Bluegrass Seamless / Last CINTO / Short en bois So Ride Wear

C’est une tendance nourrie de plusieurs facteurs, et qui l’est plus encore en cette période de pénurie de matos : les circuits courts, et les mentions made in proche de chez nous ont le vent en poupe. On a donc sélectionné les trois dernières nouveautés qui s’y raccordent dans le Ça vient de sortir du jour : les dorsales Bluegrass Seamless made in Italy, le Last CINTO made in Germany, et le short en bois So Ride Wear made in France !


Dorsales Bluegrass Seamless Lite et B&S

C’est une certitude, Bluegrass a fait de la protection dorsale un cheval de bataille. Et ces dernières années, encouragée de toute part, n’a pas baissé les bras. L’an passé déjà, la marque revisitait ses dorsales classiques pour plus de légèreté et de confort… Tout en continuant à travailler pour d’autres progrès encore. On avait pu en mesurer le développement lors de la mission Bluegrass à la fin de l’été dernier.

L’idée : faire quelque chose de plus fin, léger et confortable encore, quitte à ce que l’offre soit plus haut de gamme encore. Et puisque l’Italie – patrie de la marque – a tout un savoir faire en matière de tissage et de confection de sous-vêtements techniques, c’eut été dommage de ne pas saisir l’opportunité. Voici donc les dorsales Bluegrass Seamless Lite et B&S…

Galerie commentée :

La fibre Dryarn dont les dorsales Bluegrass Seamless font usage ne nous est pas inconnue. La liste des marques qui en font usage est belle… C’est d’elle que dérive celle que l’on plébiscitait déjà à l’essai des sous-vêtements techniques SIXS. Ici, Bluegrass y intègre les protections qui nous sont chères.

Les premières impressions à l’usage des prototypes disponibles en septembre dernier étaient prometteuses. Clairement quelque chose qui se fait oublier, au point de les porter toute une journée sans avoir envie de les enlever comme c’est habituellement le cas avec les dorsales. Quelques ajustements étaient encore nécessaires et les version définitives deviennent disponibles au moment d’écrire ces lignes. On les attend donc avec impatience pour vous en dire plus 😉

Bluegrass Seamless Lite et B&S – 190 € (Lite) & 250 € (B&S) – Taille S/M & L/XL – 360 g (Lite, S/M) 450 g (Lite, L/XL) 580 g (B&S, S/M) 660 g (B&S, L/XL) – A retrouver sur le site met-helmet.com

Last CINTO

Au printemps dernier, Last – marque allemande basée à Dortmound – faisait parler d’elle avec le Last Tarvo – vélo d’Enduro le plus léger du marché. Le terme était évidement fait pour faire parler, et ça a marché. Non seulement pour ce point précis de la fiche technique, mais aussi pour ceux qu’il permettait de découvrir en creusant le sujet. Notamment que les dernières productions en carbone de la marque sont directement réalisées en Allemagne.

Une filière qui fait des petits puisque c’est désormais le Last CINTO qui nous est présenté. Visuellement, et dans les grandes lignes, il se révèle être le petit frère All Mountain de la gamme : 29 pouces, 145mm de débattement à la roue arrière, 2,1kg pour le cadre sans amortisseur… Le reste en images !

Galerie commentée :

Le Last CINTO a beau être petit et léger, il passe la certification ASTM F2043-13 de niveau 5, soit celle des vélos de Descente qui garantie l’usage en Bike Park & station. Il faut bien sûr que les composants suivent, puisque dans sa version la plus légère, Last annonce pouvoir jouer avec la barre des 11 kg.

L’ensemble a un prix – haut de gamme – et la disponibilité qui va avec. À partir de 3999 € cadre nu, et 6 139 € le premier montage. À ce sujet, tout ou presque est configurable : finition, couleurs, montages… Les pièces disponibles sont mises à jour sur le configurateur de la marque. On y trouve notamment les sets de suspensions Intend, eux aussi conçus et produits outre Rhin, à Freiburg. 100 exemplaires sont produits à l’année. Les commandes sont ouvertes, et les premières livraisons prévues pour le mois d’août.

Plus d’information sur last-bikes.com

Short en bois So Ride Wear

On peut être une entreprise française, avoir des idées, et oser les assumer jusque dans le marketing du produit. La preuve avec le short en bois – véritable nom du dernier produit de la marque So Ride Wear. En bois ?! Tout simplement parce qu’il est très majoritairement fabriqué à base de Tencel. Cette fibre est produite en dissolvant la cellulose présente dans l’écorce de bois, dans un solvant non toxique. Pollution réduite des eaux usées, et matière première qui subit peu de transformation chimique. Le résultat est un tissu au toucher proche de la soie et à l’élasticité remarquable.

Galerie commentée :

À l’intérieur, l’élastique de la taille n’est pas enfermé dans les coutures. Il peut donc être changé/ajusté en deux coups de ciseaux par n’importe quelle couturière à côté de chez vous. Au final, le short en bois So Ride Wear est annoncé 100% produit en Rhône-Alpes et sort au prix de 89 €, soit un tarif au coeur du marché. Pour se procurer l’un des trois coloris dans l’une des quatre tailles, les commandes sont ouvertes depuis le 23 mars et les livraisons prévues dans 4 à 5 semaines. Là aussi, un mode de fonctionnement qui doit permettre d’éviter le gaspillage et la sur-production…

> https://www.soridewear.com/categorie-produit/vetements-homme/bas-homme/

Rédac'Chef Adjoint
  1. pour le gilet Bluegrass je trouve dommage de ne pas proposer de D3o sur l’avant, on sait qu’une branche ou un guidon peuvent etre hyper dangereux et perforer des organes…
    Pour le short SO, l’idée est sympa mais il est trop typé VTT et pas du tout passe partout, dommage je n’aime pas les coutures vers les poches devant, ni l’arriere, et il manque une poche arrière avec un rabat, c est toujours utile vu que les poches latérales ne semblent pas fermer.

    1. Bonjour Ben,

      l’objectif de ce gilet est d’offrir le produit le plus léger et minimaliste possible. D’autres modèles existent à la gamme, et munis d’un plastron : https://www.met-helmets.com/en/shop/gravity/bluegrass-protections/armour-bs-d3o/.
      Curieuse impression à propos de la coupe du Short, la marque le présente plutôt comme un short peu typé justement, et le choix de couleur s’inscrit plutôt dans ce que l’on trouve habituellement pour du matos de randonnée pédestre. Comme quoi, les gouts et les couleurs… 😉

  2. Salut l’equipe!
    Je suis tres interessé pour m’offrir une protection bluegrass seamless, je roule sans sac, et ça l’air super confort..
    Deux questions:
    – la protection au niveau des épaules est elle nécessaire pour moi? Usage randuro en montagne, pas de bike park… les epaulettes sont elles un gros plus niveau sécu? Ne font elles pas perde en confort au pédalage?
    – quelle taille me conseillez vous sachant que je suis pile poil entre les deux taille…?

    Merci! ?

    1. Salut,
      je n’ai pas la seamless mais l’Armor B&S sur laquelle j’ai remplacé les mousses thoraciques qui tiennent trop chaud pour une protection quasi nulle par des pads D3O amovibles. Mon avis sera donc à adapter…

      Du point de vue confort, les protections d’épaule D3O se font vite oublier et ne gênent pas les mouvements. D’ailleurs, le gilet entier se fait vite oublier, même avec la poche à eau et des trucs dans les poches. J’apprécie beaucoup ce dernier point qui permet de rouler sans sac. Le seul désagrément, inhérent à toute protection, c’est la perte de ventilation quand il fait trop chaud. Je suppose qu’on peut espérer que le confort de la seamless soit au moins aussi bon et même meilleur sur l’aspect thermique.

      Pour ce qui est du niveau de protection, les protections d’épaule limitent les dermabrasions et les grosses contusions (testé pour vous !) mais, à mon avis, si tu dois de casser la clavicule, tu te la casseras avec ou sans protection !

      J’ai choisi un gilet avec protection d’épaules spécifiquement pour les sorties station. Je n’aurais probablement pas pris un gilet avec épaules pour mon utilisation randuro seule. Mais puisque je l’ai, je l’utilise aussi pour les sorties randuro par temps suffisamment frais (en gros inférieur à 15/20°C). Quand il fait trop chaud, je ne porte pas le gilet, juste ma dorsale dans laquelle je glisse ma poche à eau.

      Pour la taille, pas sûr qu’on puisse comparer les 2 gilets car la coupe semble différente. Pour moi le M de l’Armor B&S est préconisé et effectivement le M me convient bien.

      En espérant avoir été utile !

    2. Salut Martin,

      à propos des protections d’épaule, assez d’accord avec l’analyse de Stef. Ça protège la peau de l’abrasion, mais ça n’évitera jamais une fracture ou une épaule démise en cas de chute importante. Par contre, c’est entre les deux que ça peut avoir son intérêt. Notamment si tu frôle souvent les arbres, ou te roule « gentiment » dans les cailloux au cours de ta pratique. j’entend par là tous ces moments où l’on se dit « outch, c’est pas passé loin de la grosse blessure, mais ça pique un peu »… Et comme toujours en matière de protection, c’est aussi, et avant tout, une question d’aisance/confiance. Ici, les protections d’épaules se font oublier comme le reste du gilet. L’élasticité et le maintien font que ça ne gène vraiment pas les mouvements. Tu as donc une bonne aisance. Si leur présence participe à construire ta confiance, fonce. Sinon, tu sauras t’en passer. petit détail > les pads sont amovibles, ce qui peut aussi constituer une solution intermédiaire en fonction des circonstances.
      Dans tous les cas, j’ai noté que les tailles correspondent bien à ce que l’on a l’habitude de porter pour des t-shirts en mode « normal » c’est à dire pas Une taille au dessus pour avoir le style skater. Le tissus est très extensible, et la longueur à la taille est généreuse donc en cas de doute j’ai presque tendance à conseiller la plus petite si l’on est entre deux. Dans tous les cas, il faut être prudent, ne pas tirer comme un bourrin en retirant le gilet. L’astuce > saisir par le haut de la dorsale, derrière la tête 😉

  3. Merci pour ta réponse! Je vais prendre les epaulettes aussi alors…
    Par contre, je me demande toujours quelle taille choisir…

    1. Salut, juste un petit retour qui peut aider certains à faire un choix…
      J’ai reçu le bluegrass seamless avec épaulettes et l’ai essayé; j’étais pile entre les deux tailles, j’ai pris du S/M, et je l’ai parfaitement bien!!!, il y aurait même de la marge au niveau du buste pour plus de pécs ^^ ainsi qu’en tour de taille pour plus de bière!!
      Le tissu est vraiment très très élastique d’où la difficulté, ou plutôt la peur de tout arracher quand on l’enlève..
      Quand on roule on l’oublie tout de suite, tout simplement aucune gène au contraire, et la seconde peau rassure! A voir l’usure dans le temps, et la protection lors des chutes (que dieu m’en préserve)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *