Probikeshop, Bikester, Chain Reaction & Wiggle désormais dans le même groupe, Signa Sports United !

Ces quatre enseignes, qui ont pignon sur rue en matière de e-commerce spécialisé vélo, sont bien connues d’entre nous. Elles font désormais parti d’un seul et même groupe industriel depuis que la confirmation du rapprochement a été confirmée par les conseils d’administration concernés. Probikeshop, Bikester, Chain Reaction & Wiggle sont désormais réunie au sein du groupe Signa Sports United, qui clame un chiffre d’affaires qui tournerait ainsi autour des 1,8 milliards de dollars…

C’est un peu le sommet de la pyramide, du moins avant qu’une autre opération boursière vienne redessiner le paysage. On savait déjà Wiggle et Chain Reaction réunis au sein d’un même groupe intitulé WiggleCRC. Le rapprochement s’était fait en 2016. On savait aussi Bikester et Probikeshop sous l’égide du groupe Signa Sports United. Un groupe qui à l’occasion de cette annonce, se décrit comme le champion caché du e-commerce sportif. Mais cette fois, l’acquisition le pousse à se mettre sur le devant de la scène pour clamer que le rapprochement des 4 enseignes doit permettre de générer un chiffre d’affaires avoisinant les 1,8 milliards de dollars US !

L’avenir dira bien sûr si cette perspective se vérifie, mais pour l’heure, l’opération permet en tout cas de dessiner un maillage complémentaire des zones de chalandises concernées. Jusqu’ici, Signa Sports United indique faire 96% de son chiffre d’affaires en Europe via ProbikeShop – présent en France, Espagne et Italie notamment – et Bikester – très présent sur l’Allemagne et l’Europe centrale. Les 4% restants – seulement – sont réalisé en Grande Bretagne. Les îles britanniques, c’est justement le terrain de Chain Reaction et Wiggle, qui y réalisent 58% de leur activité. 20% proviennent d’Europe, 7% des Etats-unis, et les derniers 15% du reste du monde.

En procédant à ce rapprochement, le groupe Signa Sports United entend non seulement consolider la position de ses enseignes sur les marchés déjà conquis, mais aussi entreprendre un développement sur le marché que tout le monde convoite : les Etats-Unis ! Stephan Zoll, CEO de Signa Sport United, laisse entendre que malgré le potentiel important qu’il représente, le marché US ne serait pas encore aussi prompte et structuré au e-commerce dans le milieu du cycle. Un potentiel à saisir donc. Quoi qu’il en soit, pour l’heure, comme c’était le cas jusqu’à présent, chaque enseigne concernée garde son implantation sur les marchés où elle est établie. L’avenir nous dira les synergies qu’un tel groupe pourrait mettre en oeuvre pour en tirer parti.

Rédac'Chef Adjoint
  1. Et nous pouvons donc dire au revoir à la concurrence en e-commerce dans ce secteur, ils vont pouvoir régner en maître et pratiquer les tarifs qui les intéresse…
    A voir sur le long terme ?

    1. Ha bon ? Rose Bikes (qui fait aussi de la vente de composants), Commençal dans une moindre mesure (catalogue beaucoup moins étoffé), Bike-Discount, Bike-Components, Bike24, et j’en oublie… Alltricks et ProBikeShop ne sont pas dans le même groupe non plus, et ne distribuent pas les mêmes marques.

  2. Esperons que ça permette de voir chez nous des marques pas ou mal distribuées, surtout depuis le Brexit qui rend plus aléatoire l’intérêt de se fournir chez CRC.

  3. Encore une situation de monopole déjà que ALLTRICKS ET PROBIKE SHOP avaient les même tarifs aux centimes près là c’est la KATA complète

  4. Disons que c’est aussi un moyen pour ces purs players du Cycle de fourbir leurs armes/rangs face à un éventuel Amazon qui décidera(it) un jour ou l’autre de distribuer des pièces de vélo

  5. CRC et Wiggle paraissent un peu à l’agonie depuis le Brexit, ils affichent souvent des prix compétitifs mais sur des produits indisponibles…

  6. Je ne sais pas si Probikeshop est gagnant avec cette réunion envers ce groupe, mais toujours est il que face à leur conccurent direct Alltriks, ils sont devenus nettement moins performants et ceci depuis plus d’un an .
    Si niveau tarifs ils sont quasi identiques, niveau choix il en est tout autrement, Probike shop est bien en deça de ce que propose Alltriks .
    Si il y a 1 an ou plus j’alternais entre les deux enseignes, je ne commande plus que chez Alltriks trouvant souvent ce que je recherche (pièces vélo ou équipement pilote), ce qui est loin d’être le cas depuis un bon moment chez Probikeshop .

    1. Avoir des entrepôts en UE et aux Royaume-Unis est peut être la meilleure solution pour les VPCistes qui veulent couvrir l’ensemble de l’Europe géographique. Ca peut simplifier les démarches en ne faisant qu’une procédure d’import-export pour les produits au lieu de leur faire des aller-retours douaniers. Et la VPC, ce n’est pas que de la vente, c’est aussi la fameuse « big-data », qui te permet d’avoir des infos stratégiques en termes de marketing, et dans ce cas plus tu es gros mieux c’est.
      Amazon a ainsi les infos sur les produits les plus vendus via sa marketplace et quand ils ont identifié un trou dans la raquette ou la possibilité de court-circuité un intermédiaire avec un produit moins chère et/ou très rentable, ils le font, fragilisant les commerçants qui utilisent leur market place au passage.
      Dans le cycle, tu as bike-components qui évoque un peu le sujet dans leur reportage de Vojomag. Ils travaillent leurs stat avec les marques ou fabriquent des produits dans les demandes non remplies par l’offre actuelle. Et ils le disent clairement c’est leur taille européenne et leur suivi dans le temps qui leur permet d’être pertinent.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *