Coupe du monde de DH Leogang – Sur qui compter et à quoi s’attendre !?

La tant attendue reprise des Coupes du Monde de DH est enfin à portée de roue. C’est ce week-end à Leogang en Autriche et à suivre tout le week-end via le Live spécial sur FullAttack ! Leogang, une manche bien connue du circuit dont la piste évolue un poil à chaque compétition. Il est donc temps de faire un tour complet des enjeux du week-end : pilotes forts du moment, hommes et femmes, et de jeter un oeil à la météo prévue…


Utilisez votre doigt pour faire glisser le contenu sur mobile ou les flèches du clavier pour naviguer !


Précédent
Suivant

Le crunch France/Angleterre !

Sur le circuit international de DH, ce sont les deux nations fortes et bien représentées ces dernières années. D’un côté il y a nos frenchies favoris avec Vergier, Bruni, Pierron, Nicole, Cabirou… et d’un autre, les leurs : Hart, Walker, Seagrave, Wilson

Parmi ceux là, on est certain d’en retrouver au moins un ou une sur le podium à la fin du week-end ! Mais qui ?! Voyons ça plus en détail…

Loris Vergier, le préféré

C’est sans conteste l’homme sur qui tous les bookmakers parient ces derniers temps. Nouveau team pour un nouvel envol et déjà quelques victoires en poche ! Jamais ou très peu blessé ces 2 dernières années, c’est clairement celui qui a la plus grosse côte, d’autant que tous ceux qui ont pu l’observer rouler ont déjà noté qu’il semble avoir pris ses marques avec son nouveau matériel. Son aisance résistera-t-elle ce week-end à l’épreuve du plus haut niveau ?

Loic Bruni, blessé au talon

C’est l’ami du précédent, l’idole des jeunes et le vainqueur de la dernière manche de World Cup en date : en novembre dernier à Lousa. Le pilote Specialized est bel et bien un favori et son armoire à médaille est déjà bien pleine. Reste maintenant à savoir si sa très récente blessure au talon lui forcera à attraper les freins ou s’il composera avec malgré l’adversité et les enjeux de début de saison… Il souffre d’une petite fracture au talon, contractée à la réception d’un saut déséquilibré où il a dû sortir le pied.

Amaury Pierron, sur le retour

Momo est celui qu’on attend probablement le plus. Longuement blessé, il n’a pas couru en 2020 et sa dernière participation au niveau mondial remonte au 6 septembre 2019, à Snowshoe, où il terminait second, laissait s’échapper la victoire au général au profit de Lolo, mangeait la feuille de temps et la médaille au passage… Outsider sur les bords pour cette fois, au guidon d’un nouveau vélo, la pression de savoir où il en est face aux autres têtes d’affiche est grande, même s’il a déjà prouvé qu’il avait la vitesse en ce début de saison.

Danny Hart, toujours là

Justement, fin 2019, c’est le britannique qui faisait des éclats en remportant la WC de Snowshoe. Il renouait avec la première marche qu’il n’avait pas gravi depuis un certain temps. Avec un nouveau vélo et un nouveau team – Cube – Danny Hart reste le leader britannique chez les hommes, même si avec le temps, la jeunesse montre les crocs et commence aussi à engranger des titres et prendre tranquillement la relève…

Reece Wilson, le Champion du monde en titre

Inattendue mais méritée, sa victoire aux championnats du monde 2020 à Leogang en a surpris plus d’un, lui le premier. Pourtant le bougre fait le job et n’a fait que confirmer dans des conditions difficiles. Malgré ça, il reste un outsider aux yeux de tous tant qu’il n’a pas confirmé… Et ce week-end, le bonhomme est justement de retour sur les lieux du crime de l’exploit. Forcément, il y est attendu au tournant, d’autant que cette fois, il sera au guidon du vélo dont il disait avoir apprécié de participer au développement ces deux dernières années…

Matt Walker, l’étoile montante british

C’est un pur produit britannique de la DH : en motocross à son plus jeune âge, puis en Junior et maintenant en Elite au plus haut niveau mondial en Descente. Il a confirmé l’an passé qu’il pouvait perfer avec plusieurs podiums. Et à seulement 22 ans, c’est celui qui peut prétendre à la plus forte marge de progressionAlors on garde un oeil sur lui d’autant qu’il vient d’officialiser avoir reconduit son contrat avec Madison/Saracens jusqu’en 2025. De bonnes bases en somme !

Thibaut Daprela, sur la pente ascendante

Retour de l’autre côté de la manche, dans l’ombre du leader Amaury Pierron dans le team Commencal Muc-Off, c’est l’autre jeune qui pourrait faire mal. Lui aussi plusieurs fois sur les podiums l’an passé, il a aussi confirmé qu’il avait la vitesse en ce début d’année. Il ne lui reste plus qu’à confirmer au plus haut niveau mondial et sur une saison plus longue/complète que la précédente, même si en 2021 aussi, le calendrier a un peu bougé. Une bonne progression pour celui que l’on surnomme Thierry ?!

Greg Minnaar, le résistant

À l’aube de la quarantaine, le Sud-africain fait toujours partie des favoris. L’an dernier encore il remportait une des 2 manches WC à Lousa. Mais, The Goat a vu sa préparation hivernale amputée par le Covid, 5 semaines d’entrainement compliquées voire perdues. Leogang est donc l’occasion pour lui de se situer, même si, on le sait, les premières manches de la saison ne sont pas celles où il performe toujours le mieux…

Thirion, Kerr… et d’autres !

Rémi Thirion, nouvellement chez Giant. Bernard Kerr qui a remporté haut la main un jour de la NotARace de Schladming il n’y a même pas 15 jours. Benoit Coulanges qui a toujours la manche de Champion de France. Aaron Gwin en troisième année de contrat et trois fois vainqueur ici. Troy Brosnan qui a toujours fini dans les 3 premiers du général ces six dernières années et toujours bien performé ici. Autant de noms qu’il faudra bien sûr surveiller ce samedi.

D’autant qu’ils devraient être les plus farouches adversaires de nos frenchies outsiders que l’on aimerait forcément voir faire un coup d’éclat : Hugo Frixtalon, Thomas Estaque, Florent Payet, Baptiste Pierron, Matteo Iniguez, Dylan Levesque, Gaëtan Vigé, Antoine Roggue, Thibault Laly

Marine Cabirou, la tenante du titre

Passons maintenant aux filles. Marine Cabirou est la tenante du titre de la très courte mais intense saison 2020. À ce moment, elle confirmait sa capacité a remporter une manche, elle qui est l’une des plus jeunes de toutes les prétendantes à la première marche du podium. Et Marine a encore travaillé dur cet hiver, elle fait donc figure de favorite même si chez les dames, d’une certaine manière, les pronostics n’ont jamais été aussi ouverts !

Myriam Nicole, la doyenne

Avec le récent départ en retraite de Tracey Hannah, Mimi devient la doyenne du groupe filles. Elle le sait et elle le dit : l’âge lui apporte l’expérience mais lui demande de redoubler d’effort pour continuer à progresser. Cette hiver, elle nous confiait commencer à comprendre un certain Greg Minnaar et ce que la montée en puissance des jeunes peut apporter comme motivation. Elle reste donc malgré tout très bien capable de gagner, comme l’an passé à Lousa.

Tahnée Seagrave, la Britannique

Dans le crunch franco-britannique, c’est elle qui s’oppose aux 2 précédemment citées. Tahnée est une véritable battante et est souvent dans le coup. Elle fait forcément partie des favorites !

Camille Balanche, au maillot arc-en-ciel

La suissesse est la championne du monde 2020. D’année en année Camille n’a fait que progresser au point de gravir quelques fois le podium en WC. À l’image de Reece Wilson chez les hommes, elle est attendue au tournant maintenant qu’elle porte le distinctif et reconnaissable maillot arc-en-ciel !

Valentina Höll, dans le grand bain !

Invaincue chez les Juniors et blessée l’an passé pour sa première année en Elite, Vali Holl va enfin pouvoir se mesurer aux grandes. Elle sera la plus jeune sur la ligne de départ, mais peut déjà prétendre à placer son nouveau Trek Session sur une marche du podium. C’est certainement la plus crainte du paddock tant elle est attendue depuis longtemps dans la catégorie reine de la discipline !

Nina Hoffman, récemment arrivée

Arrivée il y a peu sur le circuit, elle a déjà une victoire en coupe du monde à son actif, à Maribor l’an dernier, et plusieurs podiums. L’allemande pourrait donc à nouveau se montrer parmi les noms du haut du tableau d’autant qu’elle poursuit son chemin au guidon du Santa Cruz V10 qu’elle commence à bien connaitre. Affaire à suivre…

Chez les Juniors

Chez les hommes, il est difficile d’extraire le nom d’un leader bien affirmé tant aucun n’a vraiment été régulier par le passé et que certains vainqueurs de 2020 passent déjà en Elite. Du coup, 2021 pourrait être l’année de la démonstration : parmi les Ethan Craik, Pau Menoyo, Oisin O’Callaghan, Christopher GriceL’un d’eux se positionnera-t-il comme un leader ? On garde en tout cas aussi un oeil sur Raphael Iniguez, Tom Guillo et Jackson Goldstone… Chez les filles, on peut déjà tabler sur la française Léona Pierrini qui a déjà commencé à accumuler les victoires l’année dernière.

Et enfin, la météo !

Un oeil à la tant redoutée météo a toujours son importance. Entre ceux qui affectionnent la boue et ceux qui la redoutent, il y a parfois des victoires plus inattendues que d’autres. L’an passé, Leogang accueillait les championnats du monde de DH dans des conditions dantesques, carrément hivernales. Et bien 9 mois après, la pluie semble de nouveau au rendez-vous… à croire qu’ils se passent le message :

Cependant, cette fois, avec des températures printanières, la piste devrait sécher par endroit offrant aux pilotes des conditions changeantes tout au long de la descente et du week-end. Le top ! Ça pourrait glisser et coller à l’ombre, en sous bois, et rester assez sec sur les lignes de sauts du Motorway. À suivre de près, elle qui pourrait encore nous jouer des tours…

Rédacteur Testeur

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *