête dès la première spéciale, sans jamais la lâcher ensuite. Kevin Miquel avait bien tenté de lutter un temps, sans succès. Résultat, le pilote Commençal doit désormais porter la manche tricolore à chaque compétition, et ça commence dès cette semaine, à Loudenvielle. C’est le moment, ou jamais, de continuer sur la bonne dynamique et s’installer de nouveau dans le top 10 qu’il a déjà tutoyé cette saison – à La Thuile, lors de la première manche de la semaine, 8e. Ce serait en tout cas la plus belle manière de mettre en valeur la manche tricolore, et confirmer qu’il ne s’agissait pas forcément du sommet d’une belle saison.

Harriet Harnden pour confirmer aussi ?

Chez les filles aussi, on attend une confirmation lors de cette EWS Loudenvielle 2021 : celle d’Harriet Harnden. La britannique a créé la sensation en début de saison. Pour sa première année chez les élites, elle s’est déjà plusieurs fois mise en évidence via ses prestations lorsqu’il s’agit d’être fortes et endurante. La jeune pilote Trek est même allée jusqu’à l’emporter à la Thuile, après un duel à couteau tiré face à Andreane Lanthier Nadeau. Reste qu’on prêtera désormais plus attention à son rang. C’était le cas la semaine dernière lors des championnats du monde de Val di Sole où elle participait à la course VTTAE et Espoir XC : 4e – juste devant Mélanie Pugin, mais loin de la gagne – pour la première course, 14e à plus de 7 minutes de la gagne lors de la seconde… Une belle performance à Loudenvielle lui permettrait de faire la différence au général. Pour l’heure, elle y est à égalité de point ou presque, avec Morgane Charre…

Isabeau Courdurier sur la bonne dynamique ?

Et Isabeau Courdurier ! Si l’on regarde parmis les récentes performances féminines, c’est du côté d’Isabeau que les espoirs sont permis. Après un début de saison difficile pour les raisons que l’on sait, Isabeau semble doucement mais sûrement retrouver de l’énergie. En dent de scie dans le Val di Fassa puis à la Thuile, elle a depuis conquis son premier titre de championne de France Enduro à Thollon les Mémises/Bernex, il y a peu. Une victoire qui pourrait bien refermer un chapitre, celui des moments difficiles ouvert l’an passé à la même période, avec une blessure à la cheville… Et quel meilleur endroit que Loudenvielle, là où elle avait tout de même tenté de rouler l’an passé malgré la douleur, pour conjurer le sort ?!

Damien Oton dans ses montagnes ?!

À propos du sort, ou de la superstition, faut-il s’attendre à ce que les montagnes pyrénéennes portent chance à Damien Oton, l’aigle catalan ?! Lorsqu’il s’agit de défendre ses valeurs et son attachement à ses origines, on peut en tout cas compter sur lui. Et pour l’y avoir croisé il y a peu, je peux confirmer que la motivation est là… Et ce serait beau ! Le pilote Orbea roulera notamment sur un vélo zébré qui préfigure du nouveau pour très bientôt à la gamme basque. Pour le symbole, ce serait beau que ce soit à Loudenvielle, peu ou prou à mi-chemin entre les terres de Damien et celles d’Orbea, que l’association des deux se concrétise au plus haut niveau. C’est que jusqu’ici, on a le sentiment que cette association n’a jamais eu l’opportunité de s’exprimer pleinement, pandémie oblige. Il est l’heure, et un top 10 – voir mieux – aurait fière allure. Il ferait suite à celui acquis dans le Val di Fassa – 8° – et replacerait dans le match pour le top 10 au général.

Les autres frenchies pour Loudenvielle 2021 ?!

Et si l’on parle de Damien Oton, c’est pace qu’il fait partie de la patrouille de France, les frenchies qui se relaient depuis le début de saison pour occuper le top 10 Enduro World Series : Dimitri Tordo, Kevin Miquel, Adrien Dailly, Antoine Vidal, Youn Deniaud et Alex Rudeau… Tous ont claqué un ou plusieurs top 10 cette saison, mais aucun ne s’est véritablement installé aux avant-postes, comme par le passé. Pour l’heure, c’est la régularité de Dimitri Tordo – toujours placé, jamais en dehors du top 15 – qui en font le mieux placé au général. Il est 4° ! Même esprit du côté d’Adrien Dailly – 6° à 20 points – qui lui, est monté sur la boite cette saison. À moins que Kevin Miquel, régulièrement devant mais parfois malchanceux avec la mécanique, finisse par retrouver la régularité qui le faisait briller par le passé ?!

La météo de Loudenvielle 2021 ?!

Tout ça dépendra forcément de la météo ! Et elle pourrait bien compliquer la vie de tout le monde cette semaine. C’est bien simple, la pluie n’était plus sérieusement tombée depuis un petit moment dans cette zone des Pyrénées. Le terrain était archi-sec à l’arrivée des pilotes sur place. Mais la logique météo est aussi implacable qu’une loi statistique : plus ça fait longtemps que la pluie n’est pas tombée, plus il y a de chance qu’elle finisse par s’abattre ! À en croire les prévisions, ce serait pour cette semaine justement. C’est en tout cas ce que les risques de précipitations laissent présager. Des évolutions orageuses sont régulièrement attendues en deuxième partie de journée, comme c’était le cas ce mardi. Dans ce cas, la question est donc de savoir si ça finira par tomber ou pas, et si les pilotes seront en dessous à ce moment-là…

Les parcours de Loudenvielle 2021 ?!

Pour savoir où chacun se trouve, il faut notamment jeter un oeil aux spéciales qui les attend. À Loudenvielle, c’est un mix de liaisons à la pédale, et via les remontées mécaniques de Peyresourde, qui attend les pilotes. Et si 4 des six spéciales empruntées durant la semaine sont communes aux deux courses, il y a tout de même des différences intéressantes, car plus marquées que lors des deux premières double-manches de la saison. C’était une revendication de certains pilotes et ça reste à confirmer, les EWS ayant pris pour habitude de réviser les plans en dernière minute à plusieurs reprise cette saison ! Pour l’heure, c’est néanmoins au coeur de la première journée de course qu’il faudra aller chercher Dolmen, la Queen Stage #1, totalement à la pédale. Et c’est Tourtère, la Pro Stage et spéciale finale de la seconde course, qui se méritera de cette manière.

1630130484
1630129975
Rédac'Chef Adjoint
    1. Exactement. Ça mérite de regarder où elle a fait l’écart (on s’y penche pour l’analyse « entre les chiffres ») mais elle a effectivement confirmé ce qu’elle avait montré au début de l’été…

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *