FullAttack.cc, la nouvelle ère d'Endurotribe

Enquête – Le VTTAE menacerait-il notre pratique habituelle ?!

À l’heure où l’offre de VTT à assistance électrique n’a jamais été aussi pléthorique, et où l’on pourrait même ressentir que ses développements sollicitent une partie des moyens alloués aux produits de la pratique plus traditionnelle, une question se pose…

L’assistance électrique menacerait-elle la pratique traditionnelle ?! La question est éminemment polémique et les réponses tout aussi passionnées. Elle met en tout cas en évidence un fait essentiel : qu’on le veuille ou non, les deux pratiques sont pour l’heure intimement liées.

En sera-t-il de même à l’avenir ? La question agite bien des esprits à l’heure actuelle. Endurotribe et VTTAE.fr, auteurs d’une enquête exclusive, apportent un premier éclairage à ce sujet. Pour ce faire, la rédaction n’a pas manqué de remonter aux sources du débat…

 


Temps de lecture estimé : 3 minutes – Photos : La rédaction


 

 

Le monde est ainsi fait…

Le monde est ainsi fait : de la vie quotidienne du peuple, sa représentation démocratique mène un interprétation et un débat qui pousse à trancher, in-fine, par l’exercice d’un pouvoir public qui doit réguler les pratiques, les comportements et les usages.

Si tant est que le VTT, à assistance électrique ou non, soit un objet d’accomplissement et de liberté, plane sur lui cet inévitable schéma qui, au fur et à mesure des générations, s’est imposé en occident comme la norme qui doit permettre d’y vivre en paix.

Cette forme de débat anime actuellement l’industrie, les fédérations et autres lanceurs d’alertes au sujet de la pratique VTTAE et de son avenir. Seront-nous toujours à même d’en profiter demain ? Sous quelle forme ? Dans quel cadre ? Avec quelles limites ? 

 

 

La question qui se pose ?!

Des questions incongrues pour certains, impératives pour d’autres. Toujours est-il qu’auprès des instances dirigeantes et de leur interlocuteurs – ministère, fédérations nationales et internationales, fondations, gestionnaires d’espaces naturels, syndicats, industrie…- le débat a bien lieu.

Sur fond de régulation de la fréquentation des espaces naturels, de prévention des conflits d’usage et de rôles actifs menés par chaque catégorie d’usager, la pratique du VTT à assistance électrique, et celle du VTT traditionnel dans son sillage, sont, à l’heure actuelle, au centre des débats d’idée et luttes de pouvoir.

Quelles règles ? Quelles normes ? Quelles usages ? Quels responsables ? Le VTTAE, levier de croissance économique que le milieu explore, n’est cette fois-ci pas aussi anodin que l’apparition d’un énième standard. Il attire les convoitises et attise les tensions au delà du petit monde dans lequel nous gravitons tous en tant que passionnés.

 

La menace ?!

Vaste sujet donc. Pour en structurer l’approche, Endurotribe et VTTAE.fr sont donc remontés aux origines du débat, et en a suivi, petit à petit, ses répercutions jusqu’à aujourd’hui. Pour commencer, dans un domaine particulier : celui des fédérations et instances chargées de travailler sur la réglementation.

On va le voir, ces problématiques très politiques de prime abords pourraient bien, au final, avoir des répercutions sur notre pratique VTT, assistée ou non, d’une manière générale. À quelle sauce va-t-on être manger ? 

Tout dépendra de l’issue des débats actuels, de la réponse de l’industrie, et, souhaitons-le, de la voie portée par les principaux concernés dans cette histoire : nous, pratiquants. Éclairages, éléments de réponse et espace d’expression à mettre à profit dès à présent via l’enquête :

 

Règlementation : où va la pratique VTTAE ? Flou, amalgames & perspectives… à lire sur VTTAE.fr !

Rédac'Chef Adjoint
  1. Est ce que je suis le seul à me dire que tout ça serait plus clair dans l’intention et plus lisible sur la forme si le style était un peu moins alambiqué ?? A faire des phrases longues on perd le fil et parfois honnêtement ça veut plus rien dire …

  2. Entièrement d’accord avec Rabbit. Autant, je ne suis pas fan du tout du style “compte-rendu de copain” comme sur certains sites concurrents, autant j’adorais le ton technique, recherché, analytique de la plupart des articles mais là je trouve que ça bascule dans le littéraire pompeux et politicien. On perd en clarté, en sens et en humilité, c’est dommage.

  3. Un des points à noter au sujet du VTTAE c’est que ca a permit de relancer un paquet de magasins :
    >la vente en ligne est inexistante à cause de contraintes techniques
    >c’est très haut de gamme donc des bonnes marges
    >les clients sont souvent plus vieux et plus à l’aise financierement

    La plupart des gros magasins que je connais m’ont dit que le VAE les sauvent

  4. je suis peut être un peu égoïste, mais j’ai l’impression de me faire B***** par le vttae
    je m’explique:
    alors oui ça relance le marché et oui ça ouvre la porte du sport a une catégorie de personnes qui ne se serrais pas mit au vtt. Ça je trouve ça très bien.
    moi mon problème est ailleurs. dans mon coin il y a beaucoup de single, mais ça reste des chemins de randonné qui ont été fait des dizaine voir centaine d’années par des piétons et animaux. Jusqu’à présent la cohabitation se passait pas trop mal, mais pour combien de temps. la ou ont était une petite dizaine de riders a passer, on pourrait bientôt multiplier ce chiffre par X.
    souvent ma descente je me l’ai méritée, je me suis levé de bon heure, monté mes +1000,+1500,+2000 j’en est chier et ce n’est pas du pur plaisir croyez moi. et la je croise des vttae tout frais qui me demande si y a des coin sympa, il passe a dix casse tout et recommence(un peu comme les moto il y a peux)
    franchement il en faut pour tout le monde, je suis d’accord avec ça , mais a la vitesse ou ça vas et ce manque de respect( de certain bien sur) va entrainer un législation et je ne pense pas quelle serra unique vttae mais bien pour tout les VTT.
    honnêtement j’ai rien contre les vttae, je les trouve même fantastique et lorsque j’aurais quelque années de plus je m’en prendrait surement un. mais pour nos élus un vtt électrique c’est un vtt, et on sera mangé a la même sauce

  5. @ Rabbit : +100, j’ai mal à la tête en lisant l’article, je me demande même parfois si on parle bien de VTT. Un style naturel serai tellement plus plaisant à lire, c’est dommage.

    En ce qui concerne le VTTAE, cela reste un marché de niche pour l’instant chez moi, ils doivent représenter 1 ou 2% des pratiquants lors des randos poitevines. Vu le prix des bécanes on comprends pourquoi ^^ .
    Bref, c’est bien pour les ainés (j’ai pas dis vieux :D) ou ceux qui souffrent d’un problème physique, pour le reste on a tous des jambes ! Un peu de sport n’a jamais fait de mal et ça fait du bien de se mettre la misère physiquement parfois, surtout dans ce monde où on est de plus en plus assisté.

  6. steph 73 : + 100 pour la surfréquentation des sentiers et les VTTAE qui respectent rien, et surtout, j’en vois aucun en train d’entretenir, piocher et débroussailler.
    Sans parler du problème d’aguerrissement au vtt de montagne, combien j’en vois qui sont incapables de descendre ensuite ce qu’ils ont gravit aussi facilement…

  7. J’espère que les personnes qui s’insurgent contre la présence de Vae sur les sentiers ne sont pas les mêmes qui s’offusquent des randonneurs pestant contre les vélo sur les sentiers… La nature appartient à tout le monde du moment qu’on la respecte (encore du travail de ce côté que ce soit pour les cyclistes assistés ou non). Apprenons à partager… (ps: je n’ai pas de Vae)

  8. guibet : absolument la nature est à tout le monde du moment qu’on la respecte . Sauf que pour ramasser les papiers et autre détritus qui trainent, débroussailler les sentiers (et oui ne croyaient pas que vous trouvez les sentiers propres et praticables, grâce à l’opération du saint esprit…du moins dans ma région des Pyrénées, même si on est à coté de LOURDES…), arranger certaines portions qui sont abimées par le passage répété des RANDONNEURS et des VTT, c’est toujours les mêmes…

  9. J’ai pas bien compris l’article et le pourquoi de la menace ?

    A 5 000 € le vttae, ca va rester longtemps un niche. Dans 30 ans la donne aura surement changée car la technologie et le poids auront évolués.

  10. Il ne faut pas confondre ceux qui découvrent le VTT, grâce à l’assistance et ceux qui viennent du VTT et sont passés à l’assistance. Après 30 ans de VTT, de respect de la nature et d’entretien des sentiers, j’ai toujours la même philosophie depuis que je suis passé au VTTAE. Ce qui n’est d’ailleurs pas partagé par tous les pratiquants, qui bien souvent, pensent que tout leur est dû…
    Je ne pense pas que le VTTAE tuera le VTT, juste il lui prendra une part de marché, comme il en a également pris à d’autres sports. Quelques motards ont, par exemple, passé le cap, pour différentes raisons qui leurs sont propres. Et franchement, c’est quand même plus sympa de croiser un VAE qu’une moto. Donc, si le VAE vient gonfler les ventes globales de vélos dans certaines régions, il contribue également au développement du matériel, et notamment des périphériques. Que ce soit utile ou pas, cela fait vivre toute une industrie et ne relègue en aucun cas nos vieux vélos au placard…
    Nous parlons avant tout d’un loisir. Donc, si certains voulaient bien ranger de coté leur testostérone et admettre que nous n’avons pas tous les mêmes capacités, alors la cohabitation devrait pouvoir se faire.

  11. C’est absolument illisible
    Il faudrait relire avant de publier, certaines phrases ne veulent rien dire et en gros l’article est creux

  12. Bon ça va je suis pas seul !
    Franchement c’est pénible. autant comme le dis Imat c’est bien de vouloir faire des efforts mais la ça va trop loin… et vous allez perdre du monde (moi en tout cas je suis sur le site moins souvent)

  13. @Antoine: +1 pour les tournure zigzagantes.
    Overdose de single dernièrement?
    Sujet-verbe-complément 😉

    @Quentin: si on résume:
    A/ Enjeux financiers dans l’industrie (cf l’arrivée des vélos Yam),
    B/ Enjeux financiers dans les réseaux de distribution /retail,
    C/ Enjeux financiers pour les vendeurs de licences (FFC, FFM, FFCT, …).

    –> En dehors de la MBF et Fred Glo, personne ne pose la question: densité humaine au km2 et respect d’autrui. C’est quand même dingue.

    @MBF (si un responsable lit): pour éduquer, envisagez un partenariat avec les distributeurs. Par exemple, proposez la souscription à la newsletter MBF pour tout achat d’ebike. Peut-être une chance de contenir les dérapages en montrant la réalité du risque encouru.

    1. @Rabbit, Imat, Squirrel, Antoine B, Herwan et Red Rum > n’allez pas trop vite en besogne : ça ne remet pas en cause nos habitudes par ailleurs. Ne nous prêtez pas des intentions qui ne sont pas les notres 😉 Les tournures peuvent paraitre complexe, et le débat éloignées de nos préoccupations habituelles “d’entre passionnés” mais c’est bien à ce niveau que le cadre du débat se situe. Il fallait bien “planter le contexte” sans tomber dans de longs palabres dans cet article. Il était surtout préférable d’aller au plus court pour attirer l’attention de tous sur l’essentiel > on vous rassure, l’enquête en elle-même, sur VTTAE.fr, est plus longue, mais plus fluide à lire.

  14. @ Quentin : je viens de lire l’article… et je le l’avais pas vu venir ce truc là… avec la FFM dans le circuit, oui on va droit vers les interdictions, il y en a qui attendent que ça !!

  15. Le VTTAE va surement poser problème un jour ou l’autre, il ne faut pas se leurrer. Comme dit plus haut, pour l’instant on ne voit pas trop les répercussions car le matos est très cher et peu de pratiquants. Mais imaginez un peu, un gros vélo d’enduro ou dh, un bon moteur, une bonne autonomie, à un prix accessible. Cela va attirer du monde et des dégradations sur les sentiers, c’est inévitable.
    Et le gros risque c’est que l’on mette VTT et (gros) VTTAE dans le même panier et paf, interdiction pour tout le monde.
    Après on peut aussi rêver un peu, se dire que tout le monde va rouler propre et être respectueux des autres usagers. Mais cela restera surement qu’un rêve …

  16. Donc si le vttae est rattaché a la FFM il y’aura des interdictions
    en revanche s’il dépend de la FFC tout baigne
    Un truc m’échappe la

  17. MOn petit point de vue: un vélo avec un moteur, soi t’il nucléaire, n’est pas vraiment un vélo. Passez se constat je n’ai rien contre les motos, mais pas avec les mêmes règles que le vélo.

  18. Je me permets de reposter mon message ici pour donner mon opinion sur le VTT vs VTTAE, utilisant l’un et l’autre régulièrement.

    Je pratique le VTT depuis 1987 et en complément le VTTAE depuis 3 ans. Je ne vois pas en quoi les 2 pratiques sont différentes ! En VTT, je monte au sommet des singles par des montées qui présente la pente la plus régulière. En VTTAE, je monte au plus court par des chemins où en VTT il faudrait mettre pied à terre. Sur les sentiers plats et techniques, pas de différence entre les 2 pratiques une fois que l’on a intégré le poids supplémentaire du VTTAE. J’utilise le VTTAE pour faire des sorties de récupération, d’exploration de nouveau single, de nettoyage des sentiers, ou des sorties rapides après le boulot …. Que ce soit en VTT où VTTAE, là où je roule en montagne sur la région Grenobloise, je croise rarement du monde.

    Quand on essai pour la première fois un VTTAE pendant une vingtaine de minutes, on s’imagine monter au sommet des montagnes sans forcer. On est impressionné par les différents modes d’assistance. Ensuite quand vous commencez à vouloir faire une sortie à plus de 1500m de dénivelé, il faut gérer la batterie en jonglant entre les différents modes et rouler à l’économie dès que le profil s’y prête. Après 2h de VTTAE sur une vraie sortie de montagne, vous avez votre dose. Il faut un minimum de condition physique pour négocier au mieux ce genre de boucle.

    Rappelez-vous quand le VTT est arrivé en France à la fin des années 80 : dès que vous croisiez quelqu’un et qu’il apercevait le petit plateau (28 dents quand même !) tous s’exclamaient avec un grand sourire « vous devez monter aux arbres avec un tel braquet ! ». Certes, on pouvait grimper de fort pourcentage mais en montant dans les tours et en appuyant fort sur les pédales. Combien de personnes sont montées sur un VTT et se sont retrouvées à pied dans une côte malgré ce braquet ?
    Je pense qu’il y aura le même genre de désillusion et que nous vivons aussi un effet de mode. Les personnes qui pratiquaient peu le VTT, s’orientent vers le VTTAE car on n’arrête pas d’expliquer qu’avec l’assistance c’est beaucoup plus facile. Je pense que ces personnes resteront sur les chemins 4×4 avec peu de dénivelé et peu technique. Certains seront même déçus.

    La limitation à 25km/h me paraît plutôt bonne. Je divise déjà par 2 mes temps à la montée avec le VTTAE. Enfin je pense que la récupération par la FFM est une très mauvaise idée qui nuira à l’image du VTT dans son ensemble.

  19. Le VTTAE est loin d’être un marché de niche, les bouclards ne vendent plus que ça. C’est évident que le marché est beaucoup plus important qu’un VTT normal, puisqu’il ne s’adresse plus uniquement à des sportifs mais à tout le monde (c’est quoi la proportion de sportif capable de faire 1000 ou 1500 m de d+ par rapport au reste de la population ?).

    Le VTTAE c’est sympa dans bien des cas, et c’est tant mieux pour les shops, mais le seul problème c’est qu’on veut nous faire passer un engin motorisé pour un vélo, et ça, tôt ou tard ça nous retombera dessus en terme d’autorisation d’accès aux sentiers. Ça commence déjà à miauler dans certains coins, à juste titre.

    Appelons un chat un chat et ça sera beaucoup plus simple…

  20. Etrange les commentaires sur le VTTAE un “engin motorisé”. Quand j’utilise mon VTTAE je n’entends pas un bruit de moteur mais juste un léger bruit de roulement. Lorsque je croise des promeneurs, je n’indispose personne, pas de fumée, pas de bruit et je suis considéré comme un vélo. Quand aux dégâts sur les chemins du VTTAE, il faudrait d’abord en essayer un avant de parler. C’est pas une moto, il faut pédaler et je ne vois pas comment un VTTAE dégrade plus qu’un VTT musculaire.
    Je pense que la pratique du VTTAE est similaire à la pratique du VTT. Alors oui certains prennent ombrage de voir monter des “nuls” mais un peu de fraternité ferait du bien dans un milieu avec un peu trop testostérone.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *