Plaquettes et disques Galfer

7.6
/10

Entre consommables et éléments pour customiser son freinage, les plaquettes et disques de frein sont parfois de bonnes opportunités. Est-ce le cas des produits Galfer, présents depuis quelques temps sur le marché ? Réponse à l’essai… 


Est-ce pertinent ?

De prime abord, la couverture du catalogue Galfer a de quoi surprendre : un motard tout de cuir vêtu, en dérapage sur un vélo de descente. Bonjour le mélange des genres ! Pour autant, il faut savoir aller au delà des apparences pour dénicher les plus grosses surprises. Ici, pour constater qu’au delà de cette approche marketing, Galfer est avant tout une entreprise espagnole, du tissu industriel qui entour le circuit de Catalunya, à Barcelone.

Plus précisément, une marque qui s’est faite un nom dans le milieu de la moto, en fournissant plusieurs grandes marques et teams : Honda RC, KTM, Beta, Husqvarna, Sherco… Et depuis quelques temps, certaines marques vélo, dont Hope et Magura, pour les plaquettes notamment. L’opportunité de profiter des services de R&D, de mise au point, de tests et de production que l’entreprise espagnole propose.

Plus récemment, Galfer est aussi une marque que l’on voit en magasin, pour offrir de quoi remplacer ses plaquettes et disques. Dans ce cas, la gamme est assez facile à cerner…

Galerie commentée :

Somme toute, une offre qui respecte ce que l’on a l’habitude de rencontrer sur le marché, et chez la concurrence : trois plaquettes au niveau de performance – puissance, résistance à la chaleur et à l’humidité – qui augmente au fur et à mesure que la durabilité diminue. À savoir qu’une quatrième version – spéciale E-bike, violette – existe. Elle cherche à offrir la résistance la plus élevée à l’usure, la température et l’humidité, quitte à réduire légèrement la puissance brute. Des disques de 2 mm d’épaisseur, plus rigides et épais s’y rapportent. Au final, on peut simplement noter l’absence de garniture franchement métallique dans cette offre, comme c’est le cas chez certains autres…

Est-ce pratique ?!

Reste à voir ce que ça donne à l’usage. Première étape, celle de l’atelier. Au pied à coulisse, les plaquettes et disques – de 1,8 mm ici – proposent des épaisseurs conformes aux produits d’origine qu’ils peuvent remplacer. Sur les produits Sram notamment, on conserve donc les marges qui permettent un ajustement identique à ce que l’on rencontre habituellement.

Seul petit désagrément : un des disques fixes reçus est légèrement voilé. Rien de très important, c’est de l’ordre de ce que l’on rencontre chez la concurrence. Simplement, la marge d’ajustement est donc mise à profit pour compenser ce léger défaut. Aucun bruit parasite au final, mais il faut en tenir compte si l’objectif est d’en faire usage sur un frein qui offre peu de retrait des pistons et/ou qui fait usage de longues plaquettes…

Pour le reste, un ressort de rappel neuf est livré avec chaque paire, mais pas la vis et la goupille comme c’est parfois le cas. Dans les étriers passés à l’essai, les plaquettes prennent place sans difficulté notable. Les dimensions du support semblent correctement maitrisées.

Est-ce utile ?!

En action, l’étagement de performance est fidèle à ce qui est annoncé : Standard > Advanced > Pro. Sur freins Sram, je positionne les plaquettes d’origine organiques – à support noir – au niveau des Galfer Standard, et celles spécifiques aux G2 – support gris – au niveau des Advanced. Chez Shimano, les organiques d’origine plutôt entre les Galfer Standard et Advanced.

Le cas des plaquettes Pro est un peu à part. Elles sont vendues « pré-rodées » et c’est bien le cas. S’il faut une petite trentaine de freinages à plat pour rôder des plaquettes Sram et les Galfer Standard/Advanced, les Pro délivrent bien le meilleur en moins de 5 coups de frein. Tout juste le temps de dire bonjour au disque. Un vrai avantage en situation de compétition.

En action, les Galfer Pro sont effectivement plus puissantes que les deux autres, et offrent une prestation qui peut concurrencer certaines plaquettes métalliques en terme de puissance, voir de mordant. Ça a notamment été le cas à l’essai avec les Sram Code en disques de 203 mm Galfer. Dans ce cas, c’est vrai que la version flottante offre une belle résistance au voile, et que les disques Galfer ne virent pas au brun dès qu’il fait un peu chaud.

Vrai enfin que la piste très ajourée des disques Galfer offre un touché précis : sous le doigt, c’est plus vif et mordant, impression renforcée par un son qui suggère plus de friction. Certainement un effet des nombreuses arrêtes qui mordent la garniture. À côté, les disques concurrents paraissent presque vitrés.

Quelle durée de vie ?

Sans surprise, la bonne prestation des plaquettes Galfer Advanced et Pro se fait au détriment de leur durée de vie. Notamment les Pro, qui s’usent plus vite que les concurrentes Sram et Shimano. Qui plus est si ces dernières sont métalliques ! Les Galfer Pro notamment, sont donc à prendre pour ce qu’elles sont : des plaquettes organiques haut de gamme, qui favorisent le mordant, d’autant plus accompagnées des disques de la marque.

Eux donnent de bons résultats. Flottant ou non, leur usure est tout à fait comparable à celle des disques d’origine Sram. Elle me parait même plus lente. C’est à relativiser avec l’usage majoritaire des garnitures tendres de Galfer, comparé aux plaquettes métalliques que je préfère chez Sram. Dans tous les cas, aucun voile, aucun changement de couleur, aucun sillon ou de bruit parasite prononcé malgré la boue, la pente et l’odeur manifeste de plaquette laissée dans mon sillage…

Ce qui peut progresser ?

C’est qu’il y a bien un domaine dans lequel l’offre Galfer peut encore progresser : la forte puissance. D’une part, à travers le dessin de la piste de freinage. Si les larges ouvertures participent certainement au mordant, elles semblent aussi toucher à la limite de ce à quoi l’on peut réduire la surface de friction.

Quand on compare à la concurrence moins ajourée, on perçoit qu’il en manque un peu sur les freinages les plus prononcés. D’autant plus si l’on s’aventure à freiner fort, et longtemps, dans la pente. Là, forcément, on finit forcément par déplorer le manque d’une plaquette clairement plus métallique pour renverser la vapeur.

D’autant que dans ce cas, piste ajourée compensant le faible mordant et montée en puissance avec la température, deux caractéristiques maitresses de la garniture métallique, pourrait être un bon compromis. C’est en tout cas avéré en faisant usage des disques Galfer sur plaquettes métalliques d’origine Sram & Shimano…

Vis-à-vis de la concurrence ?

Vu sous cet angle, on peut donc résumer l’offre Galfer face à celle issue des concurrents du marché : Brake Authority, Carbon Lorraine, Braking, BBB, Jagwire et Swiss Top pour ceux roulés ces dernières années… Globalement, c’est plus mordant, mais moins endurant.

Autre point non abordé jusqu’ici, la rigidité des disques. Il arrive parfois que certains disques très (trop ?) rigides, sur des cadres très (trop ?) complaisants, écartent les plaquettes à cause des déformations du train arrière. Ce qui, au final, provoque des variations de garde désagréables au levier.

Avec les disques Galfer de 1,8 mm, rien de ça. C’est à noter, puisque ça veut dire que ceux qui rencontrent ce genre de situation peuvent envisager de faire usage des disques Galfer, en remplacement, pour y remédier.

Est-ce que ça les vaut ?

Sur le marché, les trois niveaux de plaquettes Galfer se positionnent sur le segment moyen/haut de gamme. Les Galfer Standard sont autour de 15 €, les Galfer Advanced autour de 20 €, et les Galfer Pro autour de 25 €. Peu ou prou ce que propose la concurrence la plus en vue, voir même un peu plus intéressant, de quelques euros, sur certains.

Ça correspond à la prestation, notamment à l’apport en matière de mordant à niveau de gamme équivalent d’une part, et le pré-rodage des plaquettes Pro d’autre part, tout en restant assez sensible à l’usure. L’opportunité est donc intéressante avant tout si elle correspond à notre attente.

C’est mieux côté disque. Le Fixe de 1,8 mm est proposé à 35 €, un beau tarif par rapport à la concurrence, d’autant que sa prestation est bonne à l’usage. Le Flottant, à 70 € passé, ne vaut vraiment le coup que si le terrain pousse à freiner fort, longtemps et que l’on veut conserver le mordant que la marque hispanique apporte sur le marché avec cette gamme after market. 

Plaquettes & Disques Galfer
En Conclusion
Galfer vient s'ajouter à une liste déjà longue de fournisseurs de plaquettes et disques de frein de rechange. La prestation correspond au positionnement vis-à-vis de la concurrence, avec une petite particularité : celle d'apporter un peu de mordant !
Pertinent ?
7.5
Pratique ?
8.5
Utile ?
7.8
Durable ?
6.8
Abouti ?
7
Concurrentiel ?
7.5
Bon marché ?
8
Principale Qualité
Le mordant qui caractérise l'ensemble de la gamme
Principal défaut
Pas de plaquettes à garniture plus métallique pour concurrencer en puissance
7.6
/10
Rédac'Chef Adjoint
  1. Bonjour,
    Pour les plaquettes(modèle standard) j’ai voulu essayé cette marque sur une paire de Shimano Saint, au bout de 5 pistes j’ai perdu une des garnitures à la réception d’un saut à l’arrière ce qui m’a fallu une belle frayeur et de défoncer le disque, j’ai persisté en gardant l’autre jeu à l’avant et c’est l’usure trop rapide qui m’a dissuadé de racheter ce produit.

    Pour le disque je l’ai essayé en plaquette semi-métallique je n’ai pas eu de problème de puissance au contraire ni au niveau de l’endurance par contre c’est un véritable rape à plaquette en gros ça divise par 2 la vie des plaquettes donc c’est affaire de compromis.

    1. Bonjour David,

      merci pour ces précisions. Une partie va dans le sens des observations. On n’a pas perdu de garniture ou autre, mais il semblerait qu’un suivi de production plus rigoureux soit nécessaire. Mis bout à bout, ça y fait penser. Le disque ajouré participe effectivement à l’usure rapide, mais pas seulement. Pour avoir utilisé les plaquettes sur d’autres disques plus lisses (Sram Centerline notamment), l’usure reste tout de même un peu plus rapide et le mordant supplémentaire présent. Disons 50:50. Le disque a donc avant tout le défaut de sa qualité 😉

  2. Alors là vous êtes trop forts ! Je cherchais des infos sur les flottants, mais peu d’articles en parlait – notamment la compatibilité entre un 203 mm avec les standards sram 200 mm habituels qui n’est pas documentée.
    Commandés il y a quelques jours, sans avoir lu ton article. Hâte de tester le mordant avec mes habituelles Brake Auth. céramique !
    Feedback d’ici quelques sorties si ça vous intéresse.

    1. Big brother is watching you ? ahah, sinon c’est une histoire de grands esprits… Dans tous les cas, le 203 Galfer peut remplacer un 200mm Sram. Il te faudra simplement caler l’étrier avec une rondelle à chaque vis de fixation de l’étrier pour éviter que ça frotte. Rien de bien méchant. On prend volontiers tes retours, quels qu’ils soient. C’est toujours intéressant et instructif pour tout le monde 😉 À bientôt !

      1. Brake authority parce qu’on ne trouve presque pas de tests, pour vérifier leurs arguments: disque semi-flottant, les gammes de plaquettes

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *