FullAttack.cc, la nouvelle ère d'Endurotribe

Nouveauté 2018 – Tout sur les Michelin Wild Enduro Front & Rear !

Au printemps dernier, Michelin sortait du bois en dévoilant progressivement sa gamme de pneus All Mountain, les Force & Wild AM. Depuis, les spéculations allaient bon train autour du devenir de la gamme Enduro du manufacturier français.

Les montes pneumatiques des pilotes de la marque ne laissaient pourtant aucun doute. Depuis de longs mois, des pneus aux profils singuliers et aux flancs estampillés Prototypes suggèraient quelque chose de nouveau dans les tuyaux… C’est désormais officiel !

Avec les Michelin Wild Enduro Front & Rear, la gamme revêt un nouveau visage : offre, choix, montage, fonctionnement et rendu… Ce que l’on connaissait des pneus Michelin prend un coup de vieux, mais avec les nouveaux entre les mains depuis plusieurs semaines, on peut désormais légitimement en dire plus !

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes / Photos : Michelin – Jérémie Reuiller


 

Au sommaire de cet article :

 

 


Jusqu’ici…

On connaissait la gamme Michelin telle qu’elle s’était révélée à nous lors de notre essai comparatif des carcasses dédiées à l’Enduro. Des pneus, quoi qu’il arrive, dont le comportement était extrêmement lié à celui de leurs carcasses singulières : stables, précises, au fort amorti… Dont le confort n’était pas le maître mot mais dont le rendu du terrain était redoutable pour performer.

Une structure peu empreinte à se déformer et qui avait donc tendance à déléguer la tâche de s’adapter au sol. C’était donc en jouant sur les profils de crampons – 5 en tout – et les gommes choisies – 2 pour chaque – que l’on obtenait le Graal. En ajoutant la répartition entre pneu avant et pneu arrière : au bas mot une grosse vingtaine de configurations différentes parmi lesquelles piocher, 5 en moyenne par type de terrain.

 

 


Temps révolu !

Avec les Michelin Michelin Wild Enduro Front & Rear, le choix se veut désormais beaucoup plus simple. Ces deux nouveaux pneus – en 2.4 de section et compatibles jantes de 25 à 35mm – veulent devenir la principale option, dans 80% des cas. C’est le souhait de la marque. L’idée est donc assez simple : un pneu avant, et un pneu arrière, comme c’est écrit dessus…

Une initiative qui n’est pas sans rappeler celle des concurrents directs sur le terrain de la polyvalence : Schwalbe Magic Mary & Hans Dampf, véritable best-sellers du moment. Et comme chez la concurrence allemande, quelques pneus plus spécifiques viennent toujours compléter cette monte polyvalente pour les cas particuliers.

Chez Michelin, le Rock R2 Enduro reste au catalogue pour les terrains très rocailleux, le Force Enduro Rear – ancien Wild Race’R Enduro Rear – s’il faut du très roulant à l’arrière, et toujours les Muds quand l’apocalypse s’abat sur nous.

 

 


Ce qui se cache dessous ?!

L’offre a beau se simplifier, le travail de développement des Michelin Wild Enduro Front & Rear ne s’est pas pour autant résumé à une simple logique de rationalisation. Dans leurs conceptions, le pneu avant et le pneu arrière ne font pas usage des mêmes éléments.

À l’avant, la carcasse s’inspire des pneus All Mountain présentés au printemps dernier. Comprenons que sous l’appellation Gravity Shield, le Michelin Wild Enduro Front se compose de 3 plis en 60TPI complétés d’une couche de fibre à haute densité. L’objectif est ici le confort et l’économie de poids.

À l’arrière, la solution retenue s’inspire grandement de ce qui faisait l’ensemble de la gamme Michelin Enduro jusqu’ici. Le Michelin Wild Enduro Rear repose sur des plis en 33TPI – aux fils plus gros, raides et robustes – une trame très haute densité et un renfort aux talons pour réduire les pincements. Robustesse et rigidité en maître mots cette fois-ci.

 


Deux pneus avants…

Quand on rentre dans le détail du catalogue, le Michelin Wild Enduro Front est proposé en deux versions : Gum-X et Magic-X. Pourquoi ?! Michelin destine le premier au commun des mortels, les pilotes quelque peu expérimentés d’entre nous. Le second doit s’adresser plus spécifiquement aux compétiteurs chevronnés et experts en la matière.

Ce sont les gommes qui différencient ces deux versions du Michelin Wild Enduro Front. Non seulement celles qui entrent en contact direct avec le sol, mais également celles qui lient les différentes nappes de la carcasse. Elles ont donc une double influence, portant aussi sur le comportement dynamique des Michelin Wild Enduro Front & Rear…

 

 


La première impression…

Deux jours durant entre San Remo et Molini, puis sur nos terrains d’essai habituels, les Michelin Wild Enduro Front & Rear ont déjà procuré des premières impressions sans équivoque. D’autant que le staff Michelin a eu très bon goût de ne pas livrer les secrets de ses pneus avant roulage.

Une démarche qui n’influence donc pas sur les ressentis à priori, de très bon ton pour être souligné. Elle confie aux testeurs une entière confiance, ne peut que laisser place à la vérité et la consolider de manière durable. Ici, en l’occurrence, j’ai pu faire scrupuleusement usage des pressions auxquels j’étais habitué avec l’ancienne gamme, en guise de point de repère.

L’occasion de constater en premier lieu que parmi les trois pneus essayés, le Michelin Wild Enduro Rear est celui qui offre l’impression la plus proche de ce que l’on connaissait des pneus Enduro de la marque, jusqu’ici. Stable, précis, bien assis, une prestation qui rappelle au bons souvenirs passés, mais avec un quelque chose en plus…

 


Ça travaille…

C’est que désormais, à l’avant comme à l’arrière, on sent la carcasse des Michelin Wild Enduro Front & Rear travailler. J’entends par là qu’à la rencontre d’un obstacle, une racine ou un cailloux, la carcasse des nouveaux pneus Michelin d’Enduro se déforme et tend à prendre forme du terrain.

Ce comportement n’est pas sur le même plan que les pneus Mavic et Hutchinson, plus qu’experts en la matière, mais la différence est tout de même notable par rapport aux précédentes offres Michelin. Une évolution positive quand le terrain est défoncé, mais aussi quand le sol est déversant : la surface de contact s’oriente désormais pour augmenter le nombre de crampons au sol…

 

 


Et ça grignote !

Ce travail de la carcasse a un effet secondaire plus qu’intéressant : on sent l’application que les crampons peuvent avoir à grignoter le terrain. J’exagère volontairement en faisant usage de ce terme, car il résume bien le fonctionnement que les Michelin Wild Enduro Front & Rear effectuent grâce au travail conjoint de la carcasse et des crampons.

En permettant aux crampons de s’orienter, de pivoter et de ne pas prendre toute la déformation à leur charge, on sent que la carcasse permet à l’ensemble du pneu d’avoir une pression de contact plus constante avec le sol. Rien, ou si peu, n’est désormais dépassé par les événement. Le  niveau d’adhérence grimpe et sa constance y gagne. Le décrochage et la gestion de la glisse en sont grandement vainqueurs.

 

 


Gum-X ou Magic-X ?!

À l’avant, il y a une vraie différence au niveau de ce travail. Les versions Gum-X et Magic-X n’offrent pas la même prestation. Pour donner des repères simples, le premier fait penser aux carcasses Maxxis Exo, Schwalbe SnakeSkin ou Michelin AM. Tant que la vitesse n’est pas très élevée, il fait le job. Il me fait dire qu’il a le bon visage pour être le pneu de Randuro ou de vélo de montagne tel qu’on l’entend.

Quand le rythme augmente et se rapproche de celui de la compétition, un certain flou apparait : une certaine tendance à rebondir et à générer de légers guidonnage qui ne permettent pas d’aller au delà. Dans ce cas, le Michelin Wild Enduro Front Magic-X prend le relais. Son amorti est un cran au dessus. Il stabilise ce qu’il faut pour que le travail continue à plus haute vitesse.

 

 


Limites à ça ?

Quelles sont les limites à ce travail particulier des nouveaux Michelin Wild Enduro Front & Rear ? Leur dépendance aux prestations des gommes qui les compose. Les températures plus froides de ces dernières semaines ont ainsi refroidi les ardeurs de la gomme Magic-X.

Sous 5°C ça devient une évidence : la gomme se raidit et le pneu offre un comportement proche de la précédente gamme. Dans ces conditions, le Michelin Wild Enduro Front Gum-X tire une meilleure épingle du jeu.

Une astuce à savoir pour choisir ses montes de pneu en fonction des conditions climatiques au cours de la saison. Pour les compétiteurs : Gum-X à l’entrainement dans le froid de l’hiver, puis Magic-X quand le thermomètre remonte et que les premiers chronos arrivent ?!

 

 


Qu’en penser ?!

Dans tous les cas, la nouvelle offre de la marque clermontoise va dans un sens intéressant avec les Michelin Wild Enduro Front & Rear. À la nuance de l’effet de la température près, l’ambition des 80% couverts par les nouveaux venus est respectée. À chacun de rester attentif sur la gomme utilisée devant.

Pour le reste, l’offre Michelin faisait déjà partie du trio de tête clairement identifié comme les meilleures prestations du marché avec les Maxxis Double Down et Schwable Super Gravity. Avec les Michelin Wild Enduro Front & Rear et ce qu’ils impliquent dans la gamme Enduro du manufacturier français, on peut désormais préciser certaines choses.

“La bataille ne fait que commencer…”

Les Maxxis Double Down sont désormais bien plus seuls sur le terrain d’une offre où le choix du profil a toute son importance. Michelin se positionne ici bien plus en concurrence des Schwable Super Gravity très polyvalents. Entre les deux désormais, la différence est claire : l’une reste à l’école du choix de gomme en fonction du terrain/des conditions/des goûts, l’autre bien plus sur une symbiose profil/carcasse à adapter selon l’ambition de vitesse que l’on a…

Pour conclure, revenons à des considérations plus terre à terre… Les premières dimensions – en 27,5 pouces –  arrivent en magasin en mars. Les versions 29 pouces doivent suivre. Les tarifs eux, sont annoncés proches de ce que la marque proposait jusqu’alors… La bataille ne fait donc que commencer..!

Rédac'Chef Adjoint
  1. Bonjour,

    Au début de l’article vous dites que le Gum-X se rapproche des carcasses EXO ou SnakeSkin, mais en fin d’article vous précisez que: “Michelin se positionne ici bien plus en concurrence des Schwable Super Gravity très polyvalents”.
    Doit-on comprendre que vous faites référence à la carcasse Magic-X ?

    Merci !

    1. Je crois que l’article est pas très clair puisqu’il mélange les carcasses (Exo, DD, SuperGravity) et les gommes (MagiX, GumX).

    2. ça peut effectivement prêter à confusion. Mes propos de début d’articles portent précisément sur le pneu avant Michelin Wild Enduro Front Gum-X, alors que ma conclusion englobe plus généralement l’ensemble de l’offre. Plus précisément : les 3 pneus se portent en concurrence et se rapproche de l’offre concurrente, le pneu avant évoqué se déportant encore légèrement de ce positionnement de par quelques traits de conception et de comportement sur le terrain.

    1. Peut-on avoir des précisions sur les circonstances dans lesquels les Michelin n’apporteraient pas satisfaction en matière de rendement ? (terrain, montage, pressions, produits concurrents mieux lotis…) Cette lacune ne fait pas partie des observations retenues à leur sujet, mais peut-être que des précisions nous permettrons de mieux nous approcher de certaines conditions non rencontrées jusqu’ici…

  2. cool de voir ces nouveaux pneus chez Michelin ! depuis le temps qu’on les attendais 😉
    une remarque: un pneu ne se résume pas à un profil, comme le souligne bien Antoine (qui ne parle même pas du profil du pneu avant qui ressemble en effet assez fort au MM).
    en même temps, depuis le temps qu’on fait du vtt, tous les profils ont été inventés, copiés, abandonnés, puis ressuscités, non ?
    par contre, les carcasses, les gommes, ya encore du taf !
    j’adore le compromis du magic mary supergravity, mais ne suis pas fan de la vitesse à laquelle s’usait la gomme “vertstar”!

  3. Le rock r2 excellent a l’avant (pour moi) me semblait un poil “dur” .. la on gagne un peu en poids et un peu de “souplesse” .. et si correct en prix .. ce sera pas mal ..

  4. ah oui et puis pas bête en 2.40 ca oblige pas tout le monde a avoir une jante (très) large a l’avant .. par contre avait vous pu comparer la largeur du nouveau pneu avant avec le rock r2 (sur une 25 interne) ? je suppose que non mais j’aimerai avoir votre avis .. thanks

  5. vach! la concision c’est pas des les bonnes résolutions 2018!
    j’attaque toujours les articles avec la bave aux lèvres(d’envie), et 3 phrases après le début j’ai la rage! il y a une telle recherche dans la tournure de phrase compliquée que ça en devient bardé de fautes de sens !

    du reste je reste pantois devant le fait que au travers du travail de suspension et du filtre de tous les autres périphs et paramètres se trouvant entre le pneu et le cerveau du pilote, on soit capables de sentir des micro pouillèmes de quart de déformation de carcasse et de crampons.
    je rêve toujours d’un test à l’aveugle pour voir qui sent quoi et qui en rajoute.

    factuellement: à partir d’une certaine température à priori une certaine gomme sur un certain pneu aurait tendance à se comporter comme un pneu de la génération d’avant….ca c’est pointu!
    mouais…
    quand on en est à ce niveau de précision faut sortir le laboratoire!
    tout du moins rouler sur le même terrain, avec le même bike, les mêmes composants, réglés pareil,sur un sol aux même conditions (humidité, etc) bref, clairement le truc irréalisable

    du coup clairement, c’est beau mais ces compte rendus hyper précis, j’y croirais quand ils seront faits en labo,là ou on peut crée des résultant hyper précis, pas d’après des tests terrain avec moult paramètres changés et plusieurs mois entre les tests!

    du reste même si il y a 10 pro-riders en france (dont les testeurs endurotribe font peut être partie)peut être capables de sentir ce genre de différence sur le terrain, qu’en est il pour les 99.9999% des riders français ?
    désolé pour le Nième coup de gueule, mais je comprend pas comment avec les moyens/compétences que vous disposez, vous arrivez à quasi-systématiquement ruiner le travail final!
    regardez ce que fait pinkbike (entres autres) avec une même qualité d’image et des produits testés de même qualité là encore, ils sont pas obligés de donner dans le toujours plus de précision, quitte a dépasser les bornes!

    Après il est sur que certaines personnes s’en foutent de la véracité d’une donnée…
    on leur a dit que leur pneu accrochait mieux que celui d’avant,surtout a 6.82° celsius avec 3 tokens et sur les virages relevés à gauche, et ca suffit a leur faire croire qu’ils vont mieux rouler.

    mais au final on se retrouve à même pas savoir le prix du pneu

  6. *Est ce que le Wild Grip Reinforced va continuer dans la gamme ou bien il est remplacé par l’enduro Rear ?
    *Est ce que vous avez essayé les pneus hors de leur usage prévu : par exemple l’enduro front à l’AR ou inversement ?

    1. Le Wild Grip est le grand perdant > c’est lui qui disparait de la gamme au profit de ces nouveaux pneus 😉
      Je n’ai pas, pour l’heure, rencontré de situations d’essai m’incitant à essayer, mais je n’exclue pas pour autant de m’y prêter si l’idée s’avère pertinente. Quels éléments te donneraient envie d’essayer ? (poids, grip, gomme, confort…)

  7. bon article quoi qu’en disent Razgriz.
    Je ne pense pas faire partie de 0.01% des top rider mais j’arrive clairement à faire la différence de comportement entre un Gum-X et un Magic-X et encore plus entre un Michelin Rock R2 et un Mavic Charge. Le premier est hyper précis alors que le second est carrément flottant. Autant, il y des fois où effectivement j’ai dû mal à rentrer dans l’article, autant celui-ci est net clair et hyper précis. Donc merci
    Une idée du poids pour les modèles 29′?
    Un ressenti sur le rendement?
    Bonne année à tous

    1. je te rassure, moi aussi j’arrive à voir la différence entre deux gommes , du genre super tacky et 60a chez maxxis, vu que j’y suis plus habitué. mais c’est quant je reste sur un même pneu et au même endroit.

      mais là , parler de gomme sur deux pneus différent, testés à X mois d’intervalle , surement pas au même endroit et peut être même pas avec un vélo identique! ca rime à rien.
      tu peux pas te permettre d’avoir un protocole de test aussi vague, des conclusions aussi précises, et être pris au sérieux!

      du reste je m’insurge encore plus contre ce type d’article que juste avant il y a le test du devinci spartan qui lui est bien mieux ficelé, sans en rajouter des tonnes, etc

    2. Merci Manu ! Une bonne année à toi aussi, pleine de succès comme l’an passé 😉
      Pas d’information sur les poids en 29 pour le moment. On relaiera quand ça se présente !
      À propos du rendement : sincèrement, à l’oeil, le profil du pneu arrière me donnait le sentiment que j’allais être collé. Pourtant, une fois en liaison, il se fait oublier. Je n’ai pas effectué de chrono soutenus à allure course avec long pédalage pour être plus tatillon, mais globalement, je trouve le pneu arrière meilleur pédaleur que ce qu’il peut laisser paraitre.

  8. J’ai un peu les mêmes sensations que RazGriz en lisant les articles EnduroTribe. Je trouve que c’est de pire en pire : incompréhensible, analyse digne d’un thésard en laboratoire, ça fait pompeux et supérieur pour au final une compréhension du lecteur rideur lambda proche de 0 ….

  9. Perso je roule dans le sud sur mon Capra avec MM av et HD ar en Supergravity Trailstar toute l’année sauf si terrain vraiment boueux (ça n’arrive pas souvent) où c’est DD av et MM ar.
    Super content de ce combo.
    Le MM je ne suis pas prêt de le changer. Je vais juste le remplacer par la gomme Verstar pour la saison enduro qui commence histoire de gagner encore en grip car le Trailstar dure vraiment trop longtemps. Le Michelin av ressemble vraiment au MM par contre avec environ 200g de moins est-il aussi costaud ???
    Le Michelin ar pourrait éventuellement m’intéresser en remplacement du HD dont je trouve l’usure un peu rapide. Le Michelin ar par rapport au HD, ça donne quoi au roulage, au freinage et sur l’angle ?

    1. ca dépend de la température !

      plus sérieusement le MM c est juste le bon pneu à tout faire.
      puis forcément comme chaque truc polyvalent il est pas super bon aux extrèmes: il scotche bien trop au sol comparé à un pneu roulant, et ne vaus pas un pur boue…dans la boue!
      même si au final c’est aussi ce que j’ai à l’avant et j’en suis bien content.

      reste à voir les poids des pneus: avec les jantes et pneus qui s’élargissent, les poids s’envolent! et celui des vélos suit du coup!
      autant en compétition d’enduro on s’en tape, vu qu’on remonte très calmement et qu’on dot avoir la solidité en descente.
      autant hors compétition, se trainer un boudin à plus de 1000g ca scie les pattes!
      un petit maxxis aggressor ou high roller 2.3 exo à 800g , pour pas fumer ses cuissots c’est pas mal non plus

      1. Le MM, le pneu a tout faire effectivement.
        Même si j’aimerai plus light, le poids je m’en fiche vu ma pratique enduro. Avec le Supergravity, en dehors de sa tenu à la crevaison, ce qui est bien c’est ça rigidité par rapport au Snakeskin qui permet de descendre en pression sans risque et sa facilité à claquer en Tubeless.
        Par chez moi, ceux qui essaient de rouler avec des pneus à 800g , même hors compétition, ils finissent rarement une sortie sans avoir passé au moins une chambre.
        Pour le High Roller, je n’aime pas du tout son comportement (du moins à l’avant) qui fait qu’il “tombe” sans prévenir. Une fois, j’ai fait 3 sorties avec avant de le revendre.
        L’Aggressor, jamais essayé.

        1. yes, c est clair qu’il faut faire par rapport à sa région! moi c’est plus terre bien grasse que cailloux!
          après rouler en tubeless ready avec moult préventif ca aide carrément par rapport aux chambres à air.

          1. Le préventif pas toujours suffisant quand les cailloux viennent couper un pneu suffisamment costaud. Avec des terrains moins agressif on peut effectivement rouler plus light.

    2. HD Super Gravity vs Wild Enduro Rear :
      – au roulage > le HD roule un poil mieux.
      – au freinage > Le Wild Enduro Rear a + de grip, chasse moins latéralement, dérape moins facilement.
      – sur l’angle > le Wild Enduro Rear est plus précis, tient mieux, est plus “carré”.

  10. non mais les gars on l’a dit 100 fois que le style était trop alambiqué … sinon pour les sensations que vous ne semblez pas aussi bien éprouver que ces testeurs, faut pas s’inquiéter … moi ca me fait marrer, un peu comme ceux qui disent que si ton moyeu a les flasques pas assez écarté de 0,5 mm tu vas sentir que ta roue se dérobe dans les appuis, ou que la pike c’est pas bien car il manque un demi cran de réglage pour le rebond ou les bv ….
    Globalement en lisant l’article on ressent correctement je trouve comment ca marche .. je ressens pour l’avant qui me branche un peu plus de confort et de souplesse de la carcasse que le rock r2

    1. ah mais moi je mets même carrément mon testicule gauche sur le billot:
      un jour ou l’autre si je croise un des testeurs d’enduro tribe(genre au roc d’azur ou autres) je leur propose un petit blind test:
      avec son propre bike, il va faire un tour sur un circuit type.
      il revient et il me le file 10mn pour que je bricole dessus:
      du coup même bike, même gars, mêmes périphs, même terrain de leu même jour donc mêmes conditions! (la on sera déjà dans un protocole de test 10 fois plus correct que ce qu’on a la).
      il va refaire son même circuit type et me dis ce qui a changé sur son bike.
      voir si il sent que je lui ai refourgué exactement le même bike juste en ayant déplacé les molettes, ou si il va sentir 1psi dans le pneu ou 5 dans la fourche,1 clic, un changement de rigidité frontale de la roue si je vire 1/4 de tour sur chaque rayon, 0.5 gardes de viscosité dans l’huile de fourche, ou la différence de rigidité dans la carcasse d’un pneu qui a 50km ou 500…(parce que ce truc de l usure de la carcasse, sur l’article des pneus d’enduro, c’était un grand moment encore!)
      ben je parie qu’il est incapable de me dire ce qui a changé
      mais je parie surtout qu’aucun des testeurs ne voudra tenter l’expérience, que ce soit ceux d’endurotribe, ou d’autres ailleurs qui se touches sur des quarts de demi tour de mollette ou des 0.5° sur un angle de tube de selle

      au bout d’un moment faut arrêter le “toujours plus précis” çà en devient hors de propos pour le tout venant, et risible pour ceux qui se rendent compte de la supercherie!

      bien sur qu’il faut du technique, des tests, des chiffres, mais faut rester dans le domaine du quantifiable!

      1. moi je suis, à un degré bien moindre, un peu comme ca .. pour acheter un pneu avant je vais lire les tests, suivre les forums pendant 3 semaines … au bout d’un mois j’ ai mon pneu tout neuf, gonflé au quart de poil et puis je commence la descente avec mon groupe .. et je vois l’autre avec son spicy en 26 et ardent usé derrière et fourche pourrie s’éloigner tranquillement alors que je suis chiffon dans tous les virages … et la je me dit quel co.. je suis ..

        1. Et donc tu mets ça sur le dos des articles que tu viens de lire ? du vendeur à qui tu a acheté le pneu ? de la marque qui le fabrique ? Tu peux aussi mettre ça sur le dos du pote en 26 qui a manifestement du talent…
          Ou bien juste prendre une sortie pour te mettre en retrait, faire connaissance avec ton nouveau matos. Quite même à jouer des pressions en route, ou mieux encore, remonter ton ancien pneu usé en repassant par la voiture ou l’atelier à mi-parcours, et voir ce qui change.
          Promis, après ça tu vas forcément sentir des différences, notamment quand compter sur ton nouveau matos. Et c’est seulement avec ces conclusions que tu pourras te remettre dans la roue de ton pote, tirer parti de ton matos quand la situation s’y prête, et saisir dans quels autres domaines, tu as, manifestement, encore des progrès à faire pour le rattraper 😉

          1. Non non pas du tout, je mets rien sur le dos de vos articles .. je voulais simplement dire que ce qui fait aller vite ou pas c’est le niveau et l’engagement et risque qu’on est prêt a y mettre … et qu’on passe un temps fou a étudier, tester, discuter sur la matos parque cela nous plait, mais qu’au final le gain sur le terrain est relativement faible ..

          2. Je comprends. Niveau et engagement > Oui. Risque > calculé. S’ajoute à ça la curiosité et la méthode pour découvrir, apprendre et progresser. Là, y’à des marges assez exceptionnelles à mettre à profit 😉

      2. Tu fais bien de n’en mettre qu’une, t’es à deux doigt de n’avoir plus que l’autre :

        Il est écrit noir sur blanc que lors de cette présentation, Michelin n’a pas transmis d’information à propos des produits AVANT roulage. Un choix qui a effectivement pu poser des difficultés pour certains. Reste que c’est comme ça que la marque procède lors des essais avec ses pilotes, et que c’est comme ça que l’on procède en interne, pour tous les essais Endurotribe.

        L’ensemble des ressentis rapportés dans nos pages sont donc issus du savoir faire de nos testeurs sur le terrain, PUIS recoupés avec les informations disponibles à propos des produits à l’essai. Recoupement d’information > base du journalisme. Certains n’en semblent pas convaincu, mais il s’agit bien là d’un un métier, du moins, d’un savoir faire. C’est en tout cas celui que l’on défend, et celui que l’on privilégie au sein de la rédaction Endurotribe.

        Il arrive effectivement que les propos issus de ce process soient plus complexes que d’autres, mais nous faisons tout notre possible pour respecter la singularité des produits et apporter toutes les précisions nécessaires. Jusqu’en commentaires, comme ici, si besoin. Tu semble bien sceptique, mais sans que tu le sache, nous nous sommes déjà prêté à l’expérience que tu suggère. Mieux, on l’a partagé avec quelque-uns de nos lecteurs !

        > https://fullattack.cc/2017/02/1ers-ateliers-endurotribe-retour-en-images/

        Crois-tu que l’on oserait si nous n’en étions pas convaincus ?! Pour commencer, je t’invite à faire comme nous le faisons à chaque nouvel essai vélo : trace-toi une boucle test d’un petit kilomètre, fais varier les réglages de ton vélo les un après les autres à chaque tour (pression des pneus, SAG, détentes, compression…) Et si ça ne suffit pas ?! Viens aux prochaines sessions d’Atelier Endurotribe, et tu verras ! Mais une chose est sûre, je ne te laisserai pas nous casser du sucre gratuitement sur le dos 😉

        1. je ne casse pas du sucre, je pense qu’on s’est pas compris sur un truc:
          ce que je reproche c est juste votre niveau de détail trop élevé (en plus des phrases trop compliquées qu elles en deviennent fausses):
          bien sur qu aux ateliers enduro tribe ou sur ma bouche fétiche par chez moi en faisant jouer des paramètres de façon normale on sent tout de suite la différence: entre un pneu a 2 bars et un à 1.8 la différence est flagrant , même pour le rider moyen !

          reste que la quand je vois que tu “sens la surface de contact”, que tu arrives en roulant à sentir que la différence de grip vient du fait que la carcasse se tord plus, et laisse moins de taf aux crampons…par rapport à un pneu michelin différent,avec un profil différent que tu as testé sur un vélo qui est surement pas parfaitement identique, et pas non plus sur le même terrain ni dans les mêmes conditions ni à la même saison, ben voila, là c’est trop! c’est tirer des conclusions sur un de tes ressenti (qui lui est surement bien réel) basé sur un protocole de test dénué de tout bon sens!
          il est là le reproche!
          que tu ressente plus d’accroche, un meilleur pneu: c est surement vrai, tu dois largement avoir le bagage pour sentir une différence d’accroche: mais que tu dises que ça vient d’un paramètre (la carcasse) et non de tout le reste (bike, terrain condition, profil de pneu, humeur du jour) ben c’est usurpé! c’est invérifiable et c’est une hypothèse lancée dans le vent!

          je suis très cartésien, je bosse dans l’aéronautique:
          quand un avion est testé, on laisse clairement pas la place aux interprétations et au jugé, pour des questions de sécurité évidente!
          j’imagine le pilote “bien sentir le pneu” et décréter qu’on peut rajouter 5 tonnes à la masse max ou 10kn à la vitesse d’atterrissage!

          donc c’est bête, mais le seul moyen de savoir si c’est bien la carcasse qui travaille plus que sur les anciens, c est d’avoir exactement le même pneu, (taille crampons, tringles, pression,etc) et de faire rouler le tout sur un banc!
          chose impossible! vu que plus d’un paramètre change!
          donc dire que le pneu grippe mieux c est tout à fait possible, dire que ça vient de la carcasse c’est extrapolé!
          c’est purement factuel!

  11. Sans doute pas simple à réaliser mais super test comparatif entre les principaux montage de pneu enduro, ça serait sympa.

      1. A la relecture c’est très instructif et il serait bien de compléter cette étude des carcasses par un complément sur le profil des crampons et les duretés des gommes afin de faire un tour complet des pneus.

  12. Il y a quelque chose que je n’ai pas compris, est-ce que le Front et Rear sont les mêmes avec différentes gommes et carcasses ou aussi des différences de dessin (une photo de face aurait été la bienvenue pour les deux).
    Et est-ce que les « enciens » pneus du catalogue ont été mis à jour avec les nouvelles carcasses ?

  13. Je crois qu’ Il est inhérent aux forums de trouver des spécialistes expliquer aux spécialistes qu’ils n’en sont pas. Pour ma part, je me délecte de lire vos articles. Je n’ai pas la connaissance pour tout apprécier, mais je salue votre démarche. Je ne comprends pas que les magazines papiers (que je continue à lire) n’aient pas tous évolué dans ce sens.

    1. je suis spécialiste de rien, surtout pas du vélo!
      reste que je sais reconnaitre quand des personnes tirent des conclusions erronées basées sur un protocole de test caduc!

      trouver la différence entre deux pneus, je pense qu on en a tous les moyens en roulant sur nos spots. la différence est considérable!

      trouver l’influence d’une carcasse par rapport à une autre très semblable, de la même marque et dans la même gamme(entre autre, vu que je m en sers de ce cas comme exemple) ça demande un test en labo, pas un truc vite fait bricolé par la marque vendant la dite carcasse et avec 10 paramètres et X mois changeant entre les deux tests!

      je me délecte de la plupart des articles d’enduro tribe, et du coup ça m ’embête encore plus d’en trouver ou ils se fourvoient.

  14. J’ai hâte de savoir si le wild front aura la polyvalence et le « confort » du Toro 2.35, mais sans sont poids !

  15. Cette fois-ci, j’ai trouvé la lecture de l’article relativement fastidieuse; besoin de m’y reprendre à deux fois ! Chez Vojo, l’article se voulait plus clair.
    Un jour ou un article sans…ça peut arriver.
    Continuez à décortiquer pour nous, simples amateurs/utilisateurs, les process et autres évolutions technologiques de ce magnifique sport 😉

  16. Razgriz arrete de de la ronfler avec ton aéro et vas sur les forum de vélo vert, ils sont plus à ton niveau de jean guiche tunning ….

  17. Bonsoir ! Pour ma part, je trouve aussi cet article un peu complexe à synthétiser.

    Un tableau comparatif final fait maison serait sans doute bienvenu pour aider le clampin moyen comme moi à faire la part des choses ! 😉

    Merci en tous cas pour vos infos !

    Ps : merci aussi aux autres contributeurs , ça a le mérite de faire chauffer les neurones !
    Pour ce qui est des protocoles , il y a un magasine allemand qui teste la rigidité des cadres avec une machine pour donner des valeurs chiffrées précises ( je crois que certains magasines français de route font de même ). C’est pointu mais est-ce que ça parle plus et mieux ?
    Vous avez quatre heures ! 😉

  18. Le culmètre se décarcasse sur son article, Razgriz en profite pour mettre la gomme dans les commentaires et d’autres font un burn out à la lecture.
    Pourtant c’est pas compliqué le vélo, ça passe à fond ou ça passe pas …

  19. Que d’agressivité dans ces réponses en commentaires, ca m’en attriste…

    Pauvre Antoine, les commentaires sont fais pour faire avancer le débat, pas pour dire que tu as fais de la M… Ca en devient même mal poli et un certain manque d’éducation…
    Courage, on est que début janvier mdr

    Sinon, bon article, et je te rejoints sur la déformation de carcasse, c’est assez flagrant à percevoir, surtout à réglage de suspension identique… et le grip qui en ressort aussi . Bref, continues les artciles techniques, c’est top.
    BBLS

    Boulou

    1. agressivité?
      c’est juste qu’on a un avis qui diverge! mais certains n’aiment pas la contradiction…
      quoi qu’il en soit, tu parles de différence bien perceptible “surtout à réglage de suspension identique” alorq ue je répète qu’en l’occurrence , le comparatif que fait endurotribe est étalé sur plusieurs mois, même pas sur les mêmes spots, etc…
      bref, on est loin des “mêmes réglages”…

      bref, si tu gobes tout sans jamais poser de question bien t’en prenne, ca doit simplifier la vie, mais ne reproche pas à certains de creuser un sujet et de souligner les incohérences!

      1. ça va sinon ? tu à l’air bien au chaud là à squatter les commentaires…!? Tu n’es pas obligé bien évidemment d’être d’accord, mais ce qui est insupportable depuis le départ c’est que tu colle-portes de fausses infos. Tu es à côté de la plaque complet à propos des conditions de comparatif. Je t’invite à ouvrir grands les yeux, à regarder les vélos à l’oeuvre dans cet article. Tu pourras certainement en déduire que l’on a eu l’occasion de tester ces pneus Bib’ sur “nos” propres vélos de tests en 27,5 avec nos propres settings (qui sont parus depuis…) et que l’on a eu aussi l’occaz de les rouler dans différentes conditions et sur nos spots habituels de référence.

      2. À ce niveau, ce n’est plus de la contradiction, mais de la maladresse. Tu nages en plein paradoxe et en fais pâtir tout le monde. Tu considères, à juste titre, qu’un journaliste ne devrait pas s’exprimer sans être certain de la véracité des informations dont il dispose. Or, tu commets toi-même l’erreur que tu dénonces puisque tu fondes l’ensemble de tes propos sur une supposition erronée : nous n’aurions pas de protocoles d’essai. As-tu vérifié cette information ?

        Second paradoxe dans ton raisonnement : tu te plains d’un article trop lourd, mais qu’en serait-il s’il contenait en plus, chaque détail du protocole d’essai ?! Si tu maitrises ce sujet autant que tu le suggères, tu sais comme moi le niveau d’attention et de détail que ça nécessiterait. En lieu et place, nous préférons donc n’évoquer que les points particuliers que l’on juge utile à son sujet, et rester concentré sur l’objet de l’article : les conclusions d’essai.

        Tu aurais pu nous éviter toutes ces palabres et poser directement des questions précises du type “Quel protocole avez-vous suivi pour vérifier telle caractéristique ?”. Il en aurait été bien plus agréable, utile et pertinent pour tout le monde. On ne te reproche donc pas ta curiosité, mais l’accumulation de maladresse qui l’entour. La preuve, je prend la peine d’y répondre ici par les éléments suivants :

        – L’ensemble des séances d’essai Endurotribe et leurs caractéristiques que l’on peut rendre public est référencé sur le profil Endomondo suivant, que tu peux consulter à ta guise > https://www.endomondo.com/profile/25506090.

        – Tu y notera que l’on a pu conserver, et utiliser librement depuis, les 3 pneus mis à l’épreuve lors de la présentation des 25 et 26/10 derniers.

        – Tu y notera aussi que l’on a, après la présentation, réutilisé certains pneus de l’ancienne génération > Michelin Wild Rock R2 de différents niveaux d’usure.

        – Tu notera enfin que l’ensemble de l’ancienne gamme Michelin nous est connue puisque qu’elle est passée au sein de l’essai comparatif > https://fullattack.cc/2017/06/essais-comparatifs-trouver-bons-pneus-denduro/

        – Comme tu t’en doutes, nous faisons systématiquement usage de manomètre et thermomètre (GPS Garmin) afin de contrôler les conditions d’essai.

        – Contrairement à tes propos, nous veillons aux paramètres d’essai que l’on fait varier, en respectant la règle d’un seul à la fois. C’est même le coeur du métier : lequel modifier ? Dans quelle proportion ? à quel fin ? Quelle conclusion en tirer ? Peut-on généraliser ?

        – Pour chaque vélo ou produit, nous répertorions systématiquement l’ensemble des paramètres dans nos notes d’essai. Nous conservons même l’historique de l’ensemble des configurations testées afin de pouvoir à tout moment faire le point, revenir en arrière et se remémorer les raisons des conclusions publiées.

        – Nous consignons au même endroit l’ensemble des informations fournies par les marques, confrères, pilotes et autres sources d’infirmation utiles en y appliquant un niveau de confiance particulier. Nous ne tirons de conclusions d’essai, et ne relatons dans nos articles que les ressentis recoupés par suffisamment d’essai complémentaires et informations fiables.

        Bref, tu te poses visiblement de bonnes questions, mais en fait un piètre usage. N’abuse pas de l’opportunité offerte par notre disponibilité en commentaire. Respecte un tant soit peu notre travail en restant concis, courtois et précis. T’es-tu posé ces questions pour l’ensemble des autres articles que tu as l’occasion de lire dans la presse en général ? As-tu eu des réponses de la sorte auprès de tous les auteurs en question ? Fais donc ce travail, et comme d’autres le suggèrent, nous en reparlerons 😉

      3. Tu ne soulignes rien du tout, tu restes campé sur tes certitudes et tu en déduis que les autres, en l’occurrence les testeurs, ne peuvent pas interpréter les choses différemment.

  20. en effet votre protocole de test , d après ce que tu annonces, est vraiment serré, c est c’est tout sauf critiquable! et en effet -mea culpa- vous avez peut être poussé jusqu à essayer les deux pneus (anciens et nouveaux) le me^me jour avec le même bike sur la même boucle test.
    reste que, -et c’est le point de crispation depuis le début- plus on veut analyser et quantifier un truc précis, plus le protocole doit être serré:
    il en résulte que pour comparer deux choses “grossières” , bien éloignées l’une de l’autre, le protocole est super réduit: n’importe qui peut tester la différence sur son spot entre deux pneus éloignés: disons un MM et un rocket ron, ça saute aux yeux…
    quand on en vient à parler de la rigidité d’un tringle comparé à une autre, de même marque et de technologie semblable…désolé mais ça devient tellement ténu la différence que à part au labo à monter le pneu sur un banc et quantifier la déformation avec des points de mesure chiffrés, c’est impossible.
    alors au jugé, en roulant, et en parlant de pneus au profil de crampon différent…
    il est là le souci! je remets pas en doute les efforts que vous déployez! encore moins le niveau de ride ou la bonne volonté! juste que passé un certain point, certaines choses ne peuvent être vérifiées sur le terrain.
    imagine dans le monde de l’automobile, tu penses qu’un pilote de F1 est capable de quantifier le gain de finesse qu’apporte tel ou tel réglage de quelques degrés d’aileron?
    la réponse est non, il se base sur des rapports effectués en soufflerie!
    pourtant du ressenti il en a, c est même un kador dans sa discipline, et il sent au volant des choses que nous -simples conducteurs- ne sentiront jamais!
    mais passé un certain point même lui il sent plus rien!

    autre exemple: en prenant le problème à l’envers:
    il y a des trucs qui sont prouvés techniquement mais qui sont tellement insignifiants que même vous vous oseriez pas vous en servir dans vos articles:
    les sram guide, ils sont en version noire ou argentée:
    donc clairement, le noir absorbant et transformant en chaleur la totalité du spectre de la lumière visible et le doré renvoyant la totalité de ce spectre, on peux en conclure que le noir va chauffer plus au soleil, et dont être moins performant en utilisation sévère!
    mais à l’ombre ou de nuit par contre, les deux versions se valent!
    donc clairement les argentés sont parfaits pour rouler dans le 13 ou le soleil tape toujours, mais les noirs sont plus conseillés pour la bretagne?
    vous oseriez pas faire un article là dessus? pourtant techniquement c’est excat, mais tellement poussé que impossible à vérifier sur le terrain!
    par contre dire que la tringle du wild enduro en 3×60 tpi s’oriente mieux dans les devers que la tringle 3.60 tpi du wild AM qui est semblable, ca gêne pas!

    du reste si dans l article vous remplacez
    “Au printemps dernier, Michelin sortait du bois en dévoilant progressivement sa gamme de pneus All Mountain, les Force & Wild AM. Depuis, les spéculations allaient bon train autour du devenir de la gamme Enduro du manufacturier français.

    Les montes pneumatiques des pilotes de la marque ne laissaient pourtant aucun doute. Depuis de longs mois, des pneus aux profils singuliers et aux flancs estampillés Prototypes suggèraient quelque chose de nouveau dans les tuyaux… C’est désormais officiel !”
    par une phrase simple annonçant des nouveaux pneus… ca vous laisse de la place pour parler du protocole!

    au final, et je l’avais déjà dit je sais plus ou, je peste surtout parce que “il y a tellement mieux à faire”:
    vous seriez un média pourri, avec du matos moisi en test, des ânes bâtés comme testeurs,etc, je me détournerais du truc et basta, les médias enduro c’est pas ce qui manque…
    là clairement vous testez toujours du matos de dingue, vous avez clairement le niveau pour le faire bien, les articles rendent bien, vous avez le bon média, un site rangé, des photos super (intégration des commentaires, etc) et le résultat de certains articles est pourri par les phrases à rallonge et par un niveau de détail trop poussé que ça en devient irrelevant!
    je mets pas en doute quoi que ce soit de votre talent! juste votre propension à pousser le curseur des détails trop loin!

    après si vous voulez je peux passer en mode groupie et avaler sans broncher chaque truc, mais finalement ça ferait avancer les choses de votre coté ?

    1. Tu fais une nouvelle fois fausse route. Tu ne demande aucune information complémentaire et échafaude une hypothèse qui relève du sophisme : tu suppose, sans avoir essayé par toi même, que sur le terrain, la différence entre anciens et nouveau pneu n’est pas palpable. FAUX ! Je me suis prêté à l’expérience avec toutes les précautions que tu sais, et c’est suffisamment évident pour en parler. Peut-être que certains n’ont pas les capacités ou n’ont pas pris la peine de faire l’expérience, mais on ne doit pas pour autant me reprocher de faire mon job, et d’en tirer du contenu utile à nos lecteurs.

      Pour le reste, les éléments évoqués en introduction servent de contexte, lui aussi utile pour accueillir l’info. Tu n’a pas de flingue sur la tempe et tu n’est pas obligé de lire, mais c’est utile aux yeux d’autres lecteurs de se remettre dans le contexte (enquête sur les carcasses, autres nouveautés Michelin de l’année, récentes publications où les prototypes apparaissaient…)

      Enfin, et c’est bien le point : tu peux faire preuve de toute la meilleure volonté du monde, la forme de tes propos ne colle pas avec tes intentions. Nous sommes ouverts à l’échange, aux discussions. Nous nous remettons régulièrement en question… L’ensemble des commentaires qui ne te concernent pas en son l’écrasante évidence, aux yeux de tous. Mais ta manière d’aboyer tes propos les rend totalement inaudible. Merci de ton attention et de tes retours. Malgré la difficulté d’en saisir le sens sous cette forme très maladroite, ils sont entendus. Merci

  21. bon on y arrivera pas! tu resteras persuadé de sentir des choses, choses dont je reste persuadé qu’elles sont indécelables hors banc de test…
    la ça tourne en rond et je m’abstiendrai de poster à nouveau sur ce site…(ça vous fera surement des vacances!).
    même si je ne partage donc pas tous vos points de vues et dires, ça sera au plaisir de se croiser sur un évènement ou un autre.

    1. Décroche avec ton banc d’essai > On a enquêté sur le sujet et pour l’heure nous n’avons pas toutes les garanties nécessaires pour être certain de la représentativité des conditions d’essai vis-à-vis de la réalité. On franchira le pas le jour où ça sera le cas. En attendant, pas question de bricoler. pour reprendre ton argument : même en F1 ça leur joue des tours ! L’aéro des Redbull de 2017 n’étaient pas bonne en début de saison à cause d’un mauvais paramétrage de leur soufflerie… Et les moteurs Honda sont mauvais depuis leur retour, entre autre, parce qu’ils n’utilisent pas de banc d’essai dynamique comme les motoristes concurrents. Au plaisir !

  22. C’est marrant ça me rappel le débat sur le Spé enduro 29″ !!!!

    Le monsieur (et pas que lui) vous dit que votre article est trop fastidieux à lire !!!!!!!!!!!!

    Exprimer, la même chose mais plus simplement ça sera tout aussi vendeur !!!

    Pour comparatif vous avez 1617 mots contre 1265 pour votre concurrent Vojo en exprimant sensiblement la même chose. Soit peut être 352 mots en trop !!

    1. 352 mots = 4 paragraphes de 6 phrases, pour 4 idées supplémentaires :

      – rappel précis de ce que l’on percevait des anciens produits
      – une vrai différence entre les deux pneus avants essayés
      – un conseil avisé sur le choix et le montage, y compris pour les compétiteurs
      – ce que ça vaut par rapport à la concurrence

      Quatre idées qui méritaient de s’y attarder. C’est effectivement plus long, mais plus précis et plus complet. Le plan et le temps de lecture sont annoncés en début d’article, les paragraphes clairement identifiés. Libre à chacun d’aller à l’essentiel de ce qui l’intéresse sans prendre les autres informations en otage.

      1. Enfin tant que vous n’aurez pas compris que le style trop alambiqué est néfaste pour le test (et peu importe ce qui est testé) il est en effet inutile de tenter de discuter…
        Je suis du même avis, j’ai décroché au bout d’un paragraphe et j’ai lu la concurrence bien plus claire et mieux expliquée.

        1. on ne cherche pas à opposer la concurrence, mais puisque vous le faites, effectivement avouer que l’on a “pas senti de différence entre les deux gommes” est beaucoup plus clair et mieux expliquée…

          1. Arf…c’est moche Monsieur Chevat…
            Vojo n’a pas écrit cela…leur propos est plus nuancé que ce que tu rapportes. Le journalisme, c’est aussi ne pas modifier les déclarations d’autrui.
            Ensuite, si un testeur avoue ne pas être (“systématiquement” pour reprendre Vojo) en mesure de sentir une différence ou tout simplement de conclure, pourquoi ironises-tu sur ce fait ?
            Celui-ci n’a peut-être pas la chance d’être aussi compétent que le testeur Endurotribe…et alors ? est-ce une raison pour se sentir supérieur et le rappeler ? Comment reprocher à quelqu’un un manque d’explication et de clarté quand celui-ci déclare justement ne pas en être capable…

            S’il vous plaît Messieurs, n’oubliez pas le fair-play. Vojo n’a rien à voir avec votre embrouille avec Razgriz. N’oubliez pas non plus la modestie…en se plantant sur ça, vous rappeler très maladroitement à beaucoup de vos lecteurs que nous n’avons pas vos compétences, ce que nous savons déjà au cas où vous en douteriez 😉

            Passons sur ce petit écart, certainement lié à l’énervement.

          2. très justement c’est tout ce que j’attends des testeurs VTT “professionnels”. Qu’ils soient au dessus de la mêlée, tout en prenant en compte les besoins de nous utilisateurs lambda. Des avis d’experts, de l’analyse, de la prise de risque quitte à être critiquer. Et c’est le cas depuis de nombreux mois chez Enduro Tribe. CHAPEAU. Les conclusions bateaux et tout en humilité sur ce coup là et quelques autres des confrères de Vojo (que j’apprécie par ailleurs pour d’autres choses), ça ne tire pas vraiment le niveau et la crédibilité du métier de testeurs vers le haut. Désolé… Le journalisme VTT c’est aussi ça et c’est un métier

  23. Votre démarche de test est bonne, le protocole semble solide, le(s) testeur(s) sérieux et passionné(s), le fond est donc vraiment bon mais la forme devient pompeuse et malheureusement imbitable et c’est bien dommage vu le travail fourni.

  24. Pitié. Mr Hoffman ne perdez plus de temps à répondre à toutes les critiques. IL est préférable de laisera certains jouer dans leur bac à sable même s’ils se drapent dans un discours pseudoscientifque
    Vous avez beaucoup mieux à faire.

  25. Les pneumatiques en vtt, toute une histoire !. On aura beau faire 50 articles différents, de toute façon chacun aura son propre ressenti en fonction du terrain , de la pression, du style de pilotage, de la température, de la lune ;), etc.
    Choisir le bon couple section / poids / profil / pression , en fonction de sa pratique, me parait l’essentiel (et c’est déjà pas évident). Le reste, comme choix de la marque, du modèle magic ou pas magic, et autres prises de têtes, j’y laisse aux compétiteurs. Aucun intérêt / gain pour un simple vététiste du dimanche.

  26. Effectivement le pneu est toujours un sujet délicat ! Au vu de l’émeute et pour avoir participé au développement de ce pneu depuis novembre 2016 en tant que pilote pour Michelin, je tiens à donner mon avis sur certains propos tenus ici. Ah oui, j’ai aussi travaillé dans l’aéronautique en tant qu’ingé, désormais bien heureux d’avoir quitté ce domaine procédurier dans la forme mais si mal ordonné dans le fond. A votre avis pourquoi Michelin sponsorise et paye des pilotes pour le développement de ses nouveaux pneus ? Simplement parce qu’ils ont besoin de retour terrain pour recroiser les résultats du banc d’essai, jamais très représentatif d’un single rocailleux et poussiéreux, ou d’un champ de racines mouillées. Les séances d’essai de cette nouvelle gamme de pneu enduro où nous essayons 3 ou 4 gommes différentes sont très instructives. Vous serez surpris du degré de précision et de détail auquel arrivent les pilotes et encore plus à quelle vitesse les ressentis fusent et sont quantifiables. Vos propos sur les détails sont donc FAUX, et bons nombres de pilotes peuvent le confirmer. Mais nous ne sommes pas tous pilotes pro me direz-vous ? Il ne faut jamais généraliser son propre cas. La masse s’instruit et apprend tous les jours. Grâce à une presse constructive et éducatrice, des constructeurs toujours plus précis dans la présentation et l’explication de leurs produits et des lecteurs toujours plus curieux, qui prennent le temps de lire, de comprendre les articles et d’échanger.
    La différence entre les gommes GUM-X3D et MAGI-X2 est flagrante, surtout sur les terrains italiens… Autant que le durcissement de la gomme par temps froid, détectable même au toucher du pneu à la main et ne pas en parler c’est passer à côté du défaut principal de cette gomme. Sentir la déformation de la carcasse sur une journée navette avec un vélo que l’on a déjà roulé est chose aisée, surtout quand la gamme précédente se dérobait dès que l’appui devenait trop violent ou important. Ce qui rend la comparaison très facile.
    Je connais personnellement Antoine, l’ingé Michelin et les pilotes. Par expérience, je fais entièrement confiance aux ressentis avancés par Antoine. Dans cet article et globalement les ressentis se recroisent avec la réputation des protos depuis 1 an. Tester c’est un métier. Et si ce n’est pas ce qui vous chagrine attardez vous donc sur ce qui mérite votre temps derrière un clavier, loin des sentiers et du plaisir de rouler !

  27. Bonsoir,pas l habitude de publié ds les coms mais sur ce coup je rejoint les autres qui trouve les tests trop poussé ou avec des tournures qui n en finisse pas .perso je lit les premières phrase et je suis gavé donc du coup je vais direct ds les comus voir ce qui se dit.
    Après je ne dit pas que votre travail est mal fait,loin de la.mais pour moi ma vision du VTT est juste moin compliqué…
    Merci ,et bon ride à tous

    1. J’entends la remarque sur le style alambiqué. S’en passer, sans tomber dans la facilité, fait partie des priorités à chaque article. Les retours en commentaire sont d’habitude bien plus utiles pour progresser dans ce domaine. Les questions en commentaire, concises et pertinentes, permettent de préciser auprès du lecteur, et offre un retour utile à l’auteur > Gagnant/gagnant & constructif. Ce n’est pas le cas ici, ou si peu. Navrant. Assez perdu de temps !

  28. Merci pour tout les efforts que vous faites pour sortir des articles de qualité. J’ai toujours hâte de lire les prochains tests. Bon courage

  29. Incroyable de voir ces lecteurs sous doliprane après 8 min de lecture, se délecter sur 10 pages de commentaires agressifs 🙂

  30. En tous cas, merci pour les explications complémentaires des rédacteurs, c’est intéressant de voir les dessous des tests et d’avoir des infos supplementaires pour comparer des produits.

  31. BON moi je suis en schwalbe, MM et HD, super gravity , que du bonheur, mais je vais m y retenter avec les michelins, car j avais déjà essayer il y a 2 ans mais sans être convaincu..dans les ravins de Millau d ailleurs, un bon spot pour tester ce genre de pneu

  32. Merci pour votre façon de rédiger sérieusement des articles de VTT comme j’en avais pas lu depuis des années dans ce milieu!!! c’est parfois dense, mais tellement recherché de grande qualité. changez rien pour les prochains tests. Bonne année (de tests un peu quand même)

  33. Vive endurotribe !!!!!! Et merci par exemple d’avoir démocratisé les notions de suspensions et cinématiques via les didacticiels ! Continuez jvous aime

  34. 75 commentaires sur l’alambique, et on a pas commencé à boire un coup !
    On se détend, c’est que du vélo…

  35. L’hiver semble long pour certains. Continuer vos articles il sont géniaux. Merci et bon ride à tous pour 2018.

  36. Bon, vu que le calme est revenu, ce serait bon un test pneu avant rock r2, nouveau enduro front, dhf 2.5 wt, mm .. sur jante de 25 et 30 ?

    1. Que veux tu savoir plus précisément ? Nous roulons régulièrement ces pneus. Peut-être peut-on déjà apporter certaines précisions 😉

  37. j’ai une jante de 25 interne et un rock r2 usé a l’avant .. je roule en enduro léger sur du dur, caillasse, gravier et très sec .. je le remplace par quoi sachant que c’est vrai que je trouve le rock r2 dur, pas très confortable sauf à rouler trop bas en pression … minion dhf wt mais j’ai une jante en 25 , hr 2 en 2.30 ou 2.40 (qui coûte presque le double pour .1), ou j’attends le nouveau enduro front ?
    thanks

    1. jante de 25mm, j’éviterais les Maxxis WT qui vont être trop ronds, avoir du mal à exploiter les crampons latéraux. Le High Roller 2 en 2.3 taille petit, ça risque de brasser dans la caillasse. Nouvel Enduro Front ou Magic Mary, sans aucun doute : profils carrés, cariassent qui travaillent…

  38. ouais ok, mais le Enduro front est pas sorti et il parait que les MM sont durs à monter en tubeless … je pensais au dhr 2 en 2.4, c’est un pneu arrière mais qui devrait apporter du grip au freinage (et suite a une blessure en ayant perdu l’avant au freinage je doute un peu maintenant) ..

    1. Magic Mary difficile à monter en Tubeless ?! Pas eu plus de difficulté particulière sur jantes Mavic, DT et Asterion au cours des 12 derniers mois, pneus neufs ou usés…

  39. Bonsoir, contrairement à certains je suis très satisfait de votre article et plus globalement de votre boulot sur ce site que je consulte très régulièrement. Maintenant j’ai une question simple : ils seront disponible quand ?? J’ai regardé partout sur le net, ils ne sont disponible nul part … 🙁

  40. @Papou: le sujet que j’aborde n’est pas de savoir “qui est le meilleur”.
    Mon message avait pour objectif d’indiquer à Endurotribe que la critique d’un confrère – pardon, d’un “concurrent” – n’a rien à faire dans ce débat…
    Je trouve qu’il y a un sérieux manque de professionnalisme dans l’intervention de Monsieur Chevat, ce qui m’a déçu. Peut-être est-ce dû à l’énervement, mais il faut justement savoir rester pro.

    En ce qui concerne le reste, chacun est libre d’apprécier les conclusions de chaque média et de se faire son “opinion personnelle”…ou bien de faire la groupie 😉

    1. Détend toi Tom de Blo, parce que moi je le suis, détendu… Il y a avait de l’humour et de l’ironie dans ma réponse, pas de l’énervement. A aucun moment on ne s’estime meilleur que quiconque, on cherche simplement à bien faire notre job de testeur, d’apporter un vrai plus en analyse et on n’a pas l’habitude de taper sur les gentils collègues. Et sur ce coup je n’ai fait que reprendre et répondre aux commentaires rapportés ici sur Endurotribe. Y compris en reprenant le terme cité de “concurrence”…

  41. Bonjour

    Merci pour ces articles singuliers et pointus et tellement prennant lorsqu’on est amoureux de beau materiel!!

    3 questions pour cerner ces nouveaux pneus michmich par rapport à mes wildrock’r2

    Quels sont les différences en sensations de ride entre les wild enduro front & rear (magix et gumx) et les wildrock’r2 (magix et gumx)

    Lesquels sont les plus polyvalents par rapport a une grande variété de terrain (cailloux, poussières, terre sèche et dure, terre meuble, souple ou pas du tout tassée, cailloux/racines secs ou mouillés etc…car pour les déluges on sort les muds)

    Lesquels seront plus gravity (journée en station par exemple) et les plus polyvalent (enduro en remontant a la force du mollet!?

    Merci pour votre réponse et continuez vos articles avec vos analyses techniques. Du bonheur a lire!

    1. Salut ! et merci pour les retours chaleureux. Les précisions utiles ci-dessous 😉

      > différence de sensations : la principale concerne le confort. Les nouvelles carcasses se déforment plus au contact du terrain. Ça brasse moins, et ça augmente le grip (plus de surface au sol, pression de contact plus constante).
      > Polyvalence : les nouveaux, sans aucun doute. Les Rock’R2 sont bien sur terrain dur et rocailleux, moins sur terrain meuble où d’autres sont plus à propos. Les Wild Enduro n’ont pas ces limites. Comme tu le dis, hormis dans la boue, ils font l’affaire le reste du temps.
      > Gravity : en station, sur gros appuis en virages relevés > c’est là que les anciens gardent un avantage avec leurs carcasses plus raides qui permettent de mieux tenir les gros appuis. Les nouveaux seront plus polyvalents…

      au plaisir

      1. Merci pour ces retours précis et concis.

        A titre perso, pour l’article j’aurais bien aimé plus de photos en gros plan des pneus avant et arrière (face profil et 3/4) pour bien voir la différence de profils entre l’avant et l’arrière
        Au vu des commentaires peut être des phrases plus légères et plus simples. .mais c’est la forme.. l’important c’est le fond, et la c’est parfait..pour moi peu de presse française arrivent à ce niveau. .. donc malgré le mécontentement de certains, continuez… beaucoup apprécient vos articles..

  42. Salut,
    Les Wild Enduro sont durs à trouver en ligne et surtout : qu’est ce qu’ils sont chers ! 58e pour le front en 27.5.
    Est ce qu’une série Performance comme pour la gamme AM est prévue ?

  43. Bonjour,
    Comme d’autres il aurait été intéressant de nous communiquer la largeur du pneu monté selon la largeur interne de la jante.
    Je n’ai pas bien saisie la différence GumX MagiX … je connais la MagiX sur le WR2 (que j’adore soit dit en passant) et à la lecture de l’article je ne comprends pas si :
    – la GumX travaille mieux pour le commun des mortels qui ne roule pas très vite et donc serait plus accrocheuse et confortable dans cette utilisation
    – la MagiX est simplement plus accrocheuse donc plus dure à trainer sur une rando mais accrochant tout et tout le temps… donc à privilégier pour un grip absolu ? ou que si on roule vite ?
    Perso sur le WR’2 je roulait à 1.6 bar pour sentir la carcasse travailler, au dessus (1.8 recommandé par michelin c’était dur et peu confortable). Mais quelle accroche la MagiX !!!
    Par avance merci.

    1. Bonjour Éric, les observations concernant les pressions sont cohérentes et démontre que vous avez bien senti les caractéristiques des « anciennes » gamme Michelin : une carcasse très raide par rapport à la concurrence. Restez donc sur la même approche pour saisir la différence entre les nouveaux pneus présentés ici. Même si Michelin utilise le nom des gommes pour différencier ces nouveautés, la différence se situe bien davantage sur les comportements des carcasses. En clair : vous n’aurez plus besoin de descendre autant en pression pour obtenir le même niveau de confort. La différence entre les deux nouveaux modèles étants la plage d’utilisation de chacun : Magic-X s’exprimant à plus haute vitesse. Dans votre cas et dans le doute, je privilégierais de commencer par un Gum-X à la roue avant, et d’aviser au moment de son remplacement pour continuer avec ou passer à du Magic-X 😉

  44. Merci Antoine pour votre réponse. C’est instructif de lire que Michelin différencie le comportement des carcasses avec les appellations MagiX2 et GumX3D.
    Sur l’ancienne gamme (MagiX / GumX) il y avait une nette différence de gomme avec un retour lent de la MagiX très marqué par rapport à la GumX.
    J’ai relu plusieurs articles concernant ces nouveaux Michelin ainsi que les commentaires sur cette page et beaucoup de lecteurs semblent être, comme moi, marqué par leur expérience de l’ancienne gamme. D’où nos demandes de précisions.
    Il semble donc que l’on soit passé du concept “gomme avant/gomme arrière” (ancienne gamme) à gomme haute vitesse/gomme vitesse modérée (nouvelle gamme).

    Une question subsiste certainement pour nombre de lecteurs : aux vitesses modérées, est-ce que la MagiX2 à moindre pression que la GumX3D présentera la même déformation pour un confort comparable, une accroche supérieure mais au prix d’un rendement un peu dégradé ? Si c’est cela, le rapport entre augmentation d’accroche et dégradation du rendement présente-t-il un intérêt ?

    Vous donner un retour d’expérience pour un vttiste lambda comme moi (vu le prix des gommes) demanderait trop longtemps ^^. Je roule sur les cailloux du sud-est où les questions d’accroche et de confort sont cruciales. Les Maxxterra Exo et les Snackskin Trailstar ne m’y ont pas du tout donné autant d’assurance que le MagiX d’où mon intérêt, visiblement partagé, pour votre article.

    Dernière chose, Michelin n’a pas été très bon sur sa com’ je pense. Comment savoir pour le commun des mortels ce qui est du domaine de la haute ou basse vitesse ? Tout vttiste “roule vite” … pour ses capacités. Mais certains passent à 10 km/h là où d’autres passent à 20 km/h dans un chemin technique, cassant et caillouteux; certains passent à 45 km/h en piste là où d’autre passent à 25.
    Au plaisir.

  45. Bonjour, je viens d’acquérir le train michelin wild enduro rear et front, avec le magi’x à l’avant sur ma 2eme paire de roues de largeur interne identique à ma paire de roues habituelle (30mm) sur lesquelle je roule avec un dhf wt exo maxx grip 2.5 à l’avant et hr2 dh casing 2.4 à l’arrière.
    Je roule dans le LOT(46) essentiellement sur des cailloux.
    Je n’ai aucun grip sur le train avant comparé au dhf.
    Je m’explique: dans la pente et sur les freins, il me fait des décrochages sur les freinages.
    Sur l’angle c’est la même chose, à rythme élevé ou non (20-30-40 kms dans le très rapide)
    Je suis parti de 1,6 bars pour arriver à 1,2.
    C’est mieux mais toujours ce problème de décrochage violant. Autant vous dire que dans le rapide je me ch.. dessus.

    Avez vous des conseils de réglages?

    1. Bonjour Jérome, quelques questions avant de me prononcer plus précisément : les deux paires de roues sont-elles identiques ? De même matériaux ? De même rigidité/dynamisme ? À Quelles pressions roulez-vous les Maxxis habituellement ? Avez-vous conservé les mêmes réglages de suspension du vélo ? (aucun changement de régalge au moment de changer de pneus ?) Merci

  46. La paire en maxxis sont des dt e1700
    Celle en michelin des funn fantom alu,
    Elle sont 100g plus lourde que les dt, elles sont un peu plus rigide latéralement, fontalement aucune idée.
    Je roule généralement à 1,4bar devant.
    Aucune modif n’a été faite en surpension comme en position.
    Le vélo est un reign 1 alu 2018

  47. Pfiou, je viens de tout relire, j’avais oublié tous ces commentaires… qui ne parlent pas de pneus 🙂

    Sinon, apres une saison, des retours sur ces Michelin ?
    J’ai l’impression qu’on en voit peu, mais quels retours ?
    Je viens de déchirer un Maxxis Agressor DD, donc je cherche un remplacant, et pourquoi pas ces nouveaux Michelin

    1. Côté résistance, c’est assez équivalent au Maxxis Double Down : ça tient bien, mais c’est pas blindé comme les DH Casing d’une certaine époque. Côté gommes, la Magic-X confirme qu’elle est plutôt sensible à la température.

    1. Grip > très bon, de par la gamme (Magic-X) et le profil (très polyvalent) / Confort > ça amorti (peu de rebond, très stable) mais c’est assez spartiate. c’est pas aussi complaisant (élastique et déformable) que du Hutchinson, du Continental ou du Mavic.

  48. petir retour sur le wild enduro front en gum-x .. super pneu tant que c’est “mou, qu’il y a de la terre, des graviers … par contre la gomme semble un poil dure et comme les crampons sont imposants il y a très très peu de grip sur les racines ou pierre humide … donc globalement c’est pas polyvalent ..

    1. C’est signe que le feeling est bon, et qu’il faut passer sur un Magic-X (si les températures restent clémentes 😉

  49. Bonsoir j’ai un spé enduro 2016 equipe en pneu spé penses tu que si je met le michelin a l’arriere il sera “compatible avec le Butcher a l’avant ?

    PS toujours plaisant de lire les articles 😉

    1. Bonsoir, et merci 😉 Les dernières expériences que j’ai eu avec les Butcher me laissent penser que les carcasses et la gomme sont relativement souples, à contrario des Michelin. Il y aura donc une différence. Est-elle significative au point de parasiter le comportement du vélo ? Difficile à dire > ça dépend du vélo, de ses réglages, et du pilote. Il se peut que certaines choses compenses, ou au contraire, s’amplifient les unes des autres. D’une manière générale, j’ai plutôt tendance à conseiller de rester sur les mêmes carcasses avant/arrière, c’est quand même plus sûr, dans la mesure où ça évite les possibles déséquilibres…

  50. Hello!!!

    Je déterre un peu cet article mais j’ai une petite question.

    Je viens de monter ces pneus (gomme Magix-X devant), et pour l’instant j’en suis super satisfait!!

    Par contre depuis le montage (avec une bonne dose d’eau savonneuse car j’ai mis des Cushcore), les flancs « striés » des pneus suintent. Au début je pensais que c’était l’eau savonne qui séchaient mais après deux mois de roulage ça le fait toujours.

    Est-ce que vous avez déjà rencontré trier ce phénomène??

  51. Bonsoir les enduristes !
    Je roule le combo front et rear depuis qq mois …..j’en suis content ,mais je voulais tenter un front en Gum-x derrière et le front Magi-x devant ….est que certains d’entre vous ont essayé ?
    Quelles sont les sensations ?
    Longue vie à vous ENDUROTRIBE ?

    1. Salut ! Bonne question, et je vais bientôt pouvoir t’en dire plus > je vient de monter un vélo pour des essais, et j’en profite pour utiliser des pneus que j’ai en stock. En Michelin, il ne me reste que des Front, et ppour certaines raisons, ça m’intérèsse de les utiliser. Gum-X derrière, Magic-X devant, c’est justement ce que je viens de monter 😉

    1. Pour avoir déjà roulé une telle monte par le passé, ça a surtout son intérêt dans le gras. Le Michelin WildEnduro Rear étant vraiment un super profil on perd en rendement sans véritablement gagner au freinage et au mordant !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *