Le Yeti SB120 assume volontiers son penchant Down Country !

On l’a vu la semaine passée, la Gamme Yeti se renouvelle pour 2023. À l’occasion du lancement du SB160, ce sont les principales évolutions en jeu – géométrie, cinématique, châssis, Switch Infinity, montages de roulements… – que l’on a pris le temps de détailler. Mais en conclusion, on prenait aussi parti de vous annoncer que d’autres modèles allaient bénéficier de ces avancées… Ça se concrétise aujourd’hui avec le deuxième modèle de la Gamme 2023 dévoilé par la marque du Colorado : le Yeti SB120 ! Il profite des nouveautés déjà présentées, on se concentre donc ici sur ses propres spécificités… 

Au moment de présenter le Yeti SB120, le staff de la marque présent à Cogolin s’est permis une petite boutade qui a néanmoins du sens… Il y a quelques années, via le SB100, puis le SB115, Yeti estime avoir un peu inventé le Down Country par erreur, ou sans trop le savoir, ou avant l’heure. Et quelque part, c’est vrai. Les géométries de ces vélos avaient rapidement interpellé les plus curieux d’entre nous, pour leurs traits plus inspirés des vélos gravity que des purs sangs XC. Pas de grosse confusion donc, le Yeti SB120 s’inscrit ni plus, ni moins, dans cette lignée ! Simplement, cette fois, il s’agit du modèle Down Country pleinement assumé au catalogue de la marque. 

Comme son nom l’indique, le Yeti SB120 se pare de 120 mm à l’arrière ce qui, en matière de débattement vertical, permet de mieux matcher aux 130 mm – équivalent à 120 mm verticaux – des Fox 34 utilisées sur tous les montages. Reste que sur un petit vélo, le montage du basculeur et de l’extension d’amortisseur cher à la cinématique Switch Infinity des Yeti demandent quelques prouesses supplémentaires.

Au final, cette cinématique offre ici une progressivité de 11%, plus contenue que les 17% du SB160. Logique pour deux raisons. La première, le débattement plus contenu que l’on veut pouvoir néanmoins exploiter sans verrouiller trop vite. La seconde, le volume plus restreint des petits amortisseurs utilisés sur ces petits vélos, qui se chargent déjà d’avoir une progressivité importante. 

L’autre grosse nouveauté à l’occasion de cette refonte, c’est du côté du tableau des géométries qu’il se trouve. Angle de selle et bases évoluent désormais bien en fonction des tailles, mais surtout le Yeti SB120 est disponible en 6 tailles, du XS au XXL ! Simplement, versus un Yeti SB160 taillé pour la race, le Yeti SB120 est plus contenu : reach plus court de 10 mm, angle de direction plus redressé de 2,5° à 66,5°, et donc empattement plus court de 53 mm – à taille égale, ici L pour l’exemple. Ça illustre bien l’approche de gamme Yeti 2023 : plus on monte en débattement, plus on monte en capacité de vitesse, plus la géométrie va de paire. Ici, on est donc bien sur le Down Country, le petit vélo fun et sexy de la gamme… Logique !

Yeti SB120 > Down Country 120 mm/130 mm / Roues en 29 pouces sur toutes les tailles / Montages en Fox 34 & Float DPS / Disques en 180 mm av & ar / freins 4 pistons / Disponibles en 6 tailles du XS au XXL / 4 modèles au catalogue ,2x Turq & 2x C series, 7599 à 11149 € / Cadre seul Turq 6229 € / 4 couleurs : carbone brute, turquoise, Loch (gris clair) & Dusty (sable) / Disponibilité à confirmer. 

Rédac'Chef Adjoint
  1. Bien que je n’en ai jamais eu, j’ai un petit faible pour Yeti. Mais plus de 6000 euro pour un cadre seul?! C’est pour faire passer Santa Cruz pour de l’entrée de gamme ou quoi?!

    1. Je sais pas où ils ont m**** sur le taux de change en euro par ce que le cadre du sb160 est annoncé à 7299€ (TVA à 20% = cadre hors taxe autour des 6300 us$ au taux de change actuel) contre 5190 chfr en Suisse (TVA à 7.7% = cadre hors taxe autour des 5100 us$ au taux de change actuel)…

      1. Ca n’est pas si rare que les vélos soient moins cher en suisse (j’y habite). C’est étonnant, et la différence de taux de TVA n’explique pas tout.
        Transitions par exemple, ou Santa sont moins cher en Suisse. Et pas qu’un peu. Je ne sais pas ce que font les distributeurs français.

  2. Sans vouloir aller a contre courant de votre analyse justement pinkbike l’a essayé et ce n’est en rien un downcountry mais un trail

    1. Merci Tony. Après, qu’on soit clair : de notre point de vue, entre All Mountain, Trail et Down Country, à mon sens il y a une appellation de trop ! Le marché a besoin de se simplifier. On s’y perd dans des nuances inutiles. À terme, pour chaque gamme, on aurait un bel Enduro (160/170mm pour la race, la station, les gros runs) un petit vélo (120/130mm, fun, pour les petits spots ludiques mais sans trop de pente et/ou faire des bornes) et un vélo à tout faire au milieu (140/150/160mm, géo moderne, polyvalent voir parfois capable de marcher un peu sur les platebandes des deux autres…) et on est bon. Vu sous cet angle > Down Country, trail, les deux fusionnent. Ce sont à terme ces « petits » vélos taillés gravity, fun et dynamiques > https://fullattack.cc/downcountry-rando-ludique-wtf/

  3. Si on parle des débuts du downcountry, Yéti est peut-être à l’origine, mais peut -être avec le SB4.5(av140/ar115)?

    D’ailleurs, le switch infinity du SB120 « semble » identique à celui du SB4.5 et d’après pinkbike le poids du cadre du SB120 est à 3000g, alors que les SB4.5 et SB115 étaient annoncés autour de 2500g.

    Donc si on a un SB4.5 ou un SB115 a-t-on intérêt à les remplacer par le SB120?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *