Test – Biellette Orbea Rallon 2020

8
/10

Parfois, il n’est pas nécessaire de tout modifier pour obtenir quelque chose de nouveau et/ou de différent. Ca fonctionne pour bien des choses ! Et la nouvelle biellette de l’Orbea Rallon le prouve… Voyons pourquoi !?

 

[cbtabs][cbtab title= »Prix »]249€ le kit complet[/cbtab][cbtab title= »Lien »]https://www.orbea.com/fr-fr/equipement/accessoires/cat/rallon-link-mtb[/cbtab][cbtab title= »Éléments d’essai »]200km en Auvergne, à Millau, comme en compétition EWS aux Orres[/cbtab][/cbtabs]

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes


 

 

Est-ce pertinent ?

En ce moment, l’Orbea Rallon surfe sur la vague de l’Enduro comme peu d’autres vélos peuvent le prétendre. Il a su faire sa place sur ce créneau, où la concurrence est rude, malgré des choix techniques bien tranchésOui, mais lesquels ?

Ici en l’occurrence, c’est sa cinématique qui nous intéresse. Justement, à ce propos, l’Orbea Rallon est très peu progressif – 8% seulement – au point qu’on le qualifierait presque de linéaire tant c’est différent de ce que l’on connait jusqu’à maintenant. Voici donc un choix singulier de la part des ingénieurs basques !

Mais à l’usage, ce n’est pas sans incidence ! En effet, à l’essai l’Orbea Rallon demande une certaine finesse de réglage pour ne pas talonner souvent et donne l’impression d’avoir moins de débattement sur les sentiers que sur le papier tant on avale rapidement ses 150mm ! Il y a donc matière à progresser sur ce point. Ce qui rend l’arrivée d’une nouvelle biellette, augmentant la progressivité, et le débattement par la même occasion, une option non seulement pertinente, mais presque indispensable !

 

 

Est-ce pratique ?

On en entend peu parler en Enduro, mais les descendeurs, eux, y sont plus habitués. En fait, changer une biellette sur le circuit de Coupe du Monde de DH est particulièrement commun : soit pour s’adapter à la piste, soit pour mieux convenir au style de pilotage du pilote, ou les deux…

C’est surtout un moyen facile à mettre en oeuvre et radicalement efficace pour faire évoluer un cadre déjà existant sans avoir à tout revoir et surtout sans forcément modifier la géométrie. Ce qui est d’ailleurs le cas ici, pour cette nouvelle biellette d’Orbea Rallon.

En plus d’être simple, le montage de cette biellette est assez pratique puisqu’il suffit de remplacer l’ancienne biellette par la nouvelle. Cette dernière est vendue avec de nouveaux roulements pour les articulations avec les haubans et le pied d’amortisseur, qu’elle héberge. Cure de jeunesse opération plutôt rapide donc :

 

 

Est-ce utile ?

À l’usage, et ce dès les premiers tours de roues, on perçoit un net gain de débattement et de progressivité. Celle-ci atteint désormais les 20%, une valeur d’ailleurs plus commune sur les autres vélos d’Enduro.

Même si ce changement nécessite d’adapter quelques réglages, ce n’est pas sorcier. 15psi de plus dans un Fox X2 ou quelques tours de précontrainte en plus pour un Fox DHX2 suffisent à retrouver le même SAG. Les compression peuvent aussi être revues, de 2 ou 3 clics plus fermés, surtout pour la basse vitesse et les détentes à peine réouvertes d’1 clic ou 2.

Donc, rien de compliqué pour repartir sur une bonne base. Pour finalement s’apercevoir que l’on gagne clairement en confort, en traction et en grip à la roue arrière même si contre toute attente, malgré un ratio en début de course plus élevé, le gain de sensibilité est quasi-imperceptible. Cette nouvelle biellette est donc bel et bien utile au vu des nouvelles performances d’amortissement de ce « nouveau » Rallon !

D’ailleurs, l’usage d’un amortisseur à ressort, dans notre cas un Fox DHX2, s’avère bien plus compatible et cohérent avec cette nouvelle biellette qu’avec l’ancienne, qui donnait l’impression d’avoir un tout petit débattement ou qui frappait sous les pied tant l’hydraulique était malmenée – manque de progressivité en cause !

 

 

Quelle durée de vie ?

Comme nous l’avions dit, il est évident qu’il est plus simple et aussi moins onéreux de changer une biellette qu’un vélo complet. Et finalement, pour la marque comme pour le pratiquant !

Cependant, cette nouvelle biellette n’est compatible qu’avec la cinquième génération du Rallon – millésime 2018 et 2019 – et n’a donc uniquement du sens sur la durée de vie de ce dernier…

Son intérêt se limite donc à la durée d’existence du R5, jusqu’au prochain… ou jusqu’à l’arrivée de son remplaçant. Dès lors qu’il devient obsolète, elle le devient aussi… en partie !

 

 

Ce qui peut progresser ?

Bien qu’à première vue, le changement de biellette n’a rien de compliqué, dans les détails, cette manip’ pourrait être grandement facilitée :

Étant donné qu’il faut démonter l’ancienne biellette avant de remonter la nouvelle, un outil de démontage serait le bienvenu ! Il faciliterait l’opération tout en assurant de ne pas endommager les différentes pièces.

 

 

La concurrence ?

Cette « petite » évolution a décidément de grandes conséquences. Elle n’a certes pas de concurrence directe mais, par le gain de débattement et l’amélioration d’amortissement de la suspension arrière l’Orbea Rallon change, en quelque sorte, son fusil d’épaule. Il réajuste le tir et se replace plus encore sur le spectre de l’Enduro. Dans le mille !

De cette manière, l’Orbea Rallon se radicalise. Il perd un peu en polyvalence puisque ses nouvelles capacités d’amortissement le conforte dans le créneau Enduro plus qu’All Mountain et qu’il fonctionne d’autant mieux quand le terrain est défoncé.

De quoi ravir ceux qui lui reproche de taper, de cogner fort ou d’être trop ferme quand ça brasse ou quand on pousse sur les jambes pour tourner. Enfin, cet upgrade laisse aussi plus de champ à l’Occam pour ceux qui appréciaient, jusqu’ici, le Rallon pour sa polyvalence ! À ces derniers de démêler désormais la question ancien Rallon vs nouvel Occam…

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

À presque 250€, le choix de monter cette biellette demande donc réflexion… Sur un coup de tête, elle en vaut la peine puisqu’on se retrouve avec un nouveau Rallon entre les jambes.

D’une part, il colle aux nouveaux modèles 2020 – à conditions d’avoir aussi passé la fourche en 170mm. On est donc à la page ! Et, d’autre part, son fonctionnement est radicalement plus performant, plus rassurant et plus cohérent. Elle s’adresse donc à ceux qui roulent résolument Enduro. Et dans ce cas, on est gagnant sur toute la ligne !

Mais si on considère sa relative courte durée de vie, on est en droit de se poser la question : le jeu en vaut-il la chandelle ? Vais-je me retrouver dans quelques temps avec un Rallon désuet, obsolète vis-à-vis de son remplaçant !? Cet investissement en vaut-il la peine pour peut-être qu’une seule année, deux au mieux !? C’est donc à chacun de savoir s’il envisage de l’utiliser jusqu’à la couenne ou s’il compte s’en séparer dès que le modèle deviendra obsolète par l’évolution du marché, de la gamme Orbea, ou autre…

Biellette Orbea Rallon 2020
En conclusion
L'Orbea Rallon a encore le vent en poupe. Et la volonté d'Orbea d'optimiser son fer de lance d'Enduro, après seulement 2 ans d'existence, le prouve. Cette nouvelle biellette améliore grandement ses performances en matière d'amortissement. Orbea offre là une option qui s'adresse à ceux qui souhaitent radicaliser leur Rallon, notamment les compétiteurs, pour qui sa grande polyvalence n'a que peu d'intérêt au vu de leur pratique résolument Enduro !
Pertinent ?
9.5
Pratique ?
7.5
Utile ?
9
Durable ?
7
Abouti ?
6.5
Concurrentiel ?
9
Bon marché ?
7.5
Principale qualité
Amélioration du fonctionnement global de la suspension arrière
Principal défaut
Absence d'outil de démontage
8
/10
Rédacteur Testeur
  1. Certainement judicieux de faire le changement même si le vélo doit être gardé qu’une année car cela rendra la revente plus facile …

  2. Je confirme le bien fondé du changement. Le vélo tape beaucoup moins, je peux même à nouveau rouler en pédale plates. C’était très difficile jusque là (pour moi). On gagne en confort en première partie de débattement et on conserve une bonne marge sur les gros chocs sur la fin.
    Le seul hic c’est les 250 EUR plus le nouveau ressort à acheter. Désolé mais chez moi 2 tours de précontraintes ne vont pas servir à grand chose. C’est au minimum 50 lbs/in de plus qu’il me faudra. Bref c’est une histoire à 400 EUR…

    1. Bonjour, j’étais en charge de cet essai l’été dernier, avant qu’un problème de santé ne m’oblige à une opération imprévue. Je viens de reprendre le travail, et cet essai fait partie de ceux que je reprendrais dès que possible. Merci 😉

  3. Et moi qui rêvait devant le Rallon R5 au moment de sa sortie, un vélo fantastique, des essais dithyrambiques… un vélo qui tape, qui talonne, qu’on roule difficilement en pédales plates…
    J’avais dû mal lire…

    1. Depuis la sortie du Rallon, de l’eau à couler sous les ponts 😉 Des marques se sont alignées et ont même déclassé le Rallon : Santa Cruz Megatower, Lapierre Spicy, Trek Slash, Mondraker Foxy, et d’autres encore. Il était donc temps pour Orbea de réajuster le tir pour rester à la page.

  4. Tous ces gains ont forcément des contreparties, sinon Orbea aurait sorti le Rallon avec cette biellette dès le début.
    L’augmentation de la progressivité le rend moins bon pédaleur non ?

    1. La biellette en elle-même ne le rend pas moins bon pédaleur, il est cependant moins dynamique quand on pompe ou on pousse sur les jambes pour prendre de la vitesse. Orbea n’avait pas vraiment d’intérêt à sortir cette biellette dès le début puisque le Rallon n’avait pas de concurrence à l’époque. Maintenant, avec l’Occam qui pousse fort derrière, il leur fallait bien différencier les deux créneaux entre le Rallon et l’Occam ou du moins amplifier l’écart entre le deux 😉

      1. Et puis clairement, c’est en développant le Occam qu’ils ont découvert qu’ils pouvaient faire mieux, et faire évoluer le Rallon… Recherche, progrès…

  5. Est ce que modifier la biellette sans modifier le débattement de la fourche reste judicieux?
    Sur ma fox 36 de 2017 le kit de modification de débattement ne ce monte pas.

    1. Je n’ai pas changé le débattemetn de la fourche (pas encore). Je trouve que les deux s’accordent bien, mieux qu’avant même. Tout n’est pas question de mm, surtout dans ce cas précis.
      Aussi je n’ai pas noté (pas mesuré non plus) les changements d’angles cités par Pinkbike (et je regarde mon angle te tige de selle avec intérêt).

      1. Il n’y a effectivement pas de changement de géométrie au changement de biellette. La seule chose qui impacte la géométrie des modèles 2020 c’est le fait d’avoir une fourche de 170mm en lieu et place d’une 160mm.

    2. Bonjour,
      Comment définnissez vous les 8% / 20% de progressivité? À quoi cela correspond sur la courbe de compression?
      Merci

      1. Le pourcentage de progressivité matérialise la différence de ratio entre le début et la fin de la courbe > ratio de début – ratio de fin = différence de ratio, différence de ratio x 100 / ratio de début = pourcentage de progressivité 😉

    3. Le fait de changer la fourche radicalise d’autant plus le Rallon puisqu’elle engendre une modification de géométrie : reach plus court, direction et tube de selle plus couchés. Si on ne souhaite pas trop radicaliser le Rallon, ça reste judicieux 😉

  6. Bonjour,
    Ne peut on pas palier à cette trop grande linéarité de la suspension arrière via l’ajout de token dans l’amortisseur arrière?
    Merci

    1. Effectivement, les tokens peuvent aider mais n’auront jamais une influence aussi importante que la biellette sur tout le débattement. Le token joue sur le comportement de l’amortisseur quand la biellette joue sur un aspect plus global. La dynamique du vélo est changée !

      1. Qui plus est, ces deux progressivités différentes peuvent solliciter l’hydraulique différement, notamment sur les transitions hautes/basses vitesse. Pour sûr avec des tokens, l’amortisseur monte énormément en pression en peu de temps/course, là où ça peut être géré plus tranquillement avec une biellette…

  7. Bonjour. Je debute l enduro et suis actuellement sur un stumpjumper alu 2018.
    Mes sorties sont de type pyramidale (1monté 1 descente).
    J hésite avec le nouveau rallon ou le stumpjumper Evo. Lequel me procurera le plus de plaisir en descente? Je réside en haute Savoie. Portes du soleil, Chablais mais aussi enduro Beaufort sont mes terrains. Merci

    1. Bonjour, peux-tu nous en dire plus sur ton style de pilotage > ce que tu aime faire ? Ce que tu voudrais que ton vélo t’aide à faire ? Les deux peuvent convenir sur tes terrains de jeu, mais ça va dépendre des sollicitations que tu vas vouloir leur appliquer 😉

  8. Pour ce qui me concerne pas de « talonnage », pédales plates, précontrainte ou que sais-je !
    Avec le DHX2, mes 82 kg ne sont pas venus au bout de l’amortisseur après une saison en bike park cet été, au Lioran ! Pas de talonnage.
    Au bout de 14 mois d’utilisation seul les roulements du pivot principal ont été changés. Le bike roule tous les jours ou presque !
    J’ai certes deux amortisseurs, un float Gemini pour la « vallée » et le DHX2 pour la montagne. Le DHX2 ne doit pas être trop précontraint et on joue sur les réglages hydrauliques en position « Lower ». Le « Gemini » passe en position « Low » 220 psi pour un fonctionnement parfait. La fourche est passée en 170 mm d’origine.

      1. Bonjour,
        comme je l’utilise en biKe park le ressort de l’amortisseur DHX2 est réglé en limite de jeu. Donc Pas de précontrainte ou très peu. C’est un essai que j’avais fait suite à un passage dans du défoncé mi aout, quand les pistes sont en fin de saison !!!
        Détente 13/16
        Compression 14/15
        Laurent

        1. Désolé d’insister, j’aurai dû y penser avant > quel poids et quel tarage de ressort ? Et en mm ou en % de course, ça correspond à quel SAG ?

  9. Bonjour, le choix c’est porté sur le rallon … ( vendeur orbea dans ma ville) mon style de pilotage est (je pense à le croire) plutôt propre ou je recherche des parcours techniques avec pas mal d’obstacles naturels, marches, racines, épingles … je veux pouvoir me sentir en sécurité et ne pas refuser l’obstacle. J’avais peur de ne pas sentir d’énormes différences entre mon stump et l’evo
    Dans tous les cas très content de ce choix ( pour mon petit niveau.. )a confirmer

    bon ride a tous et bonnes fêtes de fin d’années … merci pour a qualité de vos articles

  10. Salut,
    Alors voilà, je suis très content de mon rallon avec le dhx2 (ancienne bielette et fourche 160) mais pour des sorties longues je crois que ce n’est pas l’idéal! J’aimerais bien avoir un second amorto, avec des roues plus all mountain, pneus plus roulants; avoir 2 options de rallon possibles en fonction de ce que je veux faire…
    Comment se comporte le vélo avec le dpx2? il est bien plus léger… qu’est ce qu’on gagne (à part du poids)? qu’est ce qu’on perd? Je n’ai pas trouvé grand chose à ce sujet sur le net..
    Merci les gars!

    1. Salut, je n’ai jamais eu l’occasion de le rouler avec le DPX2 mais j’ai du mal à imaginer qu’un amorto change tout au point d’améliorer significativement le rendement au pédalage. Par contre, l’air te permettrait de jouer plus facilement sur ton SAG et donc ta position de pédalage entre les différents types de sorties : ça, ça aurait du sens et ça influencerait son efficacité au pédalage.

      Puis, comme tu le dis les roues et les pneus, eux, vont grandement jouer sur ses capacités en All Mountain, c’est peut-être à prioriser 😉

      1. Ok merci du conseil..!
        Etonnant quand meme qu’il y est si peu de retours sur le dpx2.. j’imagine qu’avec l’occam plus personne ne cherche à « all mountainiser » son rallon..
        A bientot!!

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *