FullAttack.cc, la nouvelle ère d'Endurotribe

Ateliers Schwalbe – Les Magic Mary et Hans Dampf, au delà du “simple” essai…

Vous avez été des centaines, littéralement, à tenter votre chance, et finalement 4 des plus chanceux, et motivés, lecteurs Endurotribe l’ont emporté… La rédaction remettait alors au goût du jour ses ateliers, rares mais plébiscités. 

Cette fois-ci, sur la thématique des pneus, en partenariat avec l’une des marques référence du moment : Schwalbe. Une gamme à propos lorsqu’il s’agit de parler pressions, carcasses, profils et gommes… Les sujets abordés lors de ces ateliers Schwalbe, entre application et bonne humeur… Récit !

 


Temps de lecture estimé : 9 minutes


 

 

 

Aux manettes

Les plus assidus lecteurs Endurotribe commencent à le constater avec force : la rédaction, qui répond déjà chaque jour en commentaires, a plaisir à pousser le bouchon de l’échange et du partage autant que faire ce peu. Depuis quelques temps, les concours, événements et autres opportunités de passer du temps ensemble se multiplient.

À l’origine de ces bons moments, entre autre, les Ateliers Endurotribe, proposés il y a quelques temps sur la thématique des réglages de suspensions. Un concept qui a fait des émules, dont cette édition en partenariat avec Schwalbe, sur la thématique des pneus. Premier – et normalement seul… – contact avec le sol, il y a de quoi dire pour améliorer les choses et s’offrir de bons moments. Pressions, carcasses, profils et gommes entrent notamment en ligne de compte. On a déjà eu l’occasion d’en parler dans nos colonnes…

Mais c’est encore mieux lorsque l’on a – à l’image de notre activité d’essai – l’opportunité de faire l’expérience sur le terrain, avec le suivi et les moyens qui vont bien. C’est le cas ici avec la gamme Schwalbe, dont les Magic Mary, Hans Dampf, SnakeSkin, Super Gravity, Soft et Ultra Soft sonnent à point nommé. Qui plus est cette fois-ci, c’est Florian, du bureau français de la marque, qui rejoint la rédaction pour ces Ateliers Schwalbe. Il n’est pas là les mains vides puisqu’il apporte avec lui des goodies bien tendance, ce qu’il faut pour assurer le montage des pneus en toutes circonstance – le catalogue Schwalbe est bien fourni en la matière…

 

 

Sous le coude…

Pour l’occasion, Schwalbe a dépêché pas moins d’une grosse vingtaine de pneus pour palier à tous les scénarios. Avec ici, pour la pratique All Mountain et Enduro qui nous concerne, quelques produits phares. C’est que ces derniers temps, la marque est sur un créneau porteur : proposer des profils polyvalents, et jouer sur les carcasses et gommes pour proposer différentes options d’ajustement.

C’est donc une profusion de Schwalbe Magic Mary et Hans Dampf qui constituent le stock du jour. Chacun, disponible en deux carcasses principales : SnakeSkin, et Super Gravity, recouvertes de gomme Addix Soft, bande orange. Les plus curieux ont l’opportunité d’expérimenter la gomme Addix Ultra Soft – bande violette – sur des carcasses Downhill. L’occasion d’un avant goût des nouveautés 2020 disponibles en début d’année : la même gomme, sur carcasse Super Gravity…

 

 

Une affaire de pression…

Tout un programme donc, qui commence par une étape essentielle au bon ressenti : celui des reconnaissances et prises de repères sur la trace d’essai du jour. Pas une mince affaire puisque nous sommes fin novembre, et que mère nature a choisi d’intercaler nos ateliers entre des chutes de neiges records et un épisode méditerranéen tout aussi redoutable. L’idée est donc avant tout que chacun trouve son rythme, celui où il se trouve à l’aise, peut construire de la confiance, et qu’il est certain de tenir tout au long de la journée. Plus que l’intensité, la constance de la prestation prime.

Ces premiers tours de roues permettent aussi de faire un premier travail : celui qui concerne les pressions. Pas celle qui fait monter le palpitant donc, mais celle qui va dans les pneus. D’ailleurs, cette première attention permet de rassurer, de donner des repères. Les premiers coups de manomètre font baisser les pressions, trouver un peu de stabilité, de confort, de grip… 0,2 bars en moyenne qui s’expliquent autant dans le fait d’oser, que par les conditions humides et donc relativement lentes, du jour. Pour ne tromper personne, tout le monde roule pour l’heure… Avec son vélo et donc… Ses pneus !

 

 

Le bon positionnement…

Une fois les bonnes pressions stabilisées, il est donc temps de chausser des pneus Schwalbe ! On l’a plusieurs fois écrit, et la gamme Schwalbe le confirme : la carcasse est le premier paramètre à fixer, pour être certain de ne pas s’exposer inutilement à la crevaison, ou au contraire transporter du poids inutilement. Ici, il s’agit donc de faire un choix entre carcasses SnakeSkin et Super Gravity.

À qui/quoi s’adresse chacune d’elles ?! Sur le terrain, on fait parfois le lien avec la concurrence, par facilité, et pour préciser qui est concurrent de quoi, sur le papier… Sous entendant ainsi qu’à l’usage, il puisse y avoir des différences, quelles qu’elles soient.

“Globalement un peu plus raides, invitant à rouler légèrement plus bas en pression…”

Sur le moment, une première tendance se dégagent à l’usage des carcasses Schwalbe, SnakeSkin comme Super Gravity : vis-à-vis de leurs concurrents directs, elles paraissent soit équivalentes, soit légèrement plus raides. Donc globalement un peu plus raides, invitant à rouler légèrement plus bas en pression. Encore 0,1 à 0,2 bars au manomètre.

Après coup, l’expérience est valide puisque dans tous les cas, les ressentis confirment le positionnement des deux carcasses sur le marché. Aux questions à quelles pratiques se destinent ces carcasses ? Les réponses offrent un positionnement logique au sein des nuances de l’Enduro telle qu’on aime les définir sur Endurotribe…

 

 

L’astuce du moment…

Pour autant, ces résultats brutes montrent que les deux peuvent se chevaucher. Que fait-on si l’on se situe à la croisée des mondes ?! Comme Damien et Benjamin, par exemple. Les deux, comme Fred, ont débuté sur des carcasses SnakeSkin avant/arrière. Fred, lui, a une pratique pleinement All Mountain, ce que l’on appelait tout simplement du VTT à ses débuts comme il le dit si bien.

Damien et Benjamin, eux, sont davantage entre deux eaux. l’un pour gagner et confort devant, l’autre pour gagner en robustesse à l’arrière, sont tous deux arrivés à la même configuration finale : SnakeSkin à l’avant, Super Gravity à l’arrière. Ou comment profiter du meilleur des deux mondes, et optimiser sa monte de pneu pour sa pratique, son style et ses attentes.

 

 

Hans Dampf, cerné

Ces ateliers sont aussi l’occasion de cerner un peu mieux les profils de pneus Schwalbe. Le Magic Mary fait figure de référence depuis longtemps, mais le Hans Dampf, lui a été remanié il y a quelques temps. Au point qu’on le sente dans les échanges, c’est un pneu moins connu.

Sur le papier, son profil s’inscrit dans les traces du Magic Mary : polyvalent. Il y a donc du crampon, mais tout de même, c’est un profil qui se destine à une monte arrière pour les pratiques de l’Enduro qui nous concernent. Il est donc légèrement plus roulant : crampons moins haut, légèrement plus resserrés et profil plus rond qui doit réduire la surface au sol…

Les conditions climatique de ces Ateliers le poussent donc dans ses retranchements dans certains cas. Raison pour laquelle, par exemple, Camille expérimente la monte que les compétiteurs apprécient lorsque le grip est primordial, la pente de plus en plus marquée, et que l’attaque atteint un certain niveau : Magic Mary, avant/arrière. Une monte prisée des descendeurs notamment.

 

 

Le graal pour bientôt ?!

D’ailleurs, en parlant de d’action, de grip et de descente, c’est la même Camille qui cette fois met la carcasse Downhill à l’épreuve. Pas tant pour jauger de sa robustesse, mais pour profiter de la gomme Addix Ultra Soft sur les cailloux glissants du jour…

“La gomme Ultra Soft apporte une meilleure accroche sur les cailloux, et du coup plus de précision. Elle permet donc de faire la différence sur certains terrain. Si cette gomme existait sur une carcasse Super Gravity, ce serait l’idéal pour moi…” – Camille

 

Un graal qui sera bientôt disponible puisque c’est la nouveauté 2020 annoncée pour le début d’année. En attendant, Camille repart donc avec une monte double Magic Mary, Super gravity Soft à l’arrière, Downhill Ultra Soft à l’avant. 

 

 

Dans la musette…

Et oui, c’est bien le principe de ces Ateliers Schwalbe : chacun repart, en plus de ses pneus d’origine, avec la paire de Schwalbe qu’il a le plus apprécié durant la journée. L’occasion pour tous de poursuivre l’expérience en tirant profit des découvertes faites pendant cette journée d’essai…

“Depuis les Ateliers, la neige est arrivée !!! Mais Je vais prendre le temps de rouler ces pneus chez moi pour mieux les connaitre et pourquoi pas, les rouler en compétition.” – Camille

 

“Depuis les Ateliers, j’ai pu faire une sortie Randuro. J’ai l’impression d’une plus forte résistance au roulement, en revanche, j’ai trouvé un bon grip, donc un meilleur contrôle, en spéciale sur les pierres et dans la terre humide du Jura” – Damien

 

“En terrain connu, j’ai retrouvé les mêmes sensations que pendant les Ateliers : une nette amélioration du grip. Maintenant je vais voir à la longue le Super Gravity à l’arrière, et les 0,3 bars de moins qu’avant. Je roulais bien trop gonflé de peur de pincer.” – Benjamin

 

“Sur ces ateliers, j’ai roulé 0,2 à 0,3 bars plus bas que d’habitude, et depuis, j’ai re-roulé avec ces pressions et les Schwalbe, à la maison. J’ai retrouvé mes impressions, même sur terrain plus sec. Donc maintenant, je ne change rien : je vais rouler les pneus pardi !” – Fred

 

Comme on dit, y’a plus qu’à ! En l’occurrence, laisser passer quelques temps pour que chacun poursuive l’expérience. On a en tout cas hâte d’avoir la suite des impressions, pourquoi pas, en commentaire de cet article pour poursuivre, encore et encore 😉 

Rédac'Chef Adjoint
  1. je me trompe ou la gomme Ultra Soft est déjà disponible en Super Gravity?

    par contre pour l’avoir en Snake Skin serait top!!

    1. Sur le papier, on dirait Magic Mary Avant/arrière en Addix Ultra Soft, mais ça va pas forcément coller à ton programme 😉 C’est pas si facile > ça dépend du terrain, des conditions et du pilotage. Dis-nous un peu le vélo que tu as, où tu habite, décris un poil ta pratique/ton pilotage, et on pourra être plus précis.

  2. Même question ! Il serait intéressant de connaître les pressions pour savoir comment on ce situe avec nos pressions
    Merci

    1. On pourrait, mais pas du tout convaincu que ça aide plus que ça. Par contre, si vous nous dites où vous roulez, sur quel vélo, avec quelle largeur de jante, dans quelles conditions, avec quels pneus, à quelles pressions et avec quoi vous mesurez, on pourrait possiblement vous suggérer si ça parait déjà correcte ou si il y a potentiellement quelque chose à essayer, et de combien… Bref, c’est un peu ce que l’on s’est attelé à faire durant ces deux jours d’ateliers 😉

  3. Bonjour,
    Je lis régulièrement votre site mais, et j’en suis désolé, j’ai vraiment été déçu à la lecture de cet article. Je l’ai relu 3 fois mais je n’ai toujours pas trouvé une information dans l’article autre que celle des 3 lignes en description que l’on doit pouvoir trouver sur n’importe quel site avant de commander ces pneus. J’ai même cherché des liens ou des sections à déplier ayant vraiment eu l’impression de passer à côté de quelque chose. Les commentaires contiennent déjà plus d’informations. Au hasard : vous dites que les testeurs étaient équipés avec d’autres pneus, quelles différences ont-ils perçu ? Quelles différences de ressenti avec les différentes carcasse ou gomme ? Pourquoi ces choix ? Les plus et les moins d’un modèle de pneu testé par rapport à un autre ? La seule information se résume au final à 2 graphiques pour l’usage possible des carcasses.

    1. Même ressenti, il raconte plus leurs colonie de vacances que l’efficacité ou pas de telles ou telles pneu dans des conditions et un environnement donné..

      1. Emile, tu poste au pied d’un article, tu t’adresse nécessairement à son auteur. Tiens en compte en t’adressant directement à la personne concernée 😉 C’est écrit dès le titre qu’il est question d’aller “au delà du simple essai”. Comprends donc qu’on parle ici d’ambiance, de méthode, et pas seulement d’essai. Pour ce qui est d’efficacité, je te souhaite justement d’avoir l’opportunité de participer à ce type d’expérience : tu verras qu’elle n’est pas unique, qu’elle dépend grandement du tempérament et des attentes de chacun. Si tu as des attentes particulière, dis-nous en plus sur toi, et on se fera un plaisir de t’apporter une réponse personnalisée, mais désolé, on ne tombera pas dans la facilité de te dire simplement “tel ou tel produit est à la mode, tendance en ce moment, c’est celui qu’il te faut absolument” 😉

    2. Bonjour Arnaud,

      je comprends dans la mesure ou cet article ne vise pas à constituer un rapport d’essai comme on peut avoir l’habitude de le faire. C’est d’ailleurs dans le titre 😉 On y rapporte une expérience, son déroulement, ce qu’il s’y est passé. Ici, on explique la démarche, la méthode, et on tire ce qui est raisonnablement généralisable. On aurait effectivement entrer plus dans le détail des attentes de chacun, mais ça aurait été long, et fastidieux. On a donc synthétisé et également veillé à ce que ce soit complémentaire à ce qui a déjà été écrit à propos de ces pneus par le passé, dans nos précédents articles, sans être redondant.

      > https://fullattack.cc/2017/06/essais-comparatifs-trouver-bons-pneus-denduro/
      > https://fullattack.cc/2018/09/test-le-nouveau-schwalbe-hans-dampf/

      Je comprends la forme que vous auriez attendu à la lecture de vos questions, mais je constate aussi que les réponses sont bien présentes dans nos parutions 😉

      Pour résumer > La concurrence est plus souple/molle/rebondissante mais confortable à pression égale. À concurrence équivalente, les carcasses Schwalbe incitent à rouler 0,1 à 0,2bars plus bas. D’une carcasse à l’autre, c’est logiquement le poids embarqué et la raideur qui se font sentir, pas de surprise, comme on a pu le dire en introduction de notre comparatif sur les carcasses. En matière de gomme, la citation de Camille résume bien la différence entre soft et ultra soft. En matière de plus et de moins, ce qui est dit des limites du Hans Dampf en condition humide résume bien quand le remplacer par un Magic Mary. Pour le reste, nous ne pratiquons pas cette approche, puisque convaincu qu’il n’y a pas de pneu ultime, mais bien toujours des produits qui correspondent à des situations. Pour conclure, le paragraphe “l’astuce du moment” explique pourquoi les lecteurs ont choisi telle ou telle monte finale 😉

      Merci.

  4. Bonjour je roule avec le combo magic Mary (2.35)a l’avant en soft et hams dampf (2.35) a l’arrière soft et j’en suis content du rendement procuré par ces pneus mise à part l’usure rapide du hams dampf à l’arrière. Je roule en enduro 26 pouces dans le sud de la France avec en pression 1.6 à l’avant comme à l’arrière. Quand il faut faire les liaisons le Mary et un peut dur à tiré mais le hams a un bon grip en monté.

    1. Bonjour Franck,

      Je roule aussi avec se montage. Le hans dampf a tendance à fondre en été.. c’est dommage car il est limite pour l’hiver niveau grip. Alors que sur sec il fait des miracles.

  5. Alors finalement, par rapport a un double down ou un exo+, elles se situent comment? Parce que ça s’est dit pendant l’atelier mais ça n’a pas été écrit. C’est dommage parce que c’est le seul frein que j’ai a acheter du schwalbe: je connais les carcasses maxxis par coeur alors quand le pneu coûte plus de 50€ tu fais pas dans la fantaisie a aller essayer la concurrence pour voir. Si tu te plantes ça te fait cher la curiosité…

  6. Je suis complètement aligné. Je fais vraiment confiance à Maxxis sur la solidité et la résistance aux crevaisons. Ça fait plusieurs fois que j’ai envie d’essayer d’autres pneus, schwalbe en tête mais j’ose pas…ça fait 15 ans que je roule en tubeless Maxxis j’ai eu une seule fois un souci de déchirure sur la bande de roulement (changé en sav d’ailleurs). Sinon RAS !

  7. Je peux comprendre qu’ils ne comparent pas les schwalbe aux autres marques frontalement car il y a le gars de la marque qui est présent. C’est une opé de partenariat entre la marque et le site, c’est délicat…ça reste d’ailleurs une opé sympa, mais surtout pour les 4 gagnants finalement.

    1. Je ne parle pas de comparaison pour ma part mais un échelle permettant de situer: double down je sais ce que c’est. Super Gravity aucune idée.
      Ce serait intelligent de la part de schwalbe de laisser passer ce genre d’info même en off. Enfin, s’ils sont sûr de leurs produits, sinon il vaut mieux pour eux de laisser le flou en place.

      1. Tu as un point de repère ici, qui est toujours valable, on aurait publié pour vous en informer sinon > https://fullattack.cc/2017/06/essais-comparatifs-trouver-bons-pneus-denduro/.
        Entre l’intro et la sélection de pneu, tu as les équivalences, et pas qu’avec Schwalbe 😉 Pour ce qui est des Exo+, l’essai est en cours. Globalement, pour l’heure, on dirait que ça se situe là où on l’attend, à mi-chemin.

        Donc, en clair, du plus robuste au plus léger :

        – SuperGravity = Double Down
        – Exo +
        – Snakeskin = Exo

    2. Je t’assure que Florian a entendu parler d’exo, de double down et autres pendant ces deux jours. C’est la logique même du marché, ça ne serait profitable à personne de faire de tabou. Qui plus est, c’était dans le protocole de commencer avec les pneus d’origine… Et à aucun moment des sélections nous n’avons appliqué de filtre sur ce point (ce n’était pas demandé dans le formulaire!). C’est donc plus qu’évident qu’on en a parlé 😉

  8. Petit C.R. de la journée de la veille en vttae pour aider sur les pressions si possible.
    Quelle journée !!
    Un grand BRAVO et MERCI à Alice et Quentin pour l’accueil, avoir reçu deux fois dans la même journée notre joyeuse bande de marcassins boueux et ruisselants, nous avoir copieusement nourri et abreuvé !!
    Ainsi qu’à Antoine et Tom pour avoir joué les mécanos aux “pit stop”, les mains dans la boue toute la journée avec la rigueur nécessaire à ces essais.
    Perso l’atelier m’a permis d’enfin réussir à baisser la pression de mes Maxxis (Minnion exo 2.8 à l’av et Rekon exo 2.8 à l’ar) de 1.5 à 1.2 bar. Alleluia !
    Le montage Magic Mary à l’av et Hans Dampf à l’ar m’a semblé inconduisible aux mêmes pressions ( trop dur, trop de rebond) mais au top à 1 bar donc carcasse plus rigide ?
    Les Eddy Current comme dit dans l’article sont des tanks qui sont restés sur le bike (Moustache Race 8) pour un usage all mountain “hard” – enduro light malgré leur poids et peut-être leur coté énergivore. Pression utilisée 1 bar av ar. Au retour d’une sortie avec une sensation de flou à l’avant et un vilain bruit à l’arrière sur la réception d’une petite marche, vérification des pressions : 0,8 av et 0,7 ar !! Faut pas abuser quand même!!
    Je confirme que leur solidité et la confiance qu’ils me procurent me permet aujourd’hui d’ouvrir nos drailles du sud même après les pluies lorsque celles-ci sont ravinées et particulièrement encombrées pour “débroussailler” pour les copains, hein Olive et Bibiche ..
    Certains ont même franchi le pas…
    Donc bravo et merci. On remet ça quand ??
    Quelle journée!

  9. Salut, je roule un MM 29×2,35 snakeskin addixsoft sur une jante 30mm entre crochets à 1.5bars 72kgs Jeffsy. Très content en renduro et trail. Par contre grosse sensation de flou à la pass’porte dans les chemins de 4×4…

    1. Salut > à l’avant ? La pression avait été refaite avant de partir rouler, sur place ? (altitude) Le vélo n’était pas resté au soleil pendant la pause déjeuner ?! (soleil en montagne l’été sur pneu noir = chaleur, montée en pression :-/)

  10. Yes merci pour l’échelle, ça manquait. Et je me doute bien que vous en avez parlé, et justement ! On aurait bien voulu savoir ce qui s’y est dit ! Merci pour le retour en tout cas

    1. Avec plaisir. Après, c’est nécessairement résumé, mais tout est dit. Le reste, c’est de l’ambiance, de la convivialité, des conseils personnalisés. Ça se vit avant toute chose 😉

  11. Bonjour,
    mon fils de 12ans début dans les bois de la région parisienne et un peu en randonnée montage sur SPECIALIZED STATUS1 26″, j’aimerais lui offrir des pneus de qualité avec un bon rendement au pédalage et une bonne longévité…que choisir ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *