Fox, Dainese, Patagonia, Leatt, 7Mesh, Endura… Les fringues hiver du moment !

On ne va pas se mentir : si l’été indien 2022 a plutôt bien duré pour certains, on va forcément vers l’hiver désormais. L’hiver et ses conditions particulières, qui varient d’un spot à l’autre mais qui, au final, ne demande qu’une chose : avoir les bonnes fringues, au bon moment, pour en profiter quand même ! Raison pour laquelle on a regroupé les dernières annonces et infos reçues de la part des marques de fringues techniques avec un double critère en tête : Est-ce que ça se montre suffisamment technique pour penser que ce soit utile, voir durable ? Et à quelles conditions ça se destine ?!

Nouvelle gamme pluie Fox Defend 3L

On commence ce panorama par la gamme Fox Defend 3L pour une bonne raison : ce que Fox proposait jusqu’à présent pour affronter l’hiver ? On en a déjà parlé par le passé, et pour en dire de bonnes choses. C’était alors pour mettre en évidence que la marque à la tête de renard entretenait une gamme de vêtements de pluie qui a fait ses preuves. Que ce soit les Defend, Attack, Flexair et autres… Dont certaines faisaient explicitement usage de tissus Polartech Neoshell dont on a, aussi, longuement parlé.

Ici, la gamme Fox Defend 3L – millésimée automne 2023 – ne fait pas explicitement usage de ce tissu reconnu. Les caractéristiques annoncées sont néanmoins dans la droite lignée de celles communiquées avec succès par le passé. La perméabilité serait ici équivalente, toujours fixée à 10 000 Schmerber. La respirabilité, elle, n’est plus exprimée dans la même unité, mais on parle aussi de 10 000… g/m2/24h cette fois-ci, soit une valeur qualifiant habituellement un vêtement de respirant. Outre ces données, ce sont les petits détails qui viennent peaufiner la finition de cette gamme 2023 qui incitent aussi à parler de la gamme Fox Defend 3L…

Pour boucler le propos, une paire de chaussettes Defend Water vient compléter la gamme ! Elles font notamment usage d’un tissu 3 couches, avec membrane en PU pour maximiser les chances d’avoir les pieds au sec. On va s’y intéresser de plus près…

Gamme Fox Defend 3L > veste Fox Defend 3 Layers Water, pantalon Fox Defend 3 Layers Water & chaussettes Fox Defend Water / Du S au 2XL – 28 au 38 et S/M ou L/XL / 249,99€ la veste, 179,99€ le pantalon, 39,99€ les chaussettes / Dispo novembre 2023.

Vestes pluie et/ou froid Dainese HGC

Chez Dainese aussi, il est question de matériaux multi-couches et de Polartech, par endroit. ce sont les principales technologies qui composent la gamme de vestes sur laquelle la marque italienne s’est concentrée pour cette collection automne/hiver 2023 : 4 vestes et une paire de gants en tout, pour compléter l’offre et prendre soin du haut du corps…

Gamme vestes & gants Dainese HGC > 4 vestes, 1 paire de gants / 6 tailles – du XS au XXL – pour les vestes, 7 tailles – du XXS au XXL – pour les gants / Versions hommes et femmes spécifiques pour chaque veste / 1 à 3 couleurs dispo par modèle (noir, gris anthracite, gris pâle, rose pastel, rouille, pistache, bleu nuit) / 149,95 à 249,95€ pour les vestes, 49,95€ les gants / Dispo octobre 2022.

Les différents niveaux d’imperméabilité Leatt HydraDri

On l’a déjà évoqué sur FullAttack, l’imperméabilité d’un tissu se quantifie à la hauteur d’eau qu’il est capable de retenir. À partir de 20 000 mm (soit 20k Schmerber) on considère parfois que l’étanchéité est totale. Qu’à celà ne tienne, Leatt a décidé d’aller plus loin. Comme d’autres par le passé – Gore Tex et ses valeur de 28 000 Schmerber – Leatt s’aventure jusqu’à 30 000 Schmerber…

Plus exactement, la gamme Leatt HydraDri décline ses tissus selon trois niveaux d’imperméabilité : HydraDri (10k Schmerber), HydraDri Evo (20k Schmerber) et HydraDri Max (30k Schmerber). L’intérêt est alors de saisir de quelle manière, et sur quel type de produits la marque en fait usage…

Gamme Leatt HydraDri 2023 > 3 vestes, 2 combinaisons, 1 pantalon, 1 short et une paire de chaussures / Du XS ou S au 3XL selon les modèles, et du 38,5 au 48,5 EUR / Combinaison et veste 2.0 produites en versions juniors, veste 2.0 en version féminine / 304,90€ la veste 5.0 – 161,90€ la veste 2.0 – 426,90€ la combinaison 5.0 – 324,90€ la combinaison 3.0 – 243,90€ le pantalon 5.0 – 192,90€ le short 5.0 – 221,90€ les chaussures 7.0, au catalogue Tribe Sport Group.

L’imperméabilité H2NO signée Patagonia

D’une manière ou d’une autre, Patagonia est une marque qui n’est pas passée inaperçue ces derniers temps. À double titre pour les passionnés que nous sommes. D’abord parce que la réputée marque de montagne s’est lancée dans une gamme VTT officialisée début 2021… Mais aussi pour l’annonce de l’exceptionnel montage voulu par son créateur pour en assurer l’avenir. Ici, ce qui nous intéresse en premier lieu reste ce que la marque propose pour nos pratiques spécifiques. Et en matière de produits pour affronter l’hiver, les dernières nouveautés portent sur l’offre imperméable de la marque.

Le pantalon et la veste Patagonia Dirt Roamer Storm, font usage d’un tissus répondant au protocole H2No de la marque. Pour les plus curieux, le détail exhaustif du protocole d’essai de la marque est disponible sur son site internet. Ici, on retiendra qu’en matière d’imperméabilité, il s’agit de tissus qui respectent 20K Schmerber en début de vie, et encore 10k Schmerber après un certain temps. Des données qui permettent de situer les deux produits évoqués ici, face à la concurrence.

Dans tous les cas, des tissus 3 couches à coutures soudées que l’on vient d’avoir l’occasion d’enfiler. De quoi constater que la face intérieur argentée, et le grammage du tissu, en font de véritables habits de pluie. L’occasion aussi de noter l’usage d’une zip 1/3 – 2/3 sur la veste Patagonia Dirt Roamer Storm, qui en fait une sorte de hoodie à enfiler par la tête. Surtout, le double zip utilisé et les aérations sur les flancs permettent quelque chose d’intéressant : une ventilation par le torse sans refroidir la gorge…

Gamme Patagonia Dirt Roamer Storm > pantalon et veste de pluie / 5 tailles, du XS au XL pour la veste, 6 tailles du XS au XXL pour le pantalon / Noire ou bleue pour la veste – Noir ou kaki pour le pantalon / 320€ la veste, 290€ le pantalon. / Disponibles depuis le printemps 2021.

Du WTV chez 7Mesh, contre le froid…

On boucle cette revue d’effectif des bons produits hivernaux par ce que propose la marque de Squamish pour les conditions difficiles. Toute récente, 7Mesh s’est rapidement construit une réputation pour différentes raisons. Ses créateurs tout d’abord – des anciens d’Arc’terix qui font profiter la marque de leur réseau et expérience. Son implantation ensuite – les bureaux sont donc à Squamish (BC), où l’on imagine sans mal que toutes les conditions de ride soient réunies. Son style toujours – où tout est fait pour laisser le choix des matériaux et la coupe spécifique VTT s’exprimer. Et son approche enfin -7Mesh s’engageant à ne renouveler les produits qu’en cas de besoin, pour lutter contre le gaspillage.

On peut donc sans crainte évoquer les produits déjà reçus jusqu’ici, puisqu’ils sont toujours au catalogue. On a déjà ainsi parlé de quelque-uns sur FullAttack : le pantalon léger mais très déperlant 7Mesh Glidepath passé à l’essai, et le 7Mesh Thunderstorm qui nous a rejoint depuis. Ce dernier est un véritable pantalon de pluie, avec son mix de tissus Gore-Tex à l’imperméabilité proche des 30k Schmerber, mais aussi sa partie basse conçue pour être découpée et ajustée au plus proche des chevilles et chaussures de chacun. Son tissu fait penser à ceux évoqués précédents chez Fox, et Patagonia notamment.

En matière de pluie, c’est la veste 7Mesh Skypilot qui se démarque davantage ! Gore-Tex, 3 couches, proche des 30k d’imperméabilité donc… Mais bien plus légères que la concurrence, Patagonia et Fox notamment. Tellement plus confortable donc, plus facile à replier, et plus intéressante à la mi-saison aussi…

On ne s’arrête néanmoins pas là, puisque 7Mesh propose aussi des vêtements pour le froid. On avait évoqué le maillot 7Mesh Gryphon notamment, et sa matière molletonnée. Eh bien la marque enfonce le clou de ce côté là ! Les vestes – avec ou sans manches – Chilco sont les véritables nouveautés de cet hiver. Et toutes deux reprennent un tissu inspiré du molletonné connu sur le Gryphon…

On est donc toujours en présence d’un mélange de polyester et d’Elastane, mais les proportions et le tissage évoluent. Surtout, les vestes 7Mesh Chilco utilisent un tissage complexe qui utilise deux proportions différentes, en plaçant une à l’intérieur, l’autre à extérieur. Au final, la surface intérieure reste molletonnée et chaude, tandis que la surface extérieure augmente l’effet coupe vent – absent du Gryphon, ce qu’on pouvait lui reprocher – sans compromettre la belle respirabilité approuvée sur les produits 7Mesh passés entre nos mains, quels qu’ils soient…

Gamme Hiver 7Mesh > Maillot Gryphon, Pantalons Glidepath & Thunderstorm, Vestes Chilco avec ou sans manche, tour de cou Desperado / 6 tailles de vestes et pantalons, du XS au XXL / Tons noirs, gris anthracites, bleus nuit, miel, séquoïa, tourbe… / Desperado Merino 30€ – Gryphon 140€ – Chilco sans manche 150€ – Glidepath 170€ – Chilco 190€ – Thunder 320€ – Skypilot 370€ / Dispo au plus tard depuis octobre 2022.

Du chaud et/ou étanche aussi, chez Endura

On boucle ce panorama des nouveautés hiver 2022/2023 par un tour chez Endura. La marque est devenue une incontournable du marché pour trois bonnes raisons : ses prix toujours concurrentiels, son offre toujours pléthorique, et la durée de vie toujours intéressante de ses produits. Pas de doute donc de trouver dans ses nouveautés hiver 2023, de quoi faire concurrence aux produits évoqués jusqu’ici… La preuve !

Gamme hiver 2023 Endura > Veste et combinaison en 6 tailles – pantalon en 7 tailles – Maillot en 5 tailles – Chaussettes en 2 tailles / Tons noirs, verts, bleus, rouges principalement / Combinaison 249,99€ – veste 179,99€ – pantalon 174,99€ – maillot 64,99€ – Tour de cou 22,99€ – Chaussettes 17,99€ / Disponibles au plus tard depuis l’automne 2022.

Rédac'Chef Adjoint
  1. Je sais qu’il faut du beau textile pour rouler sur son Yeti, mais pour celles et ceux qui rouleront en Marin, Décat’ fait aussi une veste de pluie fort bien conçue et un pantalon tout à fait crédible en gamme all mountain, pour à peine 4 chaussettes de chez Fox.

    1. Pas forcément. Si le monsieur qui a le vélo à 8k attend qu’il fasse beau et sec pour sortir, alors que les autres bravent les conditions ou mieux, s’équipent de manière à propos… Effectivement, les vêtements évoqués ici sont, pour la plupart, très cher. Ce sont des vêtements techniques. Équivalents à ceux de montagne qui partagent certaines technologies. Si l’on roule 1 à deux fois par semaine, en choisissant les conditions favorables, et/ou sur des sorties relativement courtes, ça n’a pas franchement d’utilité. Mais à l’opposé, si l’on doit braver certaines conditions et y rester un moment, ça fait une sacré différence. Pour ma part, j’habite plutôt dans un endroit au climat agréable. Si je ne roulais qu’une à deux fois par semaine et pouvais choisir mes jours, je me contenterai de produit plus simple et abordables. Mais j’y passe beaucoup de temps, je ne choisi pas toujours les conditions les plus favorables, et dans ce cas, après avoir eu l’opportunité d’essayer ces produits, j’ai constaté une vrai plus-value. Autour de moi, j’ne connais qui habitent bien plus proches des montagnes, et qui seront content de trouver de quoi continuer à rouler parmis ces produits 😉 C’est pour ça que je prends la peine d’en parler. Merci

  2. On est quand même toujours sur une course aux plus gros chiffres (imperméabilité et respirabilité) mais on ne ressent pas forcément la différence sur le terrain…

  3. Effectivement les tarifs sont parfois élevés, et pas toujours proportionnels à la qualité du vêtement. Il y a quand même des différences notables sur la durée de vie pour les matériaux imperméables. Pour ma part j’utilise ce type de vêtements techniques à la fois pour le vélotaf quotidien (20km/jour, 5/7j depuis 25 ans …), et pour le VTT, donc l’investissement est vite rentabilisé (1 à 2 pleins d’essence pour mes collègues motorisés). J’ai acheté une veste Millet en Polartech Neoshell il y a quelques années (fin de série à moitié prix), car j’avais lu beaucoup de bons échos sur le net, et bien j’ai été très déçu : étanchéité assez médiocre (40 min de pluie soutenue et ça traverse), sans pour autant avoir une respirabilité au-dessus du lot. Mes vestes Quechua précédentes de la gamme alpinisme faisaient mieux sur les 2 tableaux, même si au bout de quelques années les performances se sont dégradées malgré des lavages et réimperméabilisation dans les règles. Depuis quelque temps j’ai une veste Gore en Goretex Active, top au niveau de l’étanchéité et de la résistance, par contre un poil limitée en respirabilité. La gamme de textile Nukeproof à bonne presse et à prix contenu, et vu la clientèle majoritairement UK ça doit bien marcher pour l’humide. A l’autre bout du spectre je serais curieux de tester la veste Paramo Velez, dont le principe est un peu différent des autres.
    Une info qui me manque dans ce type d’article, c’est le pays de fabrication, voir l’usine qui fabrique, d’une car ça permet de mieux évaluer le rapport qualité/prix, et aussi car ça permet d’avoir une meilleure idée d’ou passe la marge … Car on nous vend souvent du made in Bangladesh ou China au prix du made in France. C’est une info qui est généralement introuvable sur le net (sauf ceux qui fabriquent en local ou dans un rayon proche et qui le revendiquent), et qu’on ne voit que sur l’étiquette du textile. Dans le contexte actuel ça me semble important, d’autant plus que ça va devenir très certainement une info obligatoire (voir les projets de loi sur une étiquette « éco-score » pour les vêtements).

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *