FullAttack.cc, la nouvelle ère d'Endurotribe

On a essayé la ceinture Camelbak Palos 4LR

Focus sur un produit qui sort de l’ordinaire dans le domaine de l’hydratation : la ceinture/banane Camelbak Palos 4LR. Ceux d’entre vous qui ont pratiqué l’enduro ou le trial moto avant de se mettre au vélo ont très certainement déjà connu ce concept. Pour les autres, voici plus de détails…

Sur le principe, nous enduristes, avons une fâcheuse tendance à attaquer à outrance quand la pente s’inverse… Et à parfois passer des heures à y prendre un malin plaisir. Combien d’entre nous ne se sont pas plaint, au bout d’un certain temps, de devoir trainer leurs sacs à dos ? Lourds, encombrants, mal tenus, tenants chaud, tirants sur les épaules, frottants les arbres…

 

 

ET - CamelbackPalos4LR-2

[cbtabs][cbtab title=”Prix”]79,90 euros [/cbtab][cbtab title=”Poids”]640g [/cbtab][cbtab title=”Fiche produit”]

La Palos 4LR sur le site Camelbak > http://www.camelbak.com/fr/International/Sports-Recreation/Packs/Palos-4-LR.aspx

[/cbtab][/cbtabs]

Le concept de la Camelbak Palos 4LR

Camelbak, l’emblématique marque qui a fait son succès sur le concept des sacs d’hydratation – jusqu’à devenir le nom commun pour «sac à eau» pour certains – a bien saisi la problématique. Elle propose donc, sur le principe de la ceinture lombaire, La Camelbak Palos 4LR, une alternative qui doit continuer à garantir les recettes de base qui ont fait le succès de la marque. Alors, en quoi consiste cette ceinture ?

 

 

Qu’embarque-t-on ?

À première vue, il est possible d’embarquer une multitude d’éléments dans cette Camelbak Palors 4LR. Le volume, relativement réduit par rapport à un sac à dos classique, propose des compartiments de différentes tailles où chaque élément trouve sa place. Veste légère, pompe, chambre à air, et poche à eau dans le plus grand. Multi-outils, dérive-chaine, cartouche dans un des rabats. Couverture de survie et pansements dans l’autre. Barre de céréale et gel dans une poche latérale. Portefeuille et téléphone dans la dernière… À moins que sur les hanches – premières à prendre les pizzas en cas de chute – la forte exposition de ce dernier, précieux, ne pousse à l’enfouir dans la poche principale…

 

 

ET - CamelbackPalos4LR-3

Le bon usage…

Il s’agit là du chargement théorique que les volumes de rangement acceptent sans compromettre leur fermeture. À l’usage, il faut cependant rester prudent. Plusieurs ajustements et questionnements sont nécessaires pour en tirer pleinement parti. Ceinture ainsi remplie, le système de serrage et de maintien est à la limite de ses capacités. la sangle principale a toujours tendance à glisser dans la boucle, se desserrant progressivement. Une fois la veste et un demi-litre d’eau mis de côté, l’usage de la ceinture s’en trouve facilité. En fait, elle a tendance à recevoir davantage qu’elle ne peut raisonnablement en transporter.

«L’ensemble doit ainsi faire corps avec le bassin…»

Il faut ensuite veiller à bien positionner la ceinture. Au dessus des hanches, aucun serrage efficace n’est possible. Il faut la positionner sous les crêtes iliaques, sur la ceinture du short, afin que le maintien se fasse en encerclant fermement le bassin. Ainsi, la charge libère la mobilité des lombaires, s’appuyant plus bas, sur le sacrum. L’ensemble doit ainsi faire corps avec le bassin.

 

Bien réglée, la ceinture offre alors des sensations bien différentes du sac à dos…

 

 

 

Quelle différence ?

La charge, plutôt que de se déplacer sur les omoplates, reste concentrée sur une seule ligne transversale au bas des reins. La transpiration, au lieu d’être importante sur une grande surface, est limitée à l’appui formé au pied de la colonne vertébrale.

Qu’on le veuille ou non, il s’agit d’embarquer un chargement. Il représente donc une masse concentrée, une «gêne». Elle est différente, car ne se réfère pas au même segment. Le sac s’associe aux mouvements du tronc. La ceinture à ceux du bassin. Bien souvent, les erreurs d’équilibre se traduisent pas davantage de balancement au niveau des épaules qu’au bas du dos. La ceinture a donc un avantage : celui d’être accolée à une partie du corps qui balaye moins de distance, génère donc moins d’inertie, donc moins de fatigue, des membres qui compensent : bras et jambes…

Conception différente signifie également usage différent. Celui du tuyau, même s’il n’est pas révolutionné, connait ses petites adaptations…

Au rang des petits désagrément, les projections de la roue arrière qui ne s’accrochent pas au maillot – donc ne le saliraient pas – tombent entre le maillot et la surface d’appuis. quelques éclats suffisent  pour que la terre soient incrustée au tissu du maillot à force d’être concassées par les nombreuses oscillations.

 

 

 

ET - DetailsCamelbackPalos4LR-27

Pour qui, pour quoi ?

Alternative à l’encombrant sac à dos, la ceinture Camelbak Palos 4LR permet de réduire et concentrer le chargement. Jusqu’à 2h30 ou 3h de sortie, pour peu que les conditions soient clémentes et stables, elle permet de profiter d’une aisance supplémentaire par rapport au sac à dos. Son bon usage et son maintien permettent de l’utiliser en randonnée. Ce n’est pas un hasard si nous l’avons utilisée pour agrémenter les illustrations de l’essai du Lapierre Zesty 827. Il suffit de lire les conclusions quant à l’usage de ce All Mountain pour saisir ce à quoi elle se destine. À l’inverse, les compétiteurs en quête de davantage de discrétion s’orienterons vers d’autres solutions… Nous y reviendrons 😉

Rédac'Chef Adjoint
  1. Bon essai ! Solution à essayer un jour…
    Par la dernière phrase “À l’inverse, les compétiteurs en quête d’avantage de discrétion s’orienterons vers d’autres solutions… Nous y reviendrons”, peut-on espérer un test d’une solution “sous le maillot” du type SWAT de chez Specialized ou Stash de chez Race Face?
    Je suis intéressé par cette approche pour mes “petits tours”.
    M@xime

    PS: Sinon, j’attends toujours impatiemment le CR de l’essai des nouvelles genouillères 661 Recon 😉

  2. @M@xime, je ne t’ai pas oublié > je viens de recevoir, et je rentre à l’instant après avoir roulé pour la première fois, la version définitive des Recon. (la précédente paire à ma dispo était une pré-serie). Le temps pour moi de rouler encore avec semaine prochaine, et j’écris à leur sujet semaine suivante… Ça tombera bien, car ce sera justement la période à laquelle tu pourras enfin les trouver à l’achat, elles seront dispo chez Race Company début mars.
    Pour ta seconde question, ça fera parti du sujet, mais pas que… J’y travaille 😉

  3. Merci Antoine pour la réponse. J’attends tout ça avec impatience!
    Travailles-bien pour notre plus grand plaisir 🙂
    M@xime

  4. Merci pour ce test.
    Je cherche la même chose mais en plus petit (1L d’eau, des clés, un téléphone, une barre et c’est tout), mais je ne trouve pas.
    Je ne veux pas de gourde car ça ne me semble pas idéal en cas de chute.
    J’attends avec impatience les autres test : « À l’inverse, les compétiteurs en quête d’avantage de discrétion s’orienterons vers d’autres solutions… Nous y reviendrons ».
    Peut-on avoir juste les noms des produits ?

  5. @Thomas : on en dira pas plus pour l’instant, surprise, mais pas mal de marques se penchent sur le sujet 😉 Pour répondre à tes attentes et aux bidons rigides dangereux en cas de chute, il existe les bidons souples issus du trail comme la Salomon Soft Flask.

    Du coup tu peux embarquer ce genre de bouteille dans un short qui integre une poche (chez Spe par exemple), dans une banane VTT (Mavic, Camelbak, Dakine…) voir sur les côtés de certains gilets avec dorsale

  6. @Thomas, passer en revue l’ensemble des solutions pour être exhaustif et équitable fait justement parti du travail en cours 😉

  7. pour 1 litre d’eau, un téléphone et une barre de céréales, je prendrai un gros bidon + porte bidon, plus mes poches de short… RE-VO-LU -TION-NAIRE !

  8. @pezatou : oui c’est certain avec l’inventaire que tu cites, par contre c’est loin d’égaler la capacité (2L d’eau notamment) de ce genre de banane (avec laquelle tu embarques ce qu’il faut pour rouler une bonne demie journée) et en terme d’agrément, les poches pleines, on a vu mieux…

  9. @pezatou : Sur le YT Capra (mon vélo) il n’y a pas de porte bidon possible… Puis pédaler avec des trucs dans les poches je n’aime pas. Et tu as oublié les clefs !

  10. oui, je roulais avec un truc à la ceinture il y a 20 ans …. je me souviens d’un otb, dos nu, au sauze … avec le recul je me dis que j’ai eu de la chance ….

  11. @Pezatou, j’ai choisi de retirer la veste et un peu d’eau pour valider l’essai. C’est l’exemple que j’ai cité pour faire comprendre que l’on peut y charger un peu plus que ce qui est raisonnable d’embarquer pour un bon maintien… J’aurais pu prendre plus d’eau et faire une croix sur la couverture de survie, ou bien prendre une chambre à air de plus et ne pas prendre la veste… Et c’est peut-être là l’intérêt > plus de combinaisons et plus de place que deux simples poches de short et un bidon.

    @ vttrip, Adrien & Pierre, par curiosité, la ceinture a été essayée avec une veste de protection souple et fine comme la 661 Evo Jacket. Pas de gêne apparente, l’usage combiné pour rouler protéger est possible, même si, puisque ces dernières acceptent la poche à eau et quelques accessoires en poche, on serait “presque” en situation de double usage 😉

  12. Ha ha! Tu testes aussi la 661 Evo Jacket? Un CR dans le pipe j’imagine? 🙂
    Il n’est pas clair dans le descriptif du produit si la protection dorsale (amovible) est compatible avec une poche à eau. Je comprends qu’on peut en mettre une lorsque la dorsale n’est pas présente mais peut-on utiliser les 2 en même temps comme c’est le cas avec le produit concurrent de chez Alpinestar Evolution Jacket? J’hésites entre les 2 😛
    Un comparatif à venir?

  13. Salut, en cas de chute avec ce genre de produits, j’ai peur pour le dos, autant un sac à dos si il est bien charger ça passe, autant une banane comme celle la en cas de chute sur le dos risque de faire des dégâts !

  14. @Antho, désolé, le crash test n’est pas inclus dans ma prestation 😉

    @ M@xime, pour avoir essayé, protection + poche à eau possibles sur les deux : 661 comme Alpinestar 😉

  15. @M@xime, il me faudra avancer dans les essais pour en dire plus. Pour l’instant, une différence importante se situe entre les deux au niveau des hanches : la 661 descend jusqu’à la ceinture, tandis que la forme de la Alpinestars remonte au nombril sur l’avant. Les deux ressentis diffèrent grandement sur ce point…

  16. “@ vttrip, Adrien & Pierre, par curiosité, la ceinture a été essayée avec une veste de protection souple et fine comme la 661 Evo Jacket. Pas de gêne apparente, l’usage combiné pour rouler protéger est possible, même si, puisque ces dernières acceptent la poche à eau et quelques accessoires en poche, on serait « presque » en situation de double usage ????”

    C’est un peu ce que je me disais.

    Par contre je vois très bien ce produit dans un usage cyclo-randonnée où pour le coup un sac à dos est à proscrire (douleur à la longue, sudation). Ca permet d’avoir une réserve d’eau à portée de main supplémentaire et vient parfaitement en complément d’une sacoche de guidon on l’on a tendance à laisser ce dont on besoin rapidement. Avec l’avantage de garder ces effets sur soi lorsque l’on descend de vélo, réduisant ainsi le risque de vol.

  17. Bonjour,
    J’ai vu qu’Evoc a aussi sorti une banane qui pour moi à l’avantage d’accepter un bidon et pas uniquement une poche à eau. Je suis tenté de m’en prendre une pour utiliser lorsque je fais des tours rapides (et pas engagés) autour de chez moi. Des retours sur ce modèle?
    merci

  18. Avez vous fait un comparatif entre les différentes “bananes ” avec poche à eau du marché (Caméléon,Dakine,Évoc)
    Meme question pour les gilets dorsales,vous aviez testé la 661 et Alpinestar,Mais depuis il y a bien 5-6 modèles de plus
    Merci

    1. Les fiches de test de ces produits font parti des articles à venir. Notamment les ceintures Dakine et Evoc, et la veste Race Face.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *