FullAttack.cc, la nouvelle ère d'Endurotribe

Évasion, le choix du pantalon VTT en hiver

Cette transition entre les longues et chaudes journées d’été qui nous animent tous et favorisent la pratique de notre discipline et le magnifique sombre et froid automne – hiver est parfois brutale suivant vos régions. Comme le renard adaptant sa fourrure dense, douce et soyeuse au passage de l’hiver, nous faisons indéniablement la même chose. Certes, rouler couvert d’une peau de bête est parfois compliqué et peu respectueux de nos amis canins, c’est pourquoi de nombreuses marques spécialisées se sont lancées dans le développement du pantalon VTT adapté à nos saisons.

Mais quel équipement choisir !?

 


Temps de lecture estimé : 9 minutes


Sortons couverts !

Je vais, de part mon expérience personnelle, vous présenter les différentes possibilités qui me semblent pertinentes pour réchauffer vos jolies jambes parfois trop épilées, éviter les problèmes physiques ou musculaires et rouler confortablement en hiver.

N’ayant pas la prétention d’avoir essayé tous les équipements du marché, ni d’être spécialiste en textiles techniques, je prendrais en exemple des modèles semblant afficher des caractéristiques intéressantes ou bénéficiant d’une belle notoriété qui nous poussent à faire confiance et faire un choix, parfois. Je vous invite à partager vos expériences respectives en fin d’article autour d’une discussion ouverte.

Chaque fabricant propose des gammes assez complètes et diverses. Il n’est pas toujours facile de choisir « le » pantalon qui saura vous ravir. La pratique du vélo de montagne est très large et peut se rapprocher d’autres sports permettant ainsi de ne pas doubler ou tripler les achats de vêtements. Pour certains, un pantalon hiver VTT sera autant utile en Enduro qu’en vélo de route, rando, ski de fond, luge, bataille de boules de neiges… D’autres préféreront un vêtement dédié à chaque discipline.

 

Les grands fabricants et spécialistes proposent aujourd’hui des gammes de produits pour chaque saison dans des tissus et formes très spécifiques. Afin de ne pas nous perdre dans un choix trop large, concentrons-nous sur la période hivernale, froide, humide et enneigée.

 Les solutions envisageables ? Pour qui ? Pourquoi ?

 

 

Simple et étanche – Le pantalon de pluie

Bonne alternative !?

Dans certains cas, le simple sur-pantalon pluie peut jouer le rôle de protection étanche et membrane contre le froid. On l’accompagnerait alors d’une première couche type collant ou d’un sous-vêtement technique. Gardez cependant en tête que, comme dans votre Kway funky des années 80, 100% nylon ou polyamide, vous souffrirez toujours plus du chaud puis du froid. En effet, la faible respirabilité des textiles dits « imperméables » devient problématique s’il sont utiliser hors d’un contexte pluvieux. Une forte transpiration se fait alors vite sentir, nous faisant littéralement suffoquer durant l’effort. Certains ne verront pas de problème à cela, regardons alors ensemble plusieurs solutions d’équipements.

Les trois modèles ici présentés sont totalement différents. Comment est-il possible de marquer un tel écart de prix entre un Décathlon 300 B’twin et un Mavic Crossmax ultimate ? A qui s’adresse ces modèles ?

Au premier coup d’oeil, certaines différences sautent aux yeux.

D’un côté, à 16,99 euros, nous avons un pantalon relativement basique, dans son matériau et sa coupe : toile 100% polyester, soit un matériau relativement simple, dans son cas non-respirant mais donc imperméable si les coutures sont thermosoudées et ça semble être le cas. Pour la taille, rien de plus simple: large, droite… la coupe type pour un sur-pantalon, rien d’exotique.

De l’autre, à 170,00 euros, nous avons semblerait-il la Rolls-Royce. Matériau Dura Rain SL (du chinois pour Mr tout le monde) assurant étanchéité, respirabilité et une extrême résistance de part des zones renforcées en Scuff Guard  (me semble être du chinois aussi), une matière très robuste à l’abrasion. Pour la taille, c’est tout autre chose : ajustée, près du corps, assez courte pour ne pas gêner au pédalage. Intéressant, mais je pense très orienté compétition et gros porte-monnaie.

Solution intermédiaire, à 90,00 euros, un pantalon Endura qui paraît remplir toutes les fonctions requises. 100% nylon, imperméable et bien taillé. De plus, Endura semble avoir le sens du détail et de l’esthétisme. Plusieurs poches zippées, un pied de pantalon réglable pour l’ajuster, l’enfiler et l’enlever facilement… Face à cela et de part mon expérience de baroudeur, je n’irais pas chercher plus loin pour l’enduro. Les raisons sont simples : je pense que le Décathlon aurait été plus que parfait si la taille avait été un poil plus ergonomique et parce que l’idée de mettre 170 euros dans un pantalon certes bien taillé et technique mais restant un simple pantalon de pluie me parait assez délirant.

Pour un usage voyage, je choisirais le Décathlon. Mes expériences en vélo et aventures par tout temps et autour du monde, me font penser que ce produit basique serait le produit idéal. C’est le seul pouvant être utilisé avec ou sans pantalon en dessous et cela reste très pratique lors de destination inconnue. De plus, il répond à la demande, ne coûte quasiment rien et il est étanche…

Revenons à nos moutons, pour la pluie oui mais sous la neige chef, qu’en est il ?

Sur papier les caractéristiques techniques montrent bien une certaine perméabilité mais sur le terrain, c’est une autre histoire. Il en va de même pour toutes les membranes très haut de gammes affichées imperméables type Tex, H2O, Ceplex, Cordura etc… Elles sont toutes d’excellente qualité, résistantes à la déchirure et à l’abrasion pour certaines, mais leur manque de respirabilité reste un point que je n’ai jamais su gérer lors d’efforts intenses. Avez vous déjà passé toute une journée, des bottes en caoutchouc aux pieds ? Ici c’est (presque) pareil, dedans, on transpire obligatoirement…

Ces textiles seront la solution en cas de pluie. Par contre selon moi, ils sont trop étanches et non-respirants pour des efforts longs et intenses en montagne et par temps froid.

 

 

Freeride forever – J’y vais mais j’ai peur

L’instinct du rider puriste vous submerge et le besoin de rouler sans vous prendre la tête vous anime ? Pas de stress : le jean est fait pour vous. D’une excellente résistance à l’abrasion, peu étanche mais protégeant assez bien du froid (au début), il est bien sûr possible de rouler toute l’année avec son jean fétiche. Même Viking dans l’âme, en hiver, il est tout de même plus prudent de l’accompagner d’un collant en soie en sous-couche technique. Accessoirement, la toile de jean peut être aussi rigide qu’une branche de frêne après 4 heures de ride à 2 degrés… Et je sais de quoi je parle.

ION pants seek

Mieux que le bon jean américain, la marque ION propose un modèle plutôt lifetstyle en toile Cordura stretch destiné au cyclisme. Le cordura étant très résistant à la déchirure et à l’abrasion il sera costaud pour le tout terrain. Comme il est également stretch et plutôt slim, il devrait être confortable. Bon, en enduro, en hiver, en pleine montagne… à voir. Mais ne le dénigrons pas, avec un sous vêtement 100% soie et si la météo est bonne, il ferait parfaitement le travail, j’en suis sûr ! C’est donc une solution qui s’envisage pour une petite sortie au soleil avec les copains, neige ou pas neige. N’en attendez simplement pas qu’il soit chaud et technique.

Je croise souvent beaucoup de riders utilisant des pantalons de Descente ou MX.

Qu’en est il vraiment ? Premièrement, à comparer de tous les autres, ils seront d’une protection irréprochable et très résistant. Ils assurent par contre moins de confort et d’assurance en montagne. Souvent en matériaux synthétiques tels que polyester, dynax, kevlar, cordura… ils sont peu adaptés aux conditions froides. Leur coupe permet d’y glisser des genouillères, short de protection etc, mais ils ne sont pas conçu pour assurer une véritable isolation thermique.

Ancien enduriste moto de bon niveau, je ne me verrai pas partir très longtemps avec ce genre de pantalon VTT/MX. J’aurai peur d’avoir froid et d’avoir un vêtement très inconfortable une fois la toile refroidie, voire, qui givrerait littéralement.

C’est en revanche le bon choix si vos remontées se font en navette et seule souder à la descente vous importe, par tous temps, toute l’année.

 

 

Comme dans ses pantoufles – Le pantalon technique hivernal

Le choix stratégique ?

Plusieurs marques se spécialisent dans des produits optimisés aux matériaux spécifiques assurant confort et perméabilité. Il y en a pour tout le monde et pour tous les goûts. De nombreuses marques développent cela aujourd’hui, combinant isolation et chaleur. Les tissus chauds assurant la meilleure isolation seront certainement le néoprène, la polaire, la laine Mérino, pour les plus connus…

Sont-ils vraiment utiles et bien pensés ?

Pour moi, le premier avantage de ces équipements est qu’ils peuvent être utilisés dans d’autres domaines et disciplines : raquettes, ski de fond, ski de rando, soirée en refuge, évitant ainsi de multiplier les achats de vêtements en hiver.

Prenons en exemple trois pantalons VTT, trois grandes marques, d’une grande notoriété, mettant la barre du détail et de la technicité assez haute. Ils représentent parfaitement bien la gamme de vêtements d’hiver, respirant, chaud et à mes yeux confortable.

Tout le monde n’est pas spécialiste, moi le premier, vous avez certainement déjà entendu parlé de ce terme utilisé pour décrire certains équipements de montagne : le Softshell. Il s’agit d’un tissu composé d’une membrane déperlante, d’un film respirant et d’une finition intérieure en micropolaire. Il protège donc réellement du froid en étant très respirant et assure une réelle liberté de mouvement. C’est un textile qui protège du vent et garde la chaleur, donc très adapté aux conditions sportives en hiver ou par temps froid.  De manière globale, voici ce qui détermine ces trois modèles ici représentés et ce qui en fait certainement de bons équipements pour l’hiver.

Le choix :

Je connais très bien le Vaude Virt II que j’utilise au quotidien depuis la fin d’automne à l’hiver en vélo de montagne comme en ski de fond. Commençons donc par lui.

Pour 170,00 euros, et directement depuis le site marchand de la marque Vaude, vous serez équipé de ce vêtement pour l’hiver. Très bien fini, d’une coupe étroite avec une poche sur la cuisse droite pour y loger son téléphone ou forfait de ski. Sa coupe est la plus originale des modèles montrés ici. Il ne s’agit pas d’un short par dessus un collant, mais bien d’un seul et même ensemble. De la ceinture aux genoux, il sera plus large avec deux zips latéraux en guise d’aération, et totalement Wind-proof, soit coupe vent. Cette coupe favorise pour moi les mouvements, on ne s’y sent pas du tout gêné. En plus du coté écologique du produit, il est très agréable, d’une finition exemplaire et très résistant, à l’utilisation comme au lavage. Pas la moindre couture vient se fait sentir ou blesser à force de mouvements. Seul bémol pour lui en trouver un, il est assez chaud, voire très chaud lorsque le soleil pointe son nez. Il faut le savoir, mais n’est-ce pas là une qualité qu’on lui demanderait justement d’avoir…

Certainement un haut de gamme proposé ici.

Chez Gore Bike Wear, pour un montant égal de 169,95 euros, le produit est un poil plus simple mais pas moins technique et performant. Sur le papier les matériaux sont équivalents démontrant ainsi une certaine ressemblance et ressenti à l’usage. Gore figure comme le minimaliste, ultra fin, presque collant, avec une poche unique à l’arrière, il conviendra au plus classique d’entre vous qui recherche un produit racé et sans fioriture. Less is more.

Le modèle ION paraît le plus accessible. Peut être le plus orienté vélo de montagne. Il semble laisser la place aux genouillères et pour ceux qui roule protégé, cela fera certainement pencher la balance. Softshell comme ses voisins, avec de nombreuses poches et zips d’aérations, sa coupe semble sans erreur et optimisée. Lorsque les feuilles seront tombées et la neige proche, il ravira bon nombre de rider.

Les modèles diffèrent beaucoup d’une marque à l’autre mais gardent généralement les même propriétés techniques. Ces pantalons VTT restent isolants, déperlants et respirants. Ils seront les plus qualitatifs et confortables lors d’efforts intenses dans le froid hors pluie importante.

Ces articles très spécialisés offriront assurément confort et chaleur. Cela les placent logiquement en tête du concours.

Les goûts de chacun sont trop différents et il serait trop subjectif de vous conseiller un modèle plus qu’un autre. Sachez qu’en vous orientant sur ces produits spécifiques dits respirants, techniques et chauds, vous trouverez une solution correspondant à une pratique dans des conditions rudes et hostiles.

 

 

Nature je suis à toi – Le collant à même la peau

Le collant long d’hiver est aussi une solution qui fonctionne. Attention quand même à ne pas choisir un modèle “été”. De part la finesse du produit et sans doublage, les articulations sont en contact direct avec le froid pouvant provoquer douleurs et blessures importantes.

Les modèles à bretelles sont très efficaces. Ici, j’ai choisi un produit Northwave et un second Scott. Comme tout collant à bretelles, il remonte haut dans le dos et vous tiendra mieux au corps. On trouve ces modèles hiver doublés de micro-polaire, laine Mérino et autres matériaux thermiques. Durant l’effort, c’est dans cette membrane que vous trouverez le meilleur confort, assurément. Vos jambes sont à la fois fraîches et isolées, prêtes à l’action, à tourner des journées entières.

Je perçois le collant chaud comme l’arme suprême en cross-country où tout effort mené est important, constant et régulier sur des parcours peu engagés. Il est être utilisé tout seul, sous un short ou sous un pantalon, lui donnant ainsi la fonction de sous couche technique isolante. Un bon compromis pour avoir chaud.

J’insiste par contre sur le fait d’utiliser ce type d’équipement en pratique douce car sur le tissu, les genouillères glisseront constamment… Faites très attention, la genouillère semble tenir, mais sur un choc violent elle terminera sa course derrière, dessus ou dessous, mais pas au bon endroit.

En vélo de montagne, reste-t-il donc envisageable ?

Après avoir pas mal rouler et arpenter les montagnes, il me paraît trop light en l’utilisant comme tel, sans au minimum un short par dessus. Il n’y a aucune épaisseur de protection contre les branches, ronces et autres natures hostiles à notre passage, sans poches latérales également. C’est peut être lui qui régulera au mieux votre température corporelle mais il ne faut pas en attendre plus.

 

 

Conclusion

Le pantalon VTT est le vêtement obligatoire pour affronter l’hiver et continuer de rouler par tout temps. Pour certains, acheter un pantalon spécifique paraîtra obligatoire et sera gage de qualité et de confort. Pour d’autres une simple membrane moins technique pluie fera l’affaire. Dans ce cas, une plus grande vigilance et écoute de son corps face au climat sera nécessaire.

Tout le monde doit facilement pouvoir faire un choix dans les produits disponibles sur le marché, seul une connaissance de soi-même et bien connaître ses besoins est important, à mon sens. Savoir si on est sensible au froid, si l’on roule avec ou sans genouillères, déterminer son parcours et travailler où l’on va pour limiter les erreurs en fonction de votre pratique etc… Tout cela vous orientera sur le produit à acheter.

Cibler la zone géographique où vous souhaitez rouler est très important. Nos régions françaises sont tellement variées, passant au mois de février de la Sibérie au Maroc suivant où nous nous trouvons… Nous ne sommes, je crois, pas tous égaux face au climat.

Cependant, et comme dans le choix d’une veste, gardez en tête qu’ il sera très difficile de réunir toutes les caractéristiques techniques autour d’un seul produit. Si votre pantalon est imperméable, il sera bon sous la pluie mais ne sera pas respirant (ou très peu) . S’il est dit thermique et coupe vent, il sera chaud et confortable mais ne vous empêchera pas de grelotter sous une averse pensant qu’il était imperméable ! Vous savez tout, ou presque.

Le plus intéressant maintenant est d’échanger ensemble autour de vos équipements et choix stratégiques. C’est à vous !

 

Liens utiles

Decathlon 300 B’twin : https://www.decathlon.fr/surpantalon-velo-300-noir-id_8328693.html

Mavic Crossmax Ultimate H2O pants : https://shop.mavic.com/fr-fr/pantalon-crossmax-ultimate-h2o-c0687.html

Endura Hummveehttp://www.endurasport.com/products/?ProductID=543

Ion pants Seekhttp://www.ion-products.com/bike/men/bikewear/seek/pants-seek/

Fox Racing Demo DHhttp://fr.foxracing.com/demo-dh-pant/15244.html?dwvar_15244_color=007&dwvar_15244_size=28&cgid=mens-dh-shorts#start=1

Troy Lee Design Sprint reflexhttp://www.troyleedesigns.com/sprint-pant-reflex

Vaude Virtt II pants http://www.vaude.com/fr-BE/Produits/V-tements/Men-s-Virt-Softshell-Pants-II-black.html

Ion Softshell Impacthttp://www.ion-products.com/bike/men/outerwear/softshell-pants-impact/

Gore Bike Wear Power trail windstopper soft shellhttp://www.goreapparel.com/gore-bike-wear/men/shorts-tights-pants/power-trail-windstopper-soft-shell-pants/PWPOWE.html 

Northwave Lightning bibtights total protectionhttp://www.northwave.com/it/product/-lightning_bibtights_-_total_protection

Scott RC As Wp +++https://www.scott-sports.com/fr/fr/products/2445205039009/Cuissard-long-SCOTT-RC-AS-WP-%2B%2B%2B

Rédacteur "évasion"
  1. Je roule dans le sud avec le pantalon “all mountain” de Alpine star.
    Il remplit bien son role isolant contre le froid et je rajoute un collant dessous quand il fait tres froid.
    Seul bémol, il n’est pas stretch et les coutures ont lachées a l’entre jambe.
    Faut pas prendre 1kg non plus sinon il devient vite génant. 6/10 pour moi.
    Je me tate pour un endura ou un ION pour l’hiver prochain.

  2. Voilà plus d’un an et demi que je roule avec le Gore Bike Wear en all mountain, je n’ai que du bien à en dire : résistant, il s’oublie vite, on le mets sur un cuissard et/ou un sous vêtement technique, on peut glisser des genouillères légères dessous et il tient pas mal la pluie. Bref, l’hiver c’est Gore chez moi!

  3. Salut à tous, pour ma part qui habite le grand EST ou il pleut souvent donc beaucoup de boue; je roule avec un cuissard long et un pantalon “k-way”. Effectivement c’est le sauna à l’intérieur mais supportable pour des sorties courtes (2à3heures) ;les avantages sont: économique (15 à 20€) Le pantalon, mais surtout pratique car en fin de sortie un coup d’eau sur le pantalon est c’est prêt pour la prochaine sortie.
    Car il ne faut pas négliger la corvée de lavage après une sortie arrosée; de plus avec les nouveaux matériaux ceux-ci perdent leurs propriétés initiales très rapidement au bout de quelques lavages. Il aurait été pertinent de faire un petit article sur ce sujet.

  4. en hiver c’est short , genouillère et chaussette haute et aucun souci jusqu’à -10 degré mais en condition de neige.

  5. Pour moi aussi Gore Bike Wear avec le modèle ELEMENT URBAIN WINDSTOPPER SOFT SHELL. Parfait pour vélotaff et sorties enduro. Bonne protection thermique et super pratiques avec les nombreuses poches.

  6. J’ai un pantalon Kona depuis 8 ou 9 ans, j’adore ! Je suis un adepte du pantalon l’hiver, j’ai vraiment du mal avec le moule-burnes …
    Il a une doublure en molleton a l’intérieur seulement au niveau des cuisses, avec des aérations a glissière qui permettent de gérer la ventilation, avec je n’ai jamais chaud ou froid.
    Son gros défaut c’est qu’il n’est pas imperméable, avec un petit crachin (breton ! ) ca passe, mais avec la grosse pluie il se transforme vite en éponge, devient lourd et froid 🙁
    J’ai fait des sorties de 50 bornes avec sans problème, aucun manque de confort.
    Sur les randos du coin je suis le seul a rouler en pantalon, on me prend pour un extra-terrestre, ca me fait marrer …
    J’ai aussi un Endura hummvee, mais le premier model, juste déperlant ( ca c’etait avant lol ), il fait le job, sans plus, il n’est pas très bien taillé, il en est moins confortable.

  7. @feisar > entièrement d’accord avec toi, le pantalon de pluie fait souvent bien l’affaire et au vu de son prix, le déchirer ne serait pas un drame. Pour le lavage des équipements aux matériaux plus techniques il faut simplement faire attention. Les petites étiquettes indiquent la marche à suivre et je crois ( que l’on me corrige si je me trompe ) ne pas laver trop souvent, avec trop de lessive et possible de rajouter un imperméabilisant pendant ou après. L’entretien est plus contraignant mais heureusement on peut conserver leurs caractéristiques techniques, imagines s’il fallait changer de pantalon tous les 4 lavages ! 😀

  8. @fab42 > j’ai souvent roulé comme ça, short toute l’année parfois avec des conditions de neige donnant plus à abandonner son vélo derrière un arbre pour continuer en raquettes… c’est effectivement possible mais en therme de sécurité et en cas de coup dur, tu ne seras jamais protègé comme avec un pantalon. Tu prends alors le risque de te refroidir vite, avoir froid, risque d’hypothermie, etc… Sur de longues distances loin de chez toi, la prudence sera de mise !

  9. Salut je roule en ile de france toute l’année en enduro all mountain (quelques competes regionales en bretagne vosges ou lorraine). En hiver je met un cuissard long type xc avec mon short fox ranger par dessus et evidemment les genouilleres . Pas de souci pour rouler à des temperatures jusqu’à -5° c. La protection contre les ronces et branches est bonne. Pas besoin d’investir dans un pantalon pour moi.

  10. pour moi les hivers humides en Alsace, c’est cuissard long + short étanche.
    Le problème, c’est les pieds. Sous la pluie je suis protégé par mon short (qui au passage est un excellent coupe vent) et l’eau sur le cuissard ne me gêne pas. Par contre il y a un effet gouttière dans les chaussures hiver, et ça, c’est pas top. Le pantalon serait la solution.

  11. Bonjour,
    Je roule en IDF et jusqu’à cette année, c’était short et genouillères par tous les temps. J’en ai eu marre de rentrer trempé et frigorifié.
    Ne sachant pas quel pantalon choisir, je suis parti pour un premier achat, sur le décathlon et franchement il remplit bien sa fonction.
    Dernière sortie, samedi 11.02 sous une pluie/neige dans une belle boue avec une température de 1 à 2°.
    Le pantalon et les couvre chaussures imperméables sont vraiment efficaces. Je suis rentré couvert de boue et sec en dessous bien que le pantalon ne soit pas respirant.
    La coupe et la marque du pantalon peuvent ne pas plaire, il reste efficace pour les sorties pluvieuses et froides.
    Bon ride à tous

  12. Bonjour,
    Je roule en Franche-Comté, parfois à -10°C voire encore plus négatif.
    Je porte un cuissard avec jambières longues B’TWIN spécial hivers (le plus haute de gamme qu’il propose chez Décathlon), et par dessus j’ai un pantalon de DH FOX WR (Water Résistant).
    Je n’ai pas du tout froid, parfois même trop chaud dans l’effort (montée).
    Cordialement.

    1. @Tom25 >c’est interessant de voir vos réponses. Nous sommes tous équipés de manière bien personnelle et différente, prouvant bien qu’il n’y a pas qu’une solution miracle. Dans les cas comme le tien, avec un pantalon DH, ça ne peut que fonctionner, s’il est étanche tu auras forcement chaud à la montée. Le gros problème et solution à prévoir c’est : ” comment gérer la chaleur une fois arrêter ? “. D’où l’important d’avoir des matériaux respirants qui vont se ventiler s’en se charger en transpiration. En cas de galère ou simplement de rando sur plusieurs jours c’est tellement rassurant et agréable d’être bien dans ses vêtements 🙂

  13. Hello,

    Pour ma part, j’ai des pantalons en Gore-Tex XCR (ceux qui ont l’aspect “Cordura”, avec la trame qui les rend indéchirables). Ils sont imperméables et respirants. Ils ne sont pas doublés. Je mets un caleçon et des genouillères au-dessous. Je n’y trouve que des avantages :

    1/ Tu mets ce que tu veux comme caleçon dessous, en fonction de la température extérieure.
    2/ Un coup de jet et il est propre.
    3/ Tu changes de caleçon à chaque sortie (hygiène).
    4/ Même par grosse pluie, il est imperméable.
    5/ Tu peux même l’avoir dans le sac à dos, roulé, et ne le sortir qu’en cas de pluie.
    6/ Tu peux l’utiliser dans d’autres contextes (sortie raquette, ski de rando, sortie moto par météo incertaine, etc.)

    Alors, certes, je craquerai bien pour un ensemble comme la fille sur la photo, parce que niveau look c’est plus sympa, mais niveau fonctionnalité, je ne vois rien de mieux.

    Bises aux enduristes !
    Flo’

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *